mardi 23 janvier 2018

Daniel Mendelsohn : Une odyssée, un père, un fils, un épopée (citation 2)

Sir William Russell Flint (1880-1969)

Ulysse et Calypso (source)

Lorsque Jay Mendelsohn, âgé de quatre-vingt-un ans, décide de suivre le séminaire que son fils Daniel consacre à l'Odyssée d'Homère, père et fils commencent un périple de grande ampleur. Ils s'affrontent dans la salle de classe, puis se découvrent pendant les dix jours d'une croisière thématique sur les traces d'Ulysse. (Voir Citation 1)

À la fascinante exploration de l'Odyssée d'Homère fait écho le récit merveilleux de la redécouverte mutuelle d'un fils et d'un père. (résumé de l'éditeur Flammarion)

Dans le billet précédent consacré à un passage du texte (citation 1) où le père de Daniel Mendelsohn contestait à Ulysse son titre de héros en s'opposant à son fils, professeur d'université, je vous ai dit que l'essai Une odyssée, un père, un fils, un épopée, était passionnant, érudit et touchant. J'entendais par ce dernier qualificatif qu'il passait beaucoup d'émotion dans ce texte. Car le livre à travers cette analyse savante et si agréable de l'oeuvre d'Homère, est aussi un moyen de parler des rapports que nous avons avec nos parents.
Ici un père intransigeant, sévère, plein de principes, et un enfant en révolte, deux êtres que ne se sont jamais sentis proches. Ils vont finalement se retrouver et même plus, se découvrir, à l'âge adulte, au cours d'une croisière qu'ils feront sur les traces de l'Odyssée à la fin du séminaire.
Une telle expérience n'est pas donnée à tout le monde. Nos parents disparaissent parfois sans que nous ayons eu ce moment privilégié où le masque de l'adulte tombe, où les reproches voire les rancoeurs liées à l'enfance disparaissent et où il ne reste plus que l'amour.

Voici un extrait de ce beau texte p 235

La croisière entreprise par nos deux personnages les amènent jusqu'à l'île de Gozo qui appartient à l'archipel maltais. C'est là que se situe la grotte de Calypso. Daniel, claustrophobe, a une crise de panique et refuse de s'enfoncer dans la cavité malgré les exhortations de son père .

"Alors mon père a fait une chose qui m'a sidéré. Il a tendu le bras et m'a pris par la main. Je l'ai regardé faire et j'ai éclaté de rire. Papa, voyons!
Tout ira bien, me rassura-t-il en me serrant légèrement la main, chose que, autant que je me souvienne, il n'avait plus faite depuis l'époque où j'étais petit garçon. Sa main à lui était légère, sèche et fine. Je la fixai, gêné.
Je serai là avec toi, à chaque pas, promit mon père. Et si tu ne supportes pas, nous sortirons.
J'observai nos mains liées l'une à l'autre et, contre tout attente, je dus avouer que cela me faisait du bien. Je m'assurai que personne alentour ne nous regardait mais je compris alors, avec un sentiment confus de soulagement, que si jamais quelqu'un nous voyait, il s'imaginerait que c'était moi qui guidais mon père en le tenant par la main. C'était pour lui, après tout, qu'il existait un un risque réel; c'est lui qui avait la hantise de tomber.
C'est ainsi que j'ai visité la grotte de Calypso avec mon père qui me tenait la main."

 A demain pour le dernier billet sur ce livre !

Voir Luocine
Voir Keisha ICI 
Miriam ICI 

16 commentaires:

  1. Heu... Tu as bidouillé la taille des caractères ou c'est mon ordi? (je n'ose penser que ma vue ait baissé à ce point cette nuit ^_^)

    RépondreSupprimer
  2. Rien bidouillé du tout ! C'est blogspot qui me joue des tours! J'ai essayé de changer la taille des caractères cinq fois et rien n'y fait ! Et ça m'énerve !

    RépondreSupprimer
  3. ravie que ce livre t'ai charmée au point de faire deux billets bien différents et bien intéressants!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, deux citations et demain le billet ! Je trouve qu'il le vaut bien.

      Supprimer
  4. Beau passage en effet ; je me souviens de l'évocation de sa famille et de son père dans "les disparus", ce n'était pas facile pour lui. Il a de la chance que quelque chose se soit dénoué durant ce voyage (et que les deux adultes concernés l'aient saisie cette chance).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu Les disparus. Il y parle de sa famille ? Voilà qui m'intéresse.

      Supprimer
    2. Bien sûr, il y parle de sa famille, proche et lointaine et des silences autour. C'est un livre passionnant, éprouvant à lire à cause du sujet, mais indispensable à mes yeux. C'est avec ce livre là que j'ai véritablement compris ce qu'était la Shoah par balles.

      Supprimer
  5. C'est un des passages que j'avais marqué également en lisant ce livre. Car le fond de l'histoire, c'est qu'on reste toujours l'enfant de ses parents.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très juste ! et de plus, selon Jay Mendelsohn : " un père c'est un père", ce qui en dit beaucoup.

      Supprimer
  6. Extraordinaire. Rien que pour cette relation père/fils et la façon dont tu en parles, je note le titre moi qui ai tout essayé même ce genre d'aventure... avec maman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors ce livre te parlera ! Oui, ne serait-ce pour ce thème il est à lire mais le reste est passionnant aussi.

      Supprimer
  7. Merveilleux passage, merci Claudialucia : tout passe dans ce geste.

    RépondreSupprimer
  8. c'est beau, c'est attendrissant!
    (enfin, il ne m'en faut pas beaucoup peut-être, tu diras ;-))

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.