mercredi 24 janvier 2018

Daniel Mendelsohn : Une odyssée, un père, un fils, une épopée (suite et fin)


Lorsque Jay Mendelsohn, âgé de quatre-vingt-un ans, décide de suivre le séminaire que son fils Daniel consacre à l'Odyssée d'Homère, père et fils commencent un périple de grande ampleur. Ils s'affrontent dans la salle de classe, puis se découvrent pendant les dix jours d'une croisière thématique sur les traces d'Ulysse.
À la fascinante exploration de l'Odyssée d'Homère fait écho le récit merveilleux de la redécouverte mutuelle d'un fils et d'un père. (résumé de l'éditeur Flammarion)

Je vous ai présenté deux passages du livre de Daniel Mendelsohn au fur et à mesure que je le lisais tant ce livre soulevait mon enthousiasme et me donnait envie de tout partager avec vous ! voir Texte 1 ICI et Texte 2 ICI

Laerte de Jean Styka (source)

L’Odyssée d’Homère est l’histoire du retour d’Ulysse à la fin de la guerre de Troie et de son long et douloureux voyage à travers la Méditerranée pour rejoindre son royaume, Ithaque, et sa famille. Mais, nous dit Daniel Mendelsohn, c’est aussi et avant tout l’histoire d’un père et d’un fils, d’Ulysse et de son fils Télémaque, d’Ulysse et de son père Laerte. Le poème antique commence d’ailleurs par la recherche de son père par Télémaque (La Télémachie) et finit par les retrouvailles d’Ulysse avec son père Laerte .

C’est ce qu’explique le sous-titre de ce livre : Une odyssée, un père, un fils, une épopée.
Dans ce titre, on le voit, le déterminant défini est remplacé par l’indéfini « une ». Il nous avertit que l’auteur va nous donner son interprétation de L’Odyssée (telle qu’il l’a reçue lui-même de ses mentors; il pourrait y en avoir d’autres) mais aussi qu’il va nous en conter une autre : celle d’un fils Daniel et de son père Jay.

Et ce sont bien là les trois fils conducteurs du récit, ceux que j’ai suivis avec passion : 

L’analyse de l’Odyssée  m’a appris tant de choses que je ne savais pas sur cette oeuvre qui m’a pourtant accompagnée depuis l’enfance, des récits mythologiques à la lecture renouvelée de l’Odyssé.  En français. C’est pourquoi le cours du professeur helléniste qui nous fait entrer dans le récit par le biais de la langue grecque est si enrichissant.

L’enseignement, est le thème en filigrane, toujours présent du présent au passé, celui de la transmission des savoirs mais aussi des valeurs quand il s’agit du père et du fils. Nous assistons donc au cours du professeur Mendelsohn, à la maïeutique qu’il met en place auprès de ses étudiants, à leurs réactions judicieuses et à celles du père qui introduisent l’humour dans le récit. Interventions toujours parfaitement intelligentes et qui révèlent son caractère et ses principes moraux.  Et là, on s’aperçoit que le fils malgré les reproches qu’il fait à son père, n’est pas si éloigné de lui et a intégré certains de ses principes et de ses craintes : l’amour d’un travail rigoureux et la recherche de la difficulté, par exemple, ou la peur de l'échec.

Les relations père / fils, le présent et le passé se mêlent, les souvenirs remontent à la mémoire, souvent grinçants, voire douloureux, mais finalement pleins d’humanité entre le fils et le père.

J’ai aussi admiré comment tout en nous expliquant la composition circulaire de L’Odyssée, Daniel Mendelsohn appliquait à son propre texte les mêmes principes. Cette construction laisse le récit en suspens pour des rétrospectives qui après bien des détours dans les strates plus ou moins éloignés du passé, nous ramènent au moment présent.

« Si, à première vue, elle peut s’apparenter à une digression, la composition circulaire constitue en fait une technique efficace pour intégrer à une même histoire le passé, les présent, et parfois même l’avenir, puisque certaines « spirales » se déroulent vers l’avant, anticipant des évènements qui se produiront après la conclusion du récit principal. De cette manière, un seul récit, voir un seul moment, peut contenir toute la biographie d’un personnage ».

Ulysse rencontre sa mère  Anticlée aux Enfers

Voici un livre coup de coeur, un livre tout à la fois savant et proche de nous. On y glane une foule de connaissances qui nous amène à une relecture différente de l’Odyssée mais aussi nous pousse à réfléchir sur les relations parents et enfants.
Au-delà de l’histoire de Jay et Daniel, nous nous interrogeons :  Avant-nous nous-mêmes compris qui étaient vraiment nos parents ? ? Avons-nous même fait l’effort d’essayer ? Et quelle est l’image que nous laisserons à nos enfants ? Ce n’est qu’après la mort de Jay que Daniel mène une enquête pour éclairer certains moments de sa vie ! On pense alors à la scène où Ulysse retrouve aux Enfers Anticlée, sa mère morte, elle qui était encore vivante au moment de son départ et qu’il cherche par trois fois à l’étreindre. Mais en vain. Il est trop tard, il ne s’agit plus que d’une ombre.
 Je vous l’ai dit, ce livre est très riche et nous parle de beaucoup de choses et en particulier d’amour.


Voir Luocine ICI
 

Voir Keisha ICI 
 

Miriam ICI  

12 commentaires:

  1. Rien à ajouter, sauf insister si quelqu'un ne l'a pas encore lu!

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ces deux beaux articles qui me confortent dans mon envie de lire ce livre. J'avais déjà été très émue à la lecture des "Disparus", j'ai très récemment lu avec passion l'Odyssée, mon père est mort toujours aussi "enfermé en lui-même... Ce livre semble fait pour moi. Merci, en outre pour la magnifique citation de l'article 2. Cette main tendue et acceptée, quelle merveille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le texte de la main tendue m'a beaucoup touchée. Je n'ai pas lu Les disparus mais j'y viendrai !

      Supprimer
  3. bon, va falloir que je le lise, définitivement :-)

    RépondreSupprimer
  4. comme l'Odyssée et Ulysse me passionne toujours, je viens de commencer sur le même sujet La pensée chatoyante de Pietro Citati, mais je ne suis pas assez avancée pour en dire plus!

    RépondreSupprimer
  5. Je viens de lire un billet très élogieux de Luocine. Toi aussi, tu me donnes envie de me lancer dans cette histoire ( je n'ai jamais eu le courage de lire l'Odyssée en entièrement, ce sera l'un de mes objectifs, un de ces 4)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me donnes une idée; organiser des lectures autour de l'Odyssée en commençant, bien sûr, par une lecture (ou relecture d'Homère)

      Supprimer
  6. Comme Maggie, je n'ai jamais lu l'Odyssée en entier (ce que je dis tout bas bien sûr...). C'est pourtant un ouvrage fascinant sur lequel j'ai lu bien des critiques, sans parler des extraits ! Enfin, le livre que tu présentes semble brillant et c'est tentant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un ouvrage fascinant et contrairement à ce que l'on croit, ce n'est pas difficile à lire. Je trouve l'Illiade moins agréable à lire.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.