vendredi 23 février 2018

Audur Ava Olafsdottir : Le rouge vif de la rhubarbe


Dépaysement total pour moi dans ce roman de Audur Ava Olafsdottir : Le rouge vif de la rhubarbe qui raconte l’histoire d’une adolescente, Agustina, sur une petite île islandaise. La fillette dont le père est parti avant sa naissance est confiée à la vieille Nina. Elle reçoit régulièrement des lettres de sa mère qui  étudie les oiseaux à l’autre bout du monde.  

Le cadre constitue un lieu à part, très beau mais assez inhospitalier puisque aucun arbre n’y pousse sauf la rhubarbe sauvage qui y abonde et se révèle être « la principale forêt du village ». Sa couleur rouge donne le titre au roman et sa couleur au paysage. C’est un îlot battu par les vents, les embruns et le sel, avec sa plage de sable noir et son village accroché à la pente d’une montagne qui culmine à 844 mètres! C’est cette montagne que la jeune Agustina, quatorze ans, rêve de franchir. Ce qui constitue un défi pour la jeune fille dont les jambes sont paralysées mais qui se déplace sur ses béquilles avec une dextérité courageuse, cherchant à se dépasser malgré ses "jambes de coton".
Le rouge vif de la rhubarbe est roman d’apprentissage. Agustina va à l’école, elle subit les moqueries des camarades, mais rencontre aussi un garçon, Salomon, qui l’apprécie et se montre gentil avec elle. Sa mère lui manque et elle espère pouvoir la rejoindre un jour. Elle est proche de la nature dans laquelle elle se réfugie souvent.
Mais les difficultés de la jeune fille qui rêve d'avoir des jambes font d’elle « une sirène », un personnage à part, introverti, réfléchi. La nature sauvage qui l’entoure joue un grand rôle dans la formation de son caractère. Tout ceci donne une poésie, une étrangeté et un charme particulier au roman.



21 commentaires:

  1. Le décor, et uniquement le décor, fait penser à celui du dernier roman islandais que j'ai lu "Il n'en revint que trois" mais j'ai préféré celui d'Audur Ava... (tu as peut-être noté ce roman chez Aifelle plus emballée que moi)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je l'ai vu chez Aifelle. Comme toi j'ai aimé le roman d'Audur Ava... la seule optimiste du monde littéraire nordique ?

      Supprimer
  2. Et toujours les belles couvertures des éditions Zulma...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont tout mignons ces petits livres Zulma.

      Supprimer
  3. je n'ose même plus demander si ça finit bien, même les plages sont noires ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh! mais ... les plages sont noires parce que l'île est volcanique et si tu y mets le rouge de le Rhubarbe regarde comme le contraste est beau ! Et bien là, j'ai un argument imparable : non, les nordiques ne sont pas tous "plombants" ! Audur Ava Olafsdottir est résolument optimiste. Tous ses livres finissent bien, tous ses personnages sont positifs et aiment la vie. Ah! Ah ! que dis-tu de cela ?

      Supprimer
  4. J'ai du retard avec cette auteure et il faut que je le rattrape parce que j'aime son univers d'éclopés si attachants. Et pour l'avoir rencontrée plusieurs fois, je peux t'assurer que ça l'énerve que les auteurs Islandais donnent une image tellement noire de son île. Elle n'est pas d'accord du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je la comprends ! Elle est tellement optimiste. Pas seulement les Islandais.Quand je suis allée en Suède, je m'imaginais les suédois d'après les romans que j'avais lus! Or, il y avait un brin de soleil, ils étaient tous sur les pelouses à moitié nus pour bronzer ou aux terrasses des cafés en train de rire et de s'amuser en groupe, un bock de bière à la main. Ils ne respiraient pas la mélancolie !

      Supprimer
  5. Intriguant et attirant malgré la rhubarbe car j'ai toujours eu du mal à apprécier, cette rhubarbe que je devais manger dans mon enfance en dessert ou en confiture...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'aimais pas la Rhubarbe ! Dans l'île de Auda Eva, on ne mange et on ne boit que ça! C'est la seule chose qui pousse. Moi j'adore la rhubarbe mais je ne pouvais pas en manger quand j'étais enfant car cela ne poussait que rarement dans les jardins du midi de la France.

      Supprimer
    2. J'avoue avoir réessayer mais avec toujours le même dégoût, pourtant j'aime la plante qui est super belle et super imposante. Comme quoi tu auras deviner que je suis originaire de la partie nord de la France.

      Supprimer
  6. Tu donnes vraiment envie, il va falloir qu'on tente le nord!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais quand vas-tu céder à cette envie ? Allez lance-toi !

      Supprimer
  7. Je n'ai lu d'elle que "Rosa candida", je lirais volontiers ce nouveau titre.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai acheté "Or" - on verra ce que cela donne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de le lire. Il est dans la même veine avec une bonne dose d'amour pour son prochain.

      Supprimer
  9. Est-ce que ce livre s'apparente à une littérature pour adolescent, avec son aspect roman d'apprentissage ? Ou faut-il y voir quelque chose d'onirique dans la rhubarbe ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce n'est pas un livre écrit pour les adolescents mais ceux-ci pourraient le lire avec intérêt. Onirique ? peut-être pas mais poétique, oui.

      Supprimer
    2. D'accord. Merci pour faire connaître ces auteurs nordiques.

      Supprimer
  10. Je n'ai pas lu celui-ci mais j'aime beaucoup cette auteur. ces personnages ont toujours un côté très attachant.
    Daphné

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.