dimanche 12 juin 2011

Antony Trollope :




Antony Trollope est un auteur de l'époque victorienne (1815-1882), auteur de deux séries qui l'ont rendu célèbre, l'une s'articulant autour de Londres : Les Palliser Novels dont Plantagenet Palliser, homme politique, est le personnage fictif et Barchester Novels qui se passe dans le comté imaginaire de Barchester.
Miss Mackenzie ne paraît appartenir ni à l'un ni à l'autre même si le nom de Pallister apparaît brièvement et de façon allusive.
Margaret Mackenzie est une vieille fille avec ce que cela comporte de dépréciatif dans une société où le statut de la femme ne se définit que par son rôle d'épouse ou de mère. Elle a servi de garde malade à son père et à son frère, héritier d'une grosse fortune, moins considérée qu'une domestique puisqu'elle n'a même pas le droit d'intervenir dans les affaires du ménage. Elle ne connaît donc rien du monde,  n'est jamais sortie, est restée très seule. Aussi quand à la mort de son frère, elle hérite de sa fortune, elle est bien décidée à faire quelque chose de sa vie. Elle part à Littlebath, une ville d'eau provinciale, décidée à se faire des amis et à vivre agréablement dans le respect de la religion bien sûr! Et d'abord se marier! Mais si possible par amour! A 35 ans et bien que la société réprouve ce souhait, elle a bien envie d'être aimée. Oui, mais voilà, si elle ne manque pas de soupirants et de demandes en mariage, Miss Mackenzie, naïve mais intelligente, sait bien qu'ils ne soupirent que pour "les beaux yeux" de sa cassette.
Loin de nous conter une bleuette, Antony Trollope brosse ici une satire de la société qui ne manque pas d'audace : pouvoir tout puissant de l'argent, calculs, malhonnêteté, tromperies, égoïsme, mépris et rejet des plus humbles et surtout des femmes, snobisme, hypocrisie religieuse et sociale, obéissance à un conformisme mesquin...
De plus, il se livre à une  analyse psychologique  tout en finesse de ses différents personnages, en particulier de Margaret, de sa naïveté, son manque de confiance, son sentiment de dévalorisation liée à son éducation, sa soumission et son conformisme aussi, en particulier, religieux que son intelligence et son sens de la justice parviennent à secouer dans de beaux élans de révolte, sa générosité qui va à l'encontre des milieux qu'elle fréquente.
Deux scènes, excellentes, se répondent dans le roman, l'une dans la première partie de l'ouvrage à Littlebath, au cours d'un thé chez Miss Todd où Miss Mackenzie a été invitée, l'autre dans une vente de charité à Londres où se côtoient les Grands de ce monde, bourgeois bien en place et nobles. C'est avec un humour élégant mais féroce que Trollope brosse ces deux grands tableaux qui sont des morceaux de bravoure.
A vous de les découvrir!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.