mardi 5 juillet 2011

Festival Danse de Marseille 2011 (2) : Akram Khan


Vertical Road de Akram Khan

Autant le dire tout de suite, je connais mal la danse contemporaine. Mes connaissances s'arrêtent à Elvin Ailey, autrement dit aux années 1970-80. Le festival de Marseille a donc été l'occasion pour moi de découvrir des artistes de premier plan. Akram Khan en fait parti. Chorégraphe anglo-blangadais, il allie les techniques contemporaines à la danse traditionnelle de l'Inde du Nord, le Kathatk. Dans Vertical Road il doit beaucoup au poète et philosophe persan Roumi. Akram Khan y explore le difficile chemin que doit parcourir l'âme pour accéder à la spiritualité.


 Le ballet est d'une virtuosité étonnante, puissante, violente même. Les danseurs semblent dotés d'une énergie décuplée par le rythme musique. Ils tournoient, scandent avec force la musique de leurs pieds, bondissent, se préparant à l'envol mais retombent sur le sol, le corps écartelé par la douleur. Sur la scène se livre un étrange lutte comme si ces âmes en souffrance étaient retenus sur le sol, empêchées. Mais quel est cet étrange personnage qui semble tour à tour les guider et les empêcher de continuer leur route? Peut-être un ange puisque, nous dit-on, Akram Khan s'inspire de la présence des anges dans différentes légendes? Mais est-ce l'Ange du Bien ou du Mal car il semble dominer les âmes, les contraindre à l'obéissance et la silhouette athlétique le rattache à la matérialité de la terre. Parfois la révolte gronde, l'un d'entre eux se lève pour s'opposer à lui, des mains s'agrippent pour le retenir. Mais toujours, il reprend le dessus jusqu'au moment, où les âmes trouvent leur voie et passent de l'autre côté, un au-delà matérialisé sur scène par un immense rideau blanc tendu entre les Mondes. Cette frontière transcendée par des jeux de lumière sublimes laissent apparaître par transparence les silhouettes et, à la fin du ballet, les mains de ceux qui sont passés de l'autre côté comme pour un dernier adieu. Un magnifique tableau.

Comment se fait-il pourtant que malgré l'admiration éprouvée à la fois pour les danseurs virtuoses, la scénographie éblouissante et la puissance de la chorégraphie, je n'ai pas été entièrement prise par ce spectacle?  Je crois que je me suis posée trop de questions. Or, je n'étais pas certaine de bien interpréter ce que je voyais. Ainsi au début du ballet, les danseurs se lèvent secouant de leur vêtements une fine poudre blanche qui forme comme une brume autour d'eux. J'y ai vu les morts du jugement dernier soulevant la poussière de leur tombeau. Mais à chercher des explications, on laisse de côté l'émotion. Et c'est dommage! J'ai parfois eu l'impression de longueurs et de redites. Peut-être aussi ne suis-je pas assez mystique pour apprécier pleinement? Bref! j'ai vraiment eu conscience d'être devant un grand chorégraphe mais d'avoir partiellement raté la rencontre! C'est pourquoi j'aimerais vraiment voir d'autres ballets de Akram Khan.



La connaissance du poète persan Rumi doit ouvrir les portes de la compréhension de ce ballet. Voici un extrait d'un poème trouvé sur le net.

I died from minerality and became vegetable;
And from vegetativeness I died and became animal.
I died from animality and became man.
Then why fear disappearance through death?
Next time I shall die
Bringing forth wings and feathers like angels;
After that, soaring higher than angels -
What you cannot imagine,
I shall be that.

8 commentaires:

  1. Je t'envie d'avoir eu un tel festival à proximité. Je crois que j'aurais aimé aussi celui-ci.

    RépondreSupprimer
  2. Comme toi je n'y connais rien si ce n'est le plaisir de photos superbes, tes 2 billets sur la danse sont très très sympa
    Il y a un grand festival à Lyon et je n'y suis jamais allée ...

    RépondreSupprimer
  3. @ Aifelle : C'est la première fois que j'y vais! Mais je ne le regrette pas!

    RépondreSupprimer
  4. @ Dominique : le plaisir de la découverte! J'avais été un peu échaudée par la danse contemporaine il y a quelques années quand je suis arrivée à Avignon et du coup il y a eu un grand passage à vide.

    RépondreSupprimer
  5. Ce n'est pas toujours facile devant un tel spectacle d'avoir les sens en éveil et l'esprit au repos.
    Les photos sont très prometteuses.

    RépondreSupprimer
  6. @ fransoaz : oui, les photos sont très belles et donnent bien une idée du ballet; Ce qui me fait penser que j'ai oublié de mettre le nom du photographe. Il faut que je le cherche!

    RépondreSupprimer
  7. J'ai également découvert ce chorégraphe et ce spectacle fin d'année dernière. Avant d'y assister, j'avais fait quelques recherches afin d'en comprendre la signification et ne pas me poser trop de questions durant la représentation.

    Je connais peu la danse contemporaine et je dois dire que parfois j'ai beaucoup de mal à comprendre la signification de certaines oeuvres (Paul Taylor par exemple) mais j'apprends petit à petit à découvrir.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.