dimanche 27 novembre 2011

Un livre, un Jeu : réponse à l'énigme n° 12 Pierre Very : les disparus de Saint Agil



Je décerne le César Chiche-Capon à  : Aifelle. Eeguab, Keisha, Dominique, Maggie, Lireau jardin, Dasola, Miriam, Loup rayé ... Bravo à tous et merci pour votre participation.

Pierre Very : Les disparus de Saint-Agil
Christian-Jaque : Les disparus de Saint-Agil, acteur américain d'origine autrichienne : Eric Von Stroheim voir chez WENS

Vous avez tous vu le film (génial) mais le roman est un peu moins connu. Paru en 1935, il est en partie autobiographique puisque Pierre Véry y raconte ses souvenirs d'adolescence au pensionnat Sainte-Marie de Meaux juste avant la guerre de 1914. 
Il va sans dire, écrit-il, qu'aucun des évènements mystérieux qui constituent la trame des Disparus ne s'est jamais produite à Sainte-Marie, au grand jamais! Le directeur et les professeurs étaient tous des honnêtes gens du monde, les plus affectueux, et les plus dévoués.
Mais ce qui a réellement existé, c'est  la société secrète de Chiche-Capon qui  se composait de trois membres,  le N°22, le n°7 et le N° 95 comme dans le roman.
J'étais le n° 95, ajoute-t-il. je rêvais déjà d'écrire des romans.(...) Le n° 22 était mon ami Georges Ninaud... Ninaud était l'aspirant globe-trotter/ Le n°7 était l'aspirant-détective. Du N° 7 et de ses activités sur cette planète, je ne puis rien révéler."
Tous les trois sont arrivés à réaliser leur rêve de carrière mais un seul, l'aspirant Globe-Trotter Ninaud, est allé aux Etats-Unis - ce pays dont l'amour les unissait- et à voyager dans le vaste monde! Quand Pierre Véry l'a vu reparaître un jour, des années après, il s'exprimait en anglais avec aisance mais avait presque oublié le français qu'il parlait avec un atroce accent yankee.

Cela peut faire sourire, écrit Pierre Very a propos de cette admiration pour les Etats-Unis,  mais, en ce temps-là, aux yeux de la plupart des jeunes, l'Amérique était paré de mille et un prestiges de l'imagination sous les signe de jack London, de Curwood et n'oublions pas l'humour!- de Mark Twain et de O. Henry. L' Amérique le pays des gratte-ciel et des gangsters (Oh,  Nick Carter!...), des cow-boys et des indiens (Oh! Buffalo Bill!...), des trappeurs et des chercheurs d'or....

Dans le roman le 95 s'appelle Mathieu Sorgue. Il est le premier à disparaître. Le deuxième est le N° 22, Philippe Macroy et le troisième, le n°7, est André Baume. Mais les trois enfants sont-ils partis pour réaliser leur projet fabuleux, atteindre les Etats-Unis par n'importe quel moyen ou ont-ils été enlevés comme se le demande André Baume juste avant sa propre disparition? Et par qui? Que se passe -t-il dans ce pensionnat où ont lieu tous ces évènements étranges car aux trois disparitions va bientôt s'ajouter une mort violente. L'intrique policière et le suspense sont bien menés.

Le roman a cette saveur  et ce charme de l'adolescence quand on croit encore très fort aux rêves et que l'on cultive le secret. Les jeunes garçons se réunissent dans la salle de science en présence de Martin Squelette, ils ont des signes de ralliement comme celui de Chiche-Capon, ils se saluent avec ce mot de passe Longue vie et dollars!, prépare leur futur voyage aux Etats-Unis avec le catalogue des Armes et cycles de Saint Etienne comme beaucoup d'autres enfants l'ont fait  avec eux!

Et c'est à ces enfants que Pierre Véry dédie son livre : A l'intention de tous ceux qui, étant enfants, ont, dans tous les internats de France et du monde, fondé des "Sociétés secrètes"....
Et de tous ceux qui continuent d'en fonder, grâce à Dieu... aussi longtemps qu'il y aura des enfants!
A quel âge est destiné ce livre? Les héros ont seize ans mais, en 1914, ils paraissent par leur comportement beaucoup moins âgés.  Cela s'explique par le fait que les adolescents de Saint-Agil n'avaient pas les mêmes moyens de documentation, de communication que maintenant. A cette époque  les voyages étaient encore très rares et les moyens de transport rendaient les distances encore plus grandes que de nos jours. Bref! dans le roman ils réagissent comme des enfants de 10-12 ans. Et c'est bien à cet âge-là, à mon avis, que le livre s'adresse. Je l'avais d'ailleurs fait lire avec succès à mes élèves de sixième et cinquième. j'ai lu, d'autre part, dans un blog, qu'une petite fille de neuf ans ne voulait pas le lire car elle avait peur de Martin Squelette!




11 commentaires:

  1. Tu me donnes envie de le lire ! je ne me rendais pas compte qu'il se passait à une époque aussi reculée ..

    RépondreSupprimer
  2. Et oui le squelette de la salle de sciences! Je regrette le mien depuis que j'ai émigré dans un nouveau collège, je n'en ai plus!

    RépondreSupprimer
  3. @ Aifelle : Dans mon souvenir le récit avait lieu avant la guerre mais celle de 1940. C'est en le relisant que je me suis aperçue de mon erreur.

    RépondreSupprimer
  4. @ miriam : Tu avais encore un squelette! Je n'en ai jamais vu pour ma part dans une salle de classe même quand j'étais lycéenne!

    RépondreSupprimer
  5. c'est bien ce que j'avais en tête, la prochaine je t'enverrais un mail il faut juste que je me rappelles où c'est :) Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ce César Chiche Capon ! Il fera très bien sur ma cheminée à côté de l'Oscar Martin Squelette obtenu chez Wens... sourire...

    RépondreSupprimer
  7. Comme beaucoup j'ai vu le film mais n'ai jamais lu le livre... J'aime beaucoup l'anedocte avec la petite fille qui a peur de Martin Squelette... Il est vrai que certains films pour enfants sont souvent trop effrayants (surtout à notre époque... )

    RépondreSupprimer
  8. Bravo Aymeline. Donc tu trouves mon adresse mail dans : Qui êtes-vous? Je ne sais pas pourquoi ils n'ont pas marqué : profil comme dans les autres blogs.

    RépondreSupprimer
  9. Lireaujardin : quelle gloire! Bonne soirée...

    RépondreSupprimer
  10. l'or des chambres : Oui à notre époque surtout! Pourtant le Martin squelette est plutôt amusant mais chaque enfant a sa sensibilité propre. Une de mes filles avait une peur bleue de E.T alors que tous les autres enfants l'adoraient!

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour
    Je l'ai (re)lu l'an dernier, parce que je voulais faire découvrir quelques "classiques" à une gamine... mais ne rien lui "passer" que je n'aie lu avant. Je ne suis pas trop d'accord avec la "mentalité" 10-12 ans que vous attribuez aux "héros": il me semble que l'un ou l'autre fait / font preuve de pas mal de capacités de raisonnement (et ne parlons pas de l'orthographe, impeccable)... Je ne sais pas si en tout cas des gamins de 6e-4e [10-12 ans...] de 2017 auraient les mêmes capacités!
    (s) ta d loi du cine, "squatter" chez dasola
    Merci pour votre commentaire

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.