lundi 14 mai 2012

Peter Silverman : La Princesse perdue de Léonard de Vinci, Editions Télémaque



     La bella Principessa de Léonard de Vinci

Peter Silverman, collectionneur d'art, découvre dans une galerie New-Yorkaise un dessin sur vélin attribué à un peintre anonyme allemand du XIX siècle. Mais son instinct de collectionneur, le coup de foudre qu'il éprouve pour ce portrait de jeune fille en habit de la Renaissance, lui soufflent qu'il s'agit d'une oeuvre authentique de cette époque et, peut-être, d'un Vinci! Le regard expérimenté de spécialistes le confirment dans son intuition. Commencent alors les recherches pour trouver les preuves qu'il s'agit bien d'un Vinci! 

 
Amoureux de l'Art, de la Renaissance et de Léonard de Vinci, ce livre est pour vous! Il se lit comme un roman d'aventure, promenade dans l'Art, qui nous entraîne dans une enquête longue et difficile. La Bella Principessa est-elle une oeuvre de Léonard de Vinci? Quelle est l'identité de cette jeune fille au regard d'ambre clair, à la lourde tresse, au port altier, fantôme effacé par les siècles qui nous séparent? D'où vient-elle? C'est à ces questions que les spécialistes vont répondre. L'émotion ressentie au cours de ces recherches nous permet de comprendre le rôle de l'oeuvre d'art, douée de vie, qui jette un pont entre présent et passé.
Historique, l'enquête nous plonge dans des investigations savantes avec les plus grands spécialistes de Vinci et de la Renaissance italienne. Peu à peu, nous acquérons, sinon des certitudes, du moins de sérieuses présomptions sur l'attribution du tableau peint lorsque Vinci était le peintre officiel de la cour de Milan, à l'époque de Ludovic le More. La jeune princesse de la fin du XVème siècle échappe ainsi au néant, laissant deviner une tragique destinée...

La recherche se poursuit, faisant appel à des preuves scientifiques rigoureuses : datation au carbone 14 et technologie numérale multispectrale. Elle a recours aussi à des techniques d'investigation empruntées à la police scientifique. Mais ce qui prouvera l'authenticité véritable de l'oeuvre c'est la découverte de sa provenance.

Au-delà de ce récit, nous explorons les dessous du marché de l'art où l'intérêt financier prime souvent sur l'amour de l'oeuvre... surtout s'il s'agit d'un Vinci! De plus, cette attribution remet en cause la réputation, la crédibilité des experts. Voilà qui explique le scandale provoqué par la redécouverte de ce joyau qui aurait dû faire bondir de joie tous les amoureux de Vinci! Un livre vivant, érudit, passionnant!

Extrait : Je n'ai jamais acquis d'oeuvre d'art pour leur valeur financière. D'après moi, les gens qui achètent de l'art pour spéculer se trompent, l'intérêt du collectionneur c'est l'amour.. On n'a pas besoin de l'art, mais il faut l'aimer afin qu'il remplisse son rôle fondamental : être esthétique, donner un sentiment d'élévation spirituelle, inspirer et même être décoratif.
Moi-même, j'ai toujours l'impression d'être en lutte contre l'idéologie du marché, pour qui prix élevé signifie grande importance ou beauté. Dans le cas de la Bella Principessa, j'ai suivi ce processus cynique en direct. Quand le dessin était encore attribué à un artiste du XIX° siècle, on l'estimait "charmant". Quand il fut plus tard découvert que le dessin était d'un italien du XV° siècle on le trouva "assez beau". Maintenant qu'on lui a apposé l'attribution Léonard de Vinci le dessin est qualifié "d'exquis... d'extraordinaire... remarquable...", et bien d'autres superlatifs encore.

Les portraits féminins de Leonardo da Vinci

La Bella Principessa vient compléter les quatre portraits féminins connus de Léonard de Vinci :


La belle Ferronnière                                          La Joconde



         
 
Ginevra de Benci                                                               La dame à l'hermine

Un portrait réalisé par un gaucher

La Bella Principessa (détail)
Ce détail permet de noter que les hachures autour du visage sont réalisées par un gaucher. Or, nous ne connaissons que deux gauchers parmi les peintres de la Renaisssance, Vinci et Michel-Ange. Autour des cheveux, à droite, on note des lignes blanches appelées pentimenti, signes que des éléments ont été effacés et redessinés, procédé typique de Léonard de Vinci.


Domenico Ghirlandaio

Peter Silverman, une fois prouvé que le portrait était bien de la Renaissance, a d'abord pensé qu'il s'agissait d'une oeuvre de Domenico Ghirlandaio. Celui-ci est l'auteur des magnifiques fresques de l'église de Santa Maria Novella à Florence. Je les aime tellement que je ne résiste pas à vous faire admirer ce détail :

La Naissance de la Vierge (détail) Santa Maria Novella Florence

Ghirlandaio et Vinci, ayant été tous deux les élèves d' Andrea del Verrocchio, ont, en effet, un air de famille. Mais Ghirlandaio, contrairement à Vinci, est droitier. Le portrait ne peut donc être de lui.

 Ghirlandaio : Giovanna Tornabuoni

Merci aux Editions Télémaque

Pourquoi avoir créé ce blog ?
Parce que nous croyons en l’importance de maintenir, en France, une vraie diversité de l’offre éditoriale. En effet, nous avons la chance de bénéficier d’un tissu dense d’éditeurs indépendants (plusieurs centaines), attachés à jouer le rôle de découvreurs de talents, à tenter des aventures intellectuelles, à contribuer aux débats d’idées. C’est grâce à eux que voient le jour des livres de qualité/ originaux/ hors normes et, souvent, que sont édités pour la première fois les auteurs de demain. (...)
D’où l’objectif de ce blog : repérer, chaque mois, les meilleurs livres en panne de médiatisation et se faire leurs « agents littéraires », c’est-à-dire assurer leur promotion grâce à internet... Lire la suite ici

La princesse perdue de Léonard de Vinci Peter Silverman Catherine Whitney 288 p. Editions Télémaqueprix du livre : 22€





17 commentaires:

  1. J'ai vu le reportage d'Arte sur ce même tableau, et la manière dont il progresse. L'as tu regardé?

    RépondreSupprimer
  2. @ Roz : Non, mais ce devait être intéressant, le livre aussi!

    RépondreSupprimer
  3. très intéressant, je le note :D

    RépondreSupprimer
  4. C'est un livre pour moi! magnifique fresque de Ghirlandaio! un bon souvenir de Florence!

    RépondreSupprimer
  5. @ Aymeline : Un bouquin passionnant , tu aimeras!

    RépondreSupprimer
  6. @ miriam : Oui, Santa Maria Novella! Que de beaux souvenirs florentins! Quant à ce portrait sur Vinci, l'enquête menée nous amène loin dans le temps en italie , à la cour de Ludovic le More..

    RépondreSupprimer
  7. Ca à l'air très intéressant, je le note aussi ! Et moi aussi, j'adore Santa Maria Novella et Florence :)

    RépondreSupprimer
  8. J'ai regardé le reportage sur Arte, fascinante et passionnante histoire que celle de ce portrait !

    RépondreSupprimer
  9. Passionnant ! j'apprends plein de choses. J'ignorais que Léonard était gaucher. Mon gaucher de mari ne va pas manquer de s'en glorifier. Je l'imagine déjà me rétorquant "je te l'avais bien dit que je suis un génie" :D
    Pour le livre, je vais attendre sa sortie en poche avec impatience!
    Côté peinture, j'ai toujours préféré Ginevra à Monalisa !

    RépondreSupprimer
  10. @ Shelbylee : heureuse que tu aies envie de lire le livre qui ne peut que plaire aux amoureux des peintres italiens!

    RépondreSupprimer
  11. @ Océane : C'est vraiment dommage que j'aie raté ce reportage! On devait voir toutes les étapes de l'enquête que Silverman raconte dans le livre.

    RépondreSupprimer
  12. @ Tilia : être gaucher comme Leonardo, c'est un titre de gloire!!Ne lui enlève pas ses illusions! Moi j'ai toujours préféré La Dame à l'Hermine à Mona Lisa et maintenant La Bella principessa que j'aimerais voir en vrai! je suis tout à fait convaincue par les preuves apportées par tous les spécialistes. Si certains experts ou galeristes ne le sont pas, c'est qu'ils ont beaucoup à perdre! Finalement on en sait plus sur ce tableau et sur son origine que sur les autres tableaux comme la Joconde que l'on ne remet pas en cause!

    RépondreSupprimer
  13. Quelle belle découverte! Merci! De vinci est un personnage fascinant que j'ai aimé découvrir par la littérature et aussi via Freud... Tu m'as donné très envie de poursuivre cette piste!

    RépondreSupprimer
  14. très bel article, qui donne envie de se plonger dans la lecture, avec des livres d'art à portée de main!

    RépondreSupprimer
  15. Merci l'ogresse! Justement je pars à Paris où j'irai voir le retable de Vinci restauré!

    RépondreSupprimer
  16. Léonard de Vinci, Florence, l'art... je ne peux que l'ajouter à ma liste à lire, merci!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.