vendredi 12 octobre 2012

Alice Dekker : Chardin, la petite table de laque rouge

Une dame qui prend le thé.

"Je n'ai eu d'autre désir que de faire naître le sentiment grâce à des volumes, à des couleurs et a des formes. Toucher, émouvoir, attendrir, révéler à chacun, l'ignorant comme le connaisseur, la poésie qui frémit dans les choses les plus humbles, dans les scènes les plus banales…"
Voilà les paroles que Alice Dekker prête à au peintre des natures mortes, dans son livre Chardin, la petite table de laque rouge paru aux éditions Arléa.
L'écrivain imagine que l'artiste vieillissant, s'adresse à son fils disparu dans une longue lettre, bilan de sa vie, pour lui révéler tout ce qu'il a tu sur lui-même jusqu'alors, lui si réservé, si pudique. Le peintre nous y apparaît en tant qu'homme avec ses qualités : son grand amour pour sa femme qu'il a épousé sans dot malgré l'opposition de leurs familles; son deuil profond à la mort de celle-ci. C'est elle, attablée à une table de laque rouge, qui figure dans le tableau une dame qui prend le thé. C'est aussi un travailleur méticuleux, un artiste honnête qui peint peu car il est toujours à la recherche de la perfection. Mais il n'est pas sans faiblesses pourtant : quand déçu par son fils, il l'oblige à renoncer au testament de sa mère, sa vanité, parfois, qui le pousse à la recherche des honneurs. Comme tout artiste, Jean Simeon Chardin a des doutes sur son talent et il a besoin de se l'entendre confirmer. Ceci nous introduit dans la vie artistique du XVIII siècle à une époque où les arts sont classés dans une hiérarchie très stricte sur laquelle veille scrupuleusement l'Académie royale, la peinture historique représentant le sommet de cet art. Chardin y fut admis comme "peintre dans le talent des animaux et des fruits", c'est à dire au bas de l'échelle, lui qui délaissant l'héroïque, ne prenait ses modèles que dans le quotidien :
 Et pourtant, si beaucoup dédaignaient la banalité de l'original, ils allaient bel et bien en admirer la copie, et en être les premiers surpris.




Ce roman, d'un tableau à l'autre, mis en perspective avec les autres peintures de son siècle, nous permet de mieux connaître l'oeuvre de Jean Simeon Chardin et surtout de mieux la comprendre, en ce qu'il transcende la réalité et l'anoblit. Et comme celui-ci, héritier des peintres flamands et de Vermeer, fait partie de mes peintres préférés du XVIII ème français, je dois dire que j'ai aimé ce petit livre qui en fait le tour.  


Chardin, héritier de ....


Vermeer







7 commentaires:

  1. Aie aie aie que de livres ajoutés à ma liste à lire! MErci pour ces belles découvertes!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai entendu parlé de ce roman dans l'émission d'Alain Veinstein Du jour au lendemain et cela m'a donné envie de le découvrir !

    RépondreSupprimer
  3. Ce petit livre m'attend chez mon libraire...Je ne sais pas si je trouverai enfin le texte qui me permettra de parler peinture dans mon cours de littérature du XXe siècle!

    Bonne fin de semaine à vous

    RépondreSupprimer
  4. je lis ton billet d'un seul oeil car il m'attend sur mes étagères, comme toi j'aime beaucoup Chardin et quand je vais au Louvre (pas assez souvent hélas) c'est vers ses tableaux que je vais en premier

    RépondreSupprimer
  5. Je ne suis pas une grande fan de Chardin, mais pourquoi pas, justement pour mieux le découvrir
    PS : Ca y est, j'ai mis tous tes liens à jour pour le challenge, excuse-moi pour le retard !

    RépondreSupprimer
  6. Rien de grave! j'ai oublié de te demander quelle est la date de fin du challenge.

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai pas mis de fin pour le laisser assez libre !

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.