mardi 7 mai 2013

Marcus Malte : Les Harmoniques




Marcus Malte est en ce moment l'écrivain chéri des blog littéraires et je vois fleurir des billets sur ses livres ( Que ceux, enfin je veux dire, CELLES, qui se reconnaissent, lèvent le doigt!). Donc, j'ai voulu absolument le connaître!

Dès le premier chapitre de son roman Les harmoniques, j'ai été happée par le style de Marcus Malte, la vivacité, le naturel, l'originalité et l'intelligence du dialogue. Il faut dire que la conversation un peu surréaliste entre Mister et son copain Bob  lors d'une évasion en taxi pour aller voir la mer est un véritable feu d'artifice. Mister, le noir d'origine malienne est un  jeune pianiste. Bob, le blanc, vieux chauffeur de taxi en déroute (je veux dire en train de rendre l'âme.. le taxi pas Bob!) est professeur de philo démissionnaire. Tous deux sont réunis par un même amour du jazz.*  
Par la suite, j'ai trouvé que l'action se mettait un peu trop lentement en place. Il faut dire qu'après un début sur les chapeaux de roue, le rythme retombe un peu, le récit piétine.  Mais si Marcus Malte a l'art du dialogue, il utilise bien d'autres registres et le lecteur se laisse à nouveau emporter :  un style poétique, qui nous retourne, provoque l'émotion comme dans ce passage où il parle des enfants sacrifiés de l'ex-Yougoslavie enfouis dans des caves pour échapper aux bombes, ou celui  si beau, si émouvant de la grand mère de Véra ou encore des moments pleins d'humour qui ont un rythme fou, s'emballent, dérapent, comme ce moment absolument délirant où Mister emprunte, pour ligoter son ennemi, des menottes  à son copain barman, homosexuel qui croit que Mister lui fait des avances! Je ne vous en dis pas plus, c'est hilarant. Ainsi de l'humour à la tragédie en passant par la poésie, Marcus Malte est à l'aise dans tous les genres. Quant à l'histoire policière, Véra, jeune fille d'origine bosniaque, après avoir subi dans son enfance le siège de Vukovar et les bombardements par les forces serbes a pu émigrer en France à la fin de la guerre. Mister l'a remarquée car chaque soir elle vient l'écouter dans son club et semble fascinée par la musique. Mais elle est assassinée et brûlée vive. La police a arrêté les deux coupables mais Mister est persuadé qu'il ne s'agit que de sous-fifres. Bob et lui vont essayer de remonter à la source, au commanditaire de l'assassinat.

 Ce qui m'a particulièrement intéressée dans le récit c'est le contexte réaliste, historique, social et politique, dans lequel il s'inscrit. La société française avec ses immigrés, ses sans-papiers, sa violence et sa misère et aussi ses hommes politiques corrompus qui utilisent leur fonction pour s'assurer l'impunité est brossée sans complaisance et l'histoire nous entraîne dans le passé, dans la guerre des Balkans, ses crimes et les responsabilités de ceux qui font passer leurs intérêts avant tout, au détriment de l'humanité,  posant  ainsi le problème de notre indifférence, nous européens face à ses atrocités..

 La musique, le jazz, tient une place primordiale, est la source où se baigne ce roman noir, le leit-motiv qui unit les personnages, les ondes de choc qui retentissent sur les personnages longtemps après que les notes se sont tues. D'où le titre. Les Harmoniques ce sont  Les notes derrière les notes, dit Mister. Les notes secrètes. Les ondes fantômes qui se multiplient et se propagent à l’infini, ou presque. Comme des ronds dans l’eau. Comme un écho qui ne meurt jamais.  La musique, c'est ce qui permet à Véra, enfant bosniaque, prise dans la guerre, de survivre à la violence et la brutalité, à la noirceur des hommes, de se dire qu'il pourrait y avoir une vie après ça.  Les harmoniques, ce sont les ondes fantômes de la guerre, les notes d'horreur qui la suivent et qui auront raison d'elle.


*Extrait  1 Premier chapitre discussion autour de Wallflower de Gerry Mulligan

- Mon cher Bob, dans la généalogie d'un nègre il y a toujours quelque part un cueilleur de coton ou un coupeur de cannes. N'oublie jamais ça.

- Ouais… je te rappelle quand même que Gerry Mulligan  était blanc. Du moins à ma connaissance.

-Ooh! Je m'étonne qu'un type comme toi se laisse abuser par les apparences (…) Ecoute encore. Ecoute cette  plainte déchirante. Serais -tu devenu aussi sourd que tes ancêtres colons?

-Je t'emmerde Mister, mon ami. Et mes ancêtres aussi, depuis la toute première génération. En fin de compte tu es bourré de lieux communs.

- Je ne suis jamais bourré, tu sais bien

-J'eusse aimé ne pas avoir à te rétorquer que mon grand père descendait à la mine dès l'âge de huit ans. A quatre cents mètres sous terre. Et qu'il en ressortait plus noir que toi et tous les sorciers de ton village. Lui, c'est pas le soleil qui lui donnait sa couleur. Tu la vois la différence?

- Et ta mémé, elle s'appelait Gervaise, c'est ça?

- Elle s'appelait Léonie et elle priait Dieu chaque soir pour avoir à donner à bouffer le lendemain aux onze marmots issus de son ventre fécond.

Voir  aussi
Kathel  :
Asphodèle
Eimelle qui a lu le roman en écoutant la musique indiqué dans le livre.



10 commentaires:

  1. je lève le doigt! cette lecture en musique m'avait séduite!
    bonne journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai vu et pour toi qui est une amoureuse de la musique, c'est un atout de plus!

      Supprimer
  2. Depuis très longtemps cet auteur m'est vanté par un libraire mais je n'ai jamais accroché , grrrr peut être à réessayer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas son meilleur paraît-il! Moi j'ai vraiment été séduite par le style par contre, j'ai trouvé que pour ce roman qui était mon premier de Marcus Malte, le récit traînait.

      Supprimer
  3. Ce roman a tout pour plaire, amis que dirais-tu de Garden of love ! Il est encore meilleur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà un bon conseil. A donner aussi à Dominique.

      Supprimer
  4. Ho je suis vraiment contente qu'il t'ait plu, je commençais à croire que je n'étais plus objective concernant cet auteur mais non tu me rassures ! C'est vrai que par rapport à Garden of Love, il est un peu lent mais (on en reparlera quand tu ras lu Garden), la construction est plus équilibrée. En revanche Garden est inégalable, il faut le lire d'une traite ou presque pour ne pas être perdue, d'ailleurs...Je l'ai offert (et pas racheté) sinon je te l'aurais envoyé. J'ai lu aussi un recueil de nouvelles (j'attends avant d'en parler car je l'ai offert pour le SWAP à ma binômette) c'est Intérieur Nord, ells sont justes parfaites et le tout est cohérent... J'ai "Il va venir", un tout petit "thriller" (le nom n'est pas adapté) je peux te l'envoyer ? Je suis intarissable dès qu'il s'agit de Marcus.
    Par contre je n'ai jamais les réponses à tes comms (à tous les comms Blogspot), donc c'est mieux qu'on continue par mail !!! Bises :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je veux lire Garden Love puisqu'il paraît que c'est le meilleur. J'ai énormément aimé l'écriture de M Malte qui est celle d'un grand écrivain mais c'est vrai que j'ai une petite restriction par rapport au récit de Les harmoniques.

      j'accepte volontiers ta proposition de m'envoyer Il va venir et t'en remercie.
      Je ne savais pas que tu ne pouvais recevoir mes comm. Même si tu t'abonnes par e-mail (voir ci-dessous)

      Supprimer
  5. Je ne lis qu'en diagonale , je reviendrai plus tard car ce roman prêté par Aspho m'attend sur ma pal. Je ne lève pas le doigts, mais tous les doigts et les orteils (oui, je suis très souple) quand il s'agit de cet auteur ! J'ai tout aimé jusque-là eten adulte et en jeunesse. A chaque fois il surprend. Bienvenue chez les marcusisés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les doigts et les orteils! Tous les miracles sont possibles chez les marcusités!

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.