lundi 14 avril 2014

Bordeaux : Festival Itinéraires des photogaphes voyageurs


Kike Aspano Geometrias en equilibrio : Institut Cervantes


Olivier Brossard In a deeper road : Galerie Arrêt sur l'image

Joanna Chudy Silesian Ulysses : Voyageurs du monde

Ma visite de Bordeaux se termine avec ce billet sur Itinéraires des photographes voyageurs, festival qui était en fait le but de mon voyage. Je vous  ai présenté en tête de ce billet trois images pour lesquelles j'ai eu un coup de coeur mais ce ne sont pas les seules! La 24 ème édition de ce festival 2014 organisé par Nathalie Lamire-Fabre et par Vincent Bengold réunit du 1er au 30 Avril, 14 photographes sur le thème du voyage. 


Nathalie Lamire-Fabre, Alain Juppé, et Vincent Bengold :  vernissage Salle capitulaire Cour Mably

Vendredi 4 Avril en soirée et pendant toute la journée du samedi 5 jusqu'à 20H nous avons assisté aux vernissages de ces expositions en présence des artistes. La découverte des images accrochées dans dix lieux différents s'alliaient ainsi à la visite de la ville hors des sentiers battus. Un véritable marathon culturel, passionnant et enrichissant, tant il permettait de rencontrer des tempéraments artistiques divers, tant la démarche de chacun était singulière :  
... du documentaire comme celui de Thierry Girard, au Japon après le Tsunami (Après le fracas et le silence)... 


Thierry Girard : Après le fracas et le silence : Salle capitulaire Cour Mably

... du témoignage écologique comme Terrain vague d'Emmanuelle Coqueray. Ce qui est frappant dans certaines images d'Emmanuelle Coqueray, c'est l'importance attachée à la couleur, au rendu de la matière. Vues de loin les images peuvent évoquer la beauté de la nature, nous projeter dans un ciel étoilé ou dans l'abstraction, vues de près elles révèlent l'horreur : matériaux polluants, poisons, incendie, dépotoirs...


Emmanuelle Coqueray : Terrain vague :  Actimage
Emmanuelle Coqueray : Terrain vague

... à la résolution d'une crise intérieure avec My white désert de Zaïda Kersten,

Zaïda Kersten  My white desert : Espace Saint Rémi

Zaïda Kersten, à la suite d'une crise intérieure s'isole pendant un long hiver dans une île ensevelie sous la neige, en Laponie, dans une petite cabane sans confort. Avouez que l'on croit lire un roman de Nature Writing, Désolations de David Dann ou Indian creek de Pete Fromm! Mais le mal-être, la solitude l'amènent au bord de la folie dont peu à peu elle parvient à émerger jusqu'à se reconstruire. j'ai beaucoup aimé toutes ses photographies en noir et blanc. Le format choisi, très petit, nous oblige à nous pencher sur la photo afin de pénétrer  à l'intérieur de la cabane et dans son intimité. Repliée sur elle-même comme dans une caverne, elle hiberne, à moins qu'elle ne cherche protection, foetus dans dans l'obscurité du ventre maternel? Puis les images de l'extérieur, ces grands espaces blancs, ces aurores boréales, la rencontre d'un animal solitaire, le départ en traîneau... 

Zaïda  Kesrten : My white desert

... jusqu'à la construction d'un Mirage de Bastien Dessolas et Kristof Guez, tous deux partis au Maroc, pour faire naître le "mirage" à l'aide de rayons laser qui rendent insolites les splendides paysages nocturnes.


Kristof Guez et Bastien Dessolas Mirage  : grilles jardin public


 Kristof Guez et Bastien Dessolas Mirage  : grilles jardin public
Kristof Guez et Bastien Dessolas Mirage

... ou à ce qui s'apparente à un journal de bord  : Jean-Michel Leligny explore la réalité de la France  dans son parcours intitulé : 2°20 ou la France par le milieu. Se donnant pour but de suivre le méridien de Paris (2°20) qui trace une ligne "par le milieu" du pays, il s'astreint à photographier chaque jour au cours de son voyage les paysages et les gens qu'il rencontre. Mais fidèle à son métier de journaliste il écrit sur ses photographies, véritable journal de bord que l'on suit avec intérêt. Pour lui, une photo n'a de sens qu'avec un texte. Il met aussi en regard de ses images, des titres du journal Le Monde sur l'économie, le système bancaire, la mondialisation et le décalage entre ces extraits sur le monde "d'en haut" et celui "d'en bas" est tel que jamais, on le comprend, le fossé ne sera comblé.


Jean Michel Leligny : 2°20 ou La France par le milieu : Le rocher de Palmer

Jean Michel Leligny : 2°20 ou La France par le milieu

J'ai été  fascinée,  donc, par cette diversité des regards et des voyages. Si certains ont arpenté les pays lointains (Japon, Laponie, Silésie, Maroc, Portugal),  d'autres ont trouvé près de chez eux l'espace à explorer . 
Ainsi Julie Bourge qui traque les ombres sur les murs de sa ville, révélant la beauté de la quotidienneté dans ce qui nous entoure ou Olivier Brossard qui filme de sa voiture pendant les interminables embouteillages qui le ramènent chaque jour chez lui, dessinant des paysages et une ville en noir et blanc surprenants et poétiques.

Julie Bourges  Umbra
Julie Bourges  Umbra

Olivier Brossard In a deeper road

Pour Andrea Schmidtz dans sa Vision de Dusserdolf,  c'est le paysage banal de sa ville natale qui se  se métamorphose sous la neige, les arbres aux fins rameaux noirs dénudés semblent tracer des signes mystérieux, des dessins géométriques dans la blancheur ouatée, semblables aux empreintes de petites pattes d'oiseaux dans la neige.


Andrea Schmidtz  Vision : Le rocher de Palmer
Andrea Schmidtz  Vision : Le rocher de Palmer

 D'autres artistes partent en voyage à partir d'une oeuvre littéraire comme Marine Lanier, avec La vie dangereuse de Blaise Cendrars.

Marine Lanier : La vie dangereuse 2013

Marine Lanier La vie dangereuse : Espace Saint Rémi



Marine Lanier La vie dangereuse




Aurélia Frey avec Variations suit les traces de George Sand et de ses contes de grand mère ou des légendes berrichonnes. Elle construit ainsi un monde de brumes et de clairs-obscurs, univers fantastique propice aux ombres et aux créatures issues de l'imagination populaire, passage de l'autre côté des choses, du concret à l'abstrait, du réel à l'imaginaire.


Aurélia Frey  Variations :  Marché de Lerme

Aurélia Frey  Variations

Aurélia Frey  Variations

Il faut ajouter que le voyage extérieur reflète toujours un paysage intérieur, révélant une personnalité, une identité. D'autre part, au cours de cette visite, les artistes nous ont fait part de leurs préoccupations esthétiques, philosophiques et techniques, très éloignées les unes des autres, que j'ai trouvées fort intéressantes. Yannick Vigouroux nous expliquant, quant à lui, que contrairement à beaucoup d'entre eux, il a renoncé aux moyens techniques sophistiqués pour revenir à un appareil plus rudimentaire, à la recherche de l'aléatoire. Je pensais en les écoutant à tous ceux qui affirment que la photographie en tant qu'art est à la portée de tous voire qu'elle n'est pas un art!

Yannick Vigouroux, Littoralités
Yannick Vigouroux Littoralités : Arrêt sur l'image


Et encore une pleine brassée d'images

Joanna Chudy Silesian Ulysses : Voyageurs du monde

Joanna Chudy Silesian Ulysses


Malala Andrialavidra Echoes, fragments : Porte 44 MC2A
Malala Andrialavidra, Echoes, fragments


Kike  Aspano : Geometrias en equilibrio Institut Cervantes


Kike  Aspano : Geometrias en equilibrio

Olivier Brossart : In a deeper road : Arrêt sur image galerie

Olivier Brossart : In a deeper road : Arrêt sur image galerie




Itinéraires photographes voyageurs

10 lieux • 14 expositions
Du 1er au 30 avril 2014

Vendredi 4 Avril
    •    18h30 > Rocher de Palmer à Cenon – Jean Michel Léligny et Andrea Schmitz

Samedi 5 Avril
    •    9H30 > Act’Image – Emmanuelle Coqueray
    •    10H30 > Grilles jardin public – Bastien Dessolas et Kristof Guez
    •    11H15 > Voyageurs du Monde – Joanna Chudy
    •    12H00 > Salle Capitulaire Cour Mably – Thierry Girard et Julie Bourges
    •    14H30 > Marché de Lerme – Aurélia Frey
    •    16H00 > Institut Cervantes – Kike Aspano
    •    17H00 > Espace St Rémi – Marine Lanier et Zaida Kersten
    •    18H30 > PORTE 44 MC2A – Malala Andrialavidrazana
    •    19H30 > Arrêt sur l’Image – Olivier Brossard et Yannick Vigouroux

7 commentaires:

  1. Coup de coeur pour "Geometrias en equilibrio Institut Cervantes" et pour "Variations."
    Quelle magnifique exploration ou l'on a bien sur envie de se pencher de loin ou de pret et de se repencher sur chaque image.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un beau festival! Malheureusement la publication de ces photos sur internet en petit format et sans la matière donnée par le tirage ne rend pas compte de la beauté des images.

      Supprimer
    2. Je mettrais les dates du prochain sur mon calendrier, ce serait une belle facon de se rencontrer.

      Supprimer
  2. Magnifique et terriblement tentant, il faut que je trouve si cette manifestation se renouvelle chaque année...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux te répondre : Ce festival a lieu chaque année; c'est la 24 ème édition.

      Supprimer
  3. Que de démarches passionnantes ! Et d'univers différents, si personnels ; je crois que j'aurais particulièrement aimé celle qui s'est réfugiée en Laponie. Aurélia est en très bonne compagnie. Dommage que Bordeaux soit loin de chez moi (je vois que M. Juppé est amateur ...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'intérêt du festival était effectivement de mettre en regard des démarches très diverses, parfois à l'opposé. Effectivement, te connaissant l'expérience de Zaïda Kersten et son travail t'auraient passionnée. (Keisha aussi, je suis sûre). M. Juppé , il le dit lui-même, n'est pas connaisseur en matière de photographie, ayant l'habitude d'être le sujet photographié plutôt que celui qui est derrière l'objectif! Mais il se dit attaché à ce festival qui est une des grandes manifestations culturelles de la ville.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.