jeudi 10 avril 2014

Une brassée d'images (4) Le château de Michel de Montaigne


La tour de Montaigne : au premier étage sa chambre, au dernier sa bibliothèque et son lieu de travail.

Je ne pouvais aller à Bordeaux sans aller rendre une visite de courtoisie à Michel de Montaigne en son château d'Eyquem situé non loin, en Dordogne, au nord du bourg de Saint-Michel-de-Montaigne. Les parties les plus anciennes du château remontent au XVe siècle. Le fief fut acquis en 1477 par Ramon Eyquem riche commerçant de Bordeaux. Son petit-fils Pierre Eyquem de Montaigne (1495-1519), qui fut maire de Bordeaux, et père de Michel, l'a agrandi et fortifié.
Autour d'une vaste cour se répartissent le château et les ailes des dépendances. L'entrée principale est constituée par le châtelet qui flanque la tour de Montaigne du XVIe siècle. Une première transformation a été réalisée à partir de 1860 par Pierre Magne, ministre de Napoléon III, qui rehaussa le corps de logis principal dans le style néo-médiéval. En 1885 un incendie provoque la reconstruction du château dès l'année suivante à partir de ses fondations.
Le parc XIXe organisé à l'occasion de la reconstruction du château laisse encore lisibles les éléments de la composition ancienne du jardin conçue par Michel de Montaigne.
Je le découvre en ce début Avril, paré d'un écrin de verdure qui dans ce printemps précoce commence à se couvrir de fleurs, prairies émaillées de pâquerettes, parcs aux arbres séculaires, large ouverture sur la plaine ensoleillée. Calme et beauté que ne viennent même pas troubler les quelques rares visiteurs qui nous accompagnent.

Vue sur la vallée de la Lidoire au Nord


Une visite printanière

 La tour historique : "la librairie"


La tour de Montaigne est d'époque alors que le corps du bâtiment ne l'est pas


Le corps du bâtiment, privé, emprunte à toutes les époques

La tour vue du parc


La tour vue de la cour intérieure







La Tour vue de l'intérieur  du châtelet



Face à la tour de Montaigne, séparé par le toit des communs, la petite tour de l'épouse de Montaigne, Françoise de Chassaigne (1544-1627) qui assista son mari dans dans la gestion du domaine. 


La tour de Françoise de Chassaigne située à l'Est

Visite-pèlerinage, visite émouvante pour tous ceux qui admirent son oeuvre et s'en nourrissent. Imaginer la vie quotidienne de Michel de Montaigne à partir de ce lieu, de cette tour où il travaillait et des dépendances du château qu'il apercevait de sa fenêtre, prendre conscience de l'inconfort, du froid qui régnait dans ses appartements ouverts aux quatre vents,  se replonger dans une époque révolue où règne la violence et la barbarie des guerres de religion et où son plus immédiat voisin peut se révéler comme un ennemi, toucher du doigt l'érudition du Sage, l'activité de son esprit si ouvert, si en avance sur son époque, dans sa bibliothèque maintenant vide de ses livres. Un rare plaisir....

 La chapelle

 

La chapelle : fresque de Saint Michel terrassant le dragon. Par un conduit auditif percé dans la muraille, Montaigne, malade,  pouvait écouter la messe de son lit dans sa chambre située au premier étage.

 La chambre

 

La chambre de Montaigne

Une petite niche  où il se réfugiait pour se protéger des courants d'air et pour échapper aux "fâcheux" qui venaient lui rendre visite
En hiver j’y suis moins continuellement car ma maison –comme son nom l’indique- est juchée sur un tertre et n’a point de pièce plus ventée que celle-ci.  J’aime que son accès en soit pénible, tant pour le fruit de l’exercice que j’en retire que pour en éloigner la foule.



Le coffre de Montaigne où son journal  de voyage fut retrouvé

La librairie de Montaigne

 

Gravure représentant la bibliothèque de Montaigne avec ses livres

La librairie du Montaigne (à laquelle mon blog doit son titre!) est sa bibliothèque :

Ma librairie est l’une des plus belles librairies de village. Chez moi je m’y réfugie souvent, et d’une main j’y supervise mon train de maison. Depuis sa porte je vois sous moi mon jardin, ma basse-cour, ma cour et la plupart des autres corps de bâtiment de ma maison. Là je feuillette tantôt un livre, tantôt un autre, sans ordre ni but précis, à pièces décousues. Tantôt je rêve, tantôt je dicte et enregistre, tout en me promenant, les songes qui me viennent.


La bibliothèque au troisième étage






La forme de ma librairie est ronde et n’a de plat que ma table et mon siège. Elle m’offre, en une ligne courbe et d’un seul regard, tous mes livres rangés à cinq degrés tout autour. Elle possède trois vues aux riches et libres perspectives, et un diamètre de 16 pas.





Montaigne avait fait graver des maximes d'auteurs grecs et latins sur les poutres

Maximes sur les poutres de la bibliothèque

Statue dans la bibliothèque


C’est là mon siège : j’essaie d’en être le seul maître, et de soustraire ce coin unique à la communauté à la fois conjugale, filiale, et civile. Malheureux, à mon avis, celui qui n’a chez lui aucun lieu où être à soi, où se faire particulièrement la cour, où se cacher. Et je trouverais beaucoup plus supportable d’être toujours seul que de ne pouvoir l’être jamais.

 Montaigne à Bordeaux

 

D’abord magistrat, Montaigne s’implique dans la vie politique en tant que conseiller à la cour des aides de Périgueux, puis maire de Bordeaux. À partir de 1571, il se retire dans son château natal et notamment dans sa « librairie » où il se consacre à la rédaction des « Essais », qu’il ne cessera de retravailler, corriger et enrichir jusqu’à sa mort.


Statue place des Quinconces à Bordeaux

Statue de la place des Quinconces à Bordeaux

 

Les Essais

Au lecteur

C'est ici un livre de bonne foi, lecteur. Il t'avertit, dés l'entrée, que je ne m'y suis proposé aucune fin, que domestique et privée. Je n'y ai eu nulle considération de ton service, ni de ma gloire. Mes forces ne sont pas capables d'un tel dessein. Je l'ai voué à la commodité particulière de mes parents et amis : à ce que m'ayant perdu (ce qu'ils ont à faire bientôt) ils y puissent retrouver aucuns traits de mes conditions et humeurs, et que par ce moyen ils nourrissent, plus altiére et plus vive, la connaissance qu'ils ont eue de moi. Si c'eût été pour rechercher la faveur du monde, je me fusse mieux paré et me présenterais en une marche étudiée. Je veux qu'on m'y voie en ma façon simple, naturelle et ordinaire, sans contention et artifice : car c'est moi que je peins. Mes défauts s'y liront au vif, et ma forme naïve, autant que la révérence publique me l'a permis. Que si j'eusse été entre ces nations qu'on dit vivre encore sous la douce liberté des premières lois de nature, je t'assure que je m'y fusse très volontiers peint tout entier, et tout nu. Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière de mon livre : ce n'est pas raison que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain. Adieu donc ; de Montaigne, ce premier de mars mil cinq cent quatre vingts.

18 commentaires:

  1. Moi aussiiiii !!!! c'est un complément à Keisha !
    Et tu as eu un beau temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un temps merveilleux, très doux et ensoleillé et une jolie saison pour visiter le château.

      Supprimer
  2. Je ne suis pas passée dans ce coin de Dordogne, sinon je n'aurais pas manqué la visite, même si l'on n'a pas lu Montaigne on connaît l'existence de sa tour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, c'est un coin très vert dans un petit village paisible.

      Supprimer
    2. A Aifelle : Tu penses bien que c'était un lieu que je voulais voir depuis longtemps mais je n'avais jamais eu l'occasion de le découvrir et de même pour Bordeaux!

      Supprimer
  3. Bonjour Claudia, tes photos me donnent envie d'aller rendre une petite visite en ce lieu la prochaine fois que j'irai en Aquitaine. Merci et bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une visite très plaisante et à l'écart du bruit et de la foule, tout au moins à cette époque. Evidemment , en été, ce doit être autre chose, je suppose!

      Supprimer
  4. Très belle visite, merci beaucoup :0)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je ne me suis pas privée de photographier!

      Supprimer
  5. Bravo bravo bravo tu penses si je me régale
    il y a quelques années je suis allée à Montaigne mais hélas je n'avais qu'un appareil photo maigrichon et du coup j'ai peu de jolies photos,
    Bon dorénavant je saurai où prendre des photos pour illustrer un livre sur Montaigne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les photos, tu peux puiser ici ou m'en demander d'autres!

      Supprimer
  6. Quel beau lieu ! Merci pour cette visite très inspirante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un beau lieu, je suis cent pour cent d'accord avec toi, tu t'en doutes!

      Supprimer
  7. Superbe, superbe billet et dire que j'ai failli le louper...

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.