vendredi 30 janvier 2015

Les plumes d'Asphodèle : Peut-on rire de tout? Hommage à Charlie







Voir le petit tour des guignols de la Mort

Trois pas par ci, trois pas par là

***


LA MORT...

Sentir le souffle de sa noirceur sur tes yeux

Porter le fardeau bancal des pourquoi dans ton cœur

Lire le silence dans la conscience du temps

Crier ta sidération au ciel déchiré par l'absence

***



PUIS....


Mettre entre parenthèses la douleur

Dicter ta ténacité et ta résilience aux regrets



***

ET MALGRE...


Répondre au vide par l'envol

Et sur la scène du monde

Sur le théâtre sinueux du Bien et du Mal

Peindre l'aquarelle scintillante de la vie

Faire retentir la symphonie du rire.


******************





Suite  et commentaires ICI 




Atelier d'écriture : Les plumes d'Asphodèle.  

Les mots que nous avions à choisir devaient être inspirés par une phrase tirée d’un livre de Clara Dupont-Monod : Le roi disait que j'étais le diable.
" Car ceux qui ont perdu quelque chose, comment font-ils pour éprouver encore de la joie ? (…) Ils connaissent désormais l’envers des choses. » 


La collecte a donné ceci :  
temps, lire, ténacité, sidération, tour (nom masculin), regrets, déchirer, malgré, silence, bancal, résilience, pourquoi, aquarelle, fardeau, parenthèse, vide, rire, envol, vie, consciencecoeur, douleur, scintiller, et , symphonie, scène, sinueux.

16 commentaires:

  1. Encore une fois, tu as fait un beau travail
    Je suis désarçonnée par la nouvelle présentation, j'avais l'habitude de trouver dans la colonne de gauche les blogs et les liens, je ne sais plus où chercher

    RépondreSupprimer
  2. Oui, il faut s'habituer!
    Les liens vers les autres blogs sont à droite. Il y a une barre latérale droite de petits onglets noirs qui apparaît si tu places la souris dessus et tu retrouveras les blogs amis, La littérature, les genres littéraires etc.. mais malheureusement ils n'ont pas tous été sauvegardés. Il manque par une partie des challenges pour y déposer des liens que j'ai donc placés en haut du blog la barre principale. Il me faut tout réorganiser.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Claudialucia :-)
    "Mettre entre parenthèse la douleur" me "parle"
    Bisesss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que pendant quelque temps on a paru vivre entre parenthèses. C'est pour cela, sans doute, que le mot a été proposé?

      Supprimer
  4. Lire le silence dans la conscience du temps... Claudialucia il semble bien qu'il n'y ait plus que le temps qui a le courage d'avoir une conscience.
    Il est fort ton texte. Et je vois que tu as bien du mal à tourner la page, toi aussi.
    Ils seraient heureux de te lire, ces 4 Charlie.

    RépondreSupprimer
  5. merci! Et je vois que c'est de même pour toi!

    RépondreSupprimer
  6. Pas simple à verbaliser : tes mots sont justes et touchants. Tu as vu juste, avec retenue et délicatesse. Bises

    RépondreSupprimer
  7. Toujours très bien. J'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
  8. "Mettre entre parenthèses la douleur"
    C'est ce qu'il faut essayer de faire, mais ce n'est pas toujours facile.
    La montagne m'a bien aidée.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas toujours facile, en effet? Tu t'es mise entre parenthèses à la montagne et cela t'a bien aidée.

      Supprimer
  9. bravo! moi je retiens peindre l'aquarelle scintillante de la vie .

    RépondreSupprimer
  10. J'aime beaucoup cette forme illustrée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore la caricature de la mort. Quel humour, ce Cabu!

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.