mardi 27 janvier 2015

Ferenc Karinthy : Epépé

Epépé de Ferenc Karinthy aux éditions Zulme, roman paru en Hongrie en 1970.
Epépé Editions Zulma





Ferenc Karinthy est un écrivain hongrois né à Budapest le 2 juin 1921 et mort à Budapest le 29 février 1992. Il est le fils du célèbre écrivain et journaliste hongrois Frigyes Karinthy





 Epépé De Ferenc Karinthy (1970)


Budaï, linguiste distingué, s'envole de Budapest pour se rendre à un colloque à Helsinki où il doit faire une intervention. Il dort pendant le trajet et lorsqu'il se réveille et descend de l'avion il s'aperçoit qu'il est dans une ville étrangère et qu'il ne parvient ni à comprendre les habitants ni à se faire comprendre malgré les nombreuses langues qu'il pratique. Que s'est-il passé ? S'est-il trompé de destination? Dans quel pays a-t-il atterri? Quelle est cette ville étrangère où les habitants sont si nombreux qu'il faut faire des queues interminables pour pouvoir se restaurer? Budaï d'abord confiant plonge dans un cauchemar dont il ne semble pas pouvoir s'échapper!

Un monde absurde

 

Première de couverture chez Denoël, une ville tentaculaire

 


C'est donc dans un monde absurde que nous sommes plongés, ce qui fait dire dans le prologue à Emmanule Carrère que «Pérec aurait adoré ». On a aussi dit à propos de Epépé qu'il dépeignait un univers kafkaïen déshumanisé, angoissant et privé de sens..
Un des premiers plaisirs du roman tient à la réaction du personnage qui va nous amener avec lui dans une enquête linguistique et ethnographique. Imaginons-nous dans le même cas ! Quelle serait notre panique ! Pourtant Budaï ne se décourage pas. Il cherche à percer les mystères de cette drôle de langue qui ne semble avoir aucune racine et dont le même mot semble changer chaque fois qu'il est prononcé : «Mais il a beau poser et répéter ses questions dans toutes les langues qu'il connaît ,on lui répond chaque fois de cette même manière incompréhensible, sur cette intonation inarticulée et craquelante : ebébé, ou pépépé ou étyétyé».
Bien que ses recherches soient méthodiques, systématiques, intelligentes, raisonnées, bref ! dignes d'un savant, le mystère s'épaissit de plus en plus et notre héros va aller d'échecs en échecs. En fait nous nous enfonçons avec lui dans l'absurdité d'un monde si totalement étranger non seulement par la langue mais par la manière de vivre, si fondamentalement différent que rien ne permet d'établir un contact avec autrui. A part peut-être avec une jeune fille que Budaï va rencontrer mais qui disparaît très vite de sa vie.  Epépé est donc un roman sur l'incommunicabilité, sur la solitude aussi et l'angoisse de l'être humain dans un monde dépourvu de sens.

Un anti-roman


Certes, Perec aurait adoré : chaque fois que le personnage entreprend une action elle est vouée à l'échec . Quand on pense enfin avoir la clef ou tout au moins une étincelle de compréhension, on est à nouveau plongé dans l'obscurité. Quand un histoire d'amour semble s'ébaucher, elle arrive aussitôt à son terme. Voilà ce que l'on peut appeler un anti roman! J'imagine que les oulipiens effectivement doivent jubiler en lisant ce roman, avec leur amour de la langue et des mots, leur sens du canular, de la mystification.
« On devient membre de l'Oulipo par cooptation. Un nouveau membre doit être élu à l'unanimité, à la condition de ne jamais avoir demandé à faire partie de l'Oulipo. Chaque « coopté » est évidemment libre de refuser d'y entrer (son refus est dès lors définitif), mais une fois élu, il ne peut en démissionner qu'en se suicidant devant huissier.
Les membres restent oulipiens même après leur décès : ils sont alors, selon la formule consacrée, « excusés pour cause de décès ».
Et puis l'auteur obéit à une contrainte que les oulipiens ne sauraient refuser pour telle : mettre son personnage dans un lieu qui n'a aucun sens … et écrire un roman avec ça!

Donner un sens ?


Et bien entendu la lectrice cartésienne que je suis a cherché à trouver un sens au roman ! Comme si l'absurde pouvait avoir un sens ! Pourtant je me suis demandé si Ferenc Karinthy en plaçant ainsi son héros dans un lieu totalement inconnu ne nous présentait pas d'une manière détournée une critique de la Hongrie sous le régime soviétique. Ce monde absurde se révèle très dur. Les hommes y sont comme des robots sans vie, leur vie est mécanique, sans âme. Les gens se méfient des autres, ne se lient pas. La police y est terriblement répressive, Budaï l'apprend à ses dépens. L'insurrection populaire à laquelle le personnage assiste et participe sans la comprendre rappelle bien des évènements hongrois. Dénonciation de la dictature sous couvert d'une fiction dans un univers de l'absurde.

Un roman qui désoriente, étonne et séduit.

14 commentaires:

  1. Je me laisserais bien tenter, même si à la lecture de ton résumé, j'ai l'impression de déjà ressentir une drôle d'angoisse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est angoissant qu'on le prenne au pied de la lettre comme la description d'une dictature ou philosophiquement comme la représentation du non sens de la vie!

      Supprimer
  2. J'ai pensé comme toi, que l'auteur décrivait son pays au travers du roman, mais surtout je me suis laissé emporter aux côtés de Budaï, à essayer de trouver une manière de communiquer ou de sortir de ce pays !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on peut le lire aussi au premier degré : comment va-t-il pouvoir s'en sortir? Tu remarqueras que la fin est ouverte et même peut-être optimiste puisqu'il trouve un nouvel élément à la fin qui lui donne l'espoir de s'échapper.

      Supprimer
  3. On m'a déjà parlé de ce livre de façon très positive. Ta chronique le remet au goût du jour et cette question de l'absurde m'intéresse toujours autant...
    Je crois qu'il fera partie de mes lectures très prochaines !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un roman qui pourrait te plaire, j'en suis sûre; je peux le mettre en livre voyageur; avis à toutes!

      Supprimer
  4. Je l'ai lu récemment et le recommande à tous, qu'on aime ou pas, c'est uen expérience!

    RépondreSupprimer
  5. Si Keisha dit que c'est une "expérience", je vais noter mais tu m'avais déjà convaincue ! Quoique, comme toi, je risque d'y chercher un sens !!! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un roman qui peut être lu à plusieurs niveaux et c'est ce qui fait son intérêt.

      Supprimer
  6. Il y a surement du vrai dans ta conclusion.
    Ce genre de lecture serait pour m'effrayer. De plus en te lisant j'ai eu immediatement en tete l'image de la maman d'une amie qui, enfermee en elle-meme apres un AVC et incapable de communiquer avec l'exterieur, n'a pu repeter pendant 10 ans que "pepepe pepe..."
    Loin de moi l'idee de vous faire broyer du noir. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle horreur! Mais effectivement c'est de cela aussi que ce livre parle; de l'incommunicabilité, de la solitude, de l'absurdité de la vie ,quelle qu'en soit la cause : la maladie, la déshumanisation de la dictature, la déréliction...

      Supprimer
  7. un roman que j'ai lu mais sans grand enthousiasme je suis restée sur ma faim

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un roman dont la lecture fait plaisir mais quand tu réfléchis à a ce qu'il apporte, tu t'aperçois que c'est une oeuvre riche d'interprétations, de sens...

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.