dimanche 15 mars 2015

Eowyn Ivey : La fille de l'hiver

La fille de l'hiver de Eowyn Ivey dans  la collection 10/18



J’ai écrit il y a quelques jours un billet sur le conte russe : La fille des neiges et voici maintenant un roman de Eowin Ivey intitulé la fille de l’hiver qui reprend ce conte et le transplante dans un autre pays de neige et de froid, l’Alaska!



Un couple, Mabel et Jack s’installent en Alaska pour oublier la mort de leur bébé et le fait qu’ils n’ont jamais pu avoir d’autres enfants! Ils sont déjà âgés et l’adaptation à ce pays est difficile. Pour échapper à la pesanteur de leur vie hivernale, ils façonnent une petite fille des neiges. Quelques jours après paraît une fillette étrange, suivie d’un renard roux. Peu à peu, elle prend l’habitude de leur rendre visite mais, toujours insaisissable, repart dans les montagnes enneigées et disparaît complètement au printemps. Mabel qui connaît bien le conte se demande s’ils sont tous deux devenus fous? Sont-ils victimes d’une illusion?



J’avais quelques doutes sur ce sujet que je jugeais difficile. Si l’enfant existe, en effet, nous sommes en plein conte, ce qui ne va avec la narration réaliste du roman. Si, au contraire, l’explication est terre à terre, on peut dire adieu à la poésie du conte!

j’avais tort de m’inquiéter car Eowyn Ivey, évite très bien le piège. Tout en maintenant l’intérêt du roman, elle sait nous tenir à mi-chemin entre poésie, conte féérique, et réalité, un dosage plein de finesse qui nous dispense de nous préoccuper de la vraisemblance de l’histoire, tout en nous permettant d’y adhérer fortement.

 La fille des neiges tableau de Виктор Михайлович Васнецов
Sniegourotchka : de Viktor Vanestov

 Jack avait sculpté ses lèvres et ses yeux. Mabel lui avait donné des moufles et coloré la bouche en rouge. Cette nuit-là une enfant leur était née, d'une poignée de glace et de neige, et de beaucoup amour.
Que s'était-il passé dans ces ténèbres glaciales, lorsque le givre avait auréolé les cheveux de paille et que la neige s'était changée en chair et en os?

On est pris par cette écriture à la fois délicate et forte, qui sait allier la beauté de la description des paysages, le mot juste pour décrire le spectacle magique de la nature, à la rudesse de la vie dans ce pays. Cultiver une terre y devient un combat,  la chasse est ici une question de survie... La nuit paraît une éternité, on se replie dans la solitude et le froid atteint des paroxysmes. Et quand la nourriture manque, quand le découragement gagne, la vie ne tient alors qu’à un fil, loin de la civilisation, du confort ou du secours d’un médecin. Heureusement il y a la solidarité et l’amitié d’une autre famille de fermiers et puis, bien sûr, la présence de Faïna, cette petite fille des neiges, enfant magique, qui va donner et recevoir infiniment d'amour.



Un très joli livre, plein de poésie et de finesse mais aussi de cruauté car les contes pour enfants ne sont jamais très gais!

Je remercie L'or rouge de me l'avoir fait découvrir...



Extraits : un moment très fort, quand Mabel en proie à des idées suicidaires, s'aventure sur la glace de la rivière insuffisamment formée :


Au milieu du chenal, alors que la falaise n'était plus qu'à un jet de pierre, l'eau se mit à gronder sous la croûte de glace qui s'enfonçait légèrement. Elle baissa les yeux et ce qu'elle vit la terrifia. Ni bulles, ni craquelure. Seulement un abîme ténébreux, comme si elle se tenait en surplomb d'un ciel nocturne. Elle fit un pas vers la falaise. Il se produisit un craquement sonore, le bruit d'un bouchon de champagne qui saute. Mabel écarta les jambes. Ses genoux tremblaient. La glace allait céder.

21 commentaires:

  1. étrange, ce conte transposé, est-ce une coïncidence de lecture ou l'as-tu fait exprès? j'aime bien quand les lectures se répondent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'Or qui est venue lire mon billet sur le conte russe et qui m'a indiqué ce roman, ce dont je lui suis reconnaissante!. Tu vois que ce n'est pas le hasard!

      Supprimer
  2. J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman, à mi-chemin entre roman "de survie" et conte. Je suis ravie de le revoir sur les blogs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme toi, je l'ai vraiment beaucoup aimé et le mélange entre "survie" et conte est vraiment très réussi!

      Supprimer
  3. Ahh, je l'ai repéré plusieurs fois en librairie mais j'hésitais beaucoup... Ton billet me décide !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas! Ce roman est passionnant et l'écriture très belle!.

      Supprimer
  4. Il est à la bibliothèque, je le re-note tout de suite (je l'avais perdu de vue).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, lis le, je suis persuadée qu'il va te plaire! Il n'est jamais mièvre, il a même beaucoup de force et certains passages sont étonnants : le dépeçage de l'élan, le combat de la petite fille avec le cygne, le suicide, le mariage, l'enterrement du père.. .. et d'une grande poésie : les anges dans la neige, le flocon de neige, le manteau bleu, la petite fille des neiges elle-même!

      Supprimer
  5. Un conte... ça me plaît ! je l'avais déjà noté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas, tu vas aimer ce délicieux roman!

      Supprimer
  6. Ce que tu dis de l'écriture me tenterait assez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUi, laisse toi tenter! Ce livre est un petit régal!

      Supprimer
  7. Bonsoir :) merci de ta visite chez moi :) je voulais te répondre sur ta boîte mail mais le message est revenu ... A très bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, j'ai découvert ton blog . Tu sais que nous avons une LC ensemble vendredi 20 Mars??

      Supprimer
    2. Oui :) vive l'insurrection poétique !!!:)

      Supprimer
  8. Un pays de neige et de froid, l’Alaska dont je rêve. Pour oublier une mort aussi terrible, le contraste de ce décor froid et dru. Une petite fille des neiges, une idée tendre qui me ferait sans doute verser quelques larmes d’émotions. Merci de nous faire découvrir de si belles choses…
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Alaska : le personnage et au-delà d'elle l'écrivaine dit son amour pour ce pays et sait en montrer la beauté.

      Supprimer
  9. La magie et la poésie sauvent donc de bien des choses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La difficulté de la vie dans cette région n'est pas occultée mais l'on y sent l'amour de la nature, de la neige, des odeurs...

      Supprimer
  10. Argh, je te le conseille alors que je ne l'ai pas encore lue et voilà que tu le lis plus vite que moi :0) En tout cas je suis bien contente que tu l'as apprécié, quand j'ai lu le sujet j'ai tout de suite eu envie de le lire.... Et puis tu sais à quel point j'aime les lectures qui se passe dans les pays froids et lointains... Il me faut vite, vite le lire... Pour ça il suffira de le faire passer tout en haut de la pile mais il n'est pas le seul et ma pile urgente arrivera bientôt au plafond ;0)

    RépondreSupprimer
  11. Comment tu ne l'as pas lu! Mais tu ne sais pas de quoi tu te prives! Tu le mets directement au plafond pour qu'il soit logiquement le premier...

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.