dimanche 4 octobre 2015

Margery Sharp : Les aventures de Cluny Brown


Note de l'éditeur (Belfond)

Délicieuse comédie so british sur l’émancipation des femmes, critique espiègle de l’Angleterre des années 1930 engoncée dans son carcan moral, Les Aventures de Cluny Brown, ou quand une femme de chambre aussi délurée qu’attachante fait fi de toutes les conventions pour former un couple improbable avec un fantasque intellectuel polonais fuyant les nazis. Surprenante création d’un auteur par ailleurs connu pour sa série jeunesse Bernard et Bianca, Les Aventures de Cluny Brown font l’objet d’un véritable culte en Angleterre et ont été adaptées au cinéma par Ernst Lubitsch en 1946. Un concentré d’humour et d’impertinence à redécouvrir sans plus attendre. 

Margery Sharp auteure de Bernard et Bianca et de Les aventures de Cluny Brown
Margery Sharp
Sans le savoir, tout le monde connaît Margery Sharp. Née en 1905 en Angleterre et élevée à Malte, elle s’est éteinte le 14 mars 1991. 
Cette jeune femme de bonne famille, à l’imagination fertile, a très vite manifesté un grand amour pour l’écriture. C’est d’abord dans la littérature pour enfants qu’elle va s’illustrer en créant la série des Rescuers. Si les livres connaissent très vite un grand succès au Royaume-Uni, on connaît mieux en France l’adaptation qu’en a fait le studio Disney en 1977 sous le titre Les Aventures de Bernard et Bianca. Ce que l’on sait moins, c’est que sous ses airs d’épouse rangée, mariée à un illustre ingénieur aéronautique, Margery Sharp était une femme engagée, aux idées féministes bien trempées, digne héritière des suffragettes. Ses romans adultes, sous des apparences légères et un humour tout britannique, font la part belle aux héroïnes dynamiques, bien décidées à gravir un à un les échelons de l’ascension sociale. Le plus bel exemple est Les Aventures de Cluny Brown, livre culte outre-Manche, paru en France chez Julliard en 1946, indisponible jusqu'à sa réédition chez Belfond en Juin 2015.

Fiche résumé source


Dans l’Angleterre des années 1930, Cluny Brown a la particularité d’être laide et d’ignorer les conventions sociales. Cela ne l’empêche pas d’être sûre d’elle, au point d’être jugée impertinente. Son attitude (elle répare la plomberie d'un client de son oncle) lui vaudra un renvoi de chez son oncle, qui lui trouve une place de femme de chambre dans un immense domaine bourgeois de la campagne anglaise. Elle qui a toujours vécu à Londres, un nouveau monde s’ouvre à elle : balades en pleine nature et cueillettes de fleurs sauvages l’intéressent davantage que son travail. C’est d’ailleurs au cours de l’une de ces flâneries qu’elle fait la connaissance d’un pharmacien qui s’éprend rapidement d’elle. Mais les apparences sont trompeuses, Cluny Brown n’est pas aussi naïve qu’elle le laisse paraître, et la fin du roman pourrait bien vous surprendre. Voilà une femme qui sait ce qu’elle veut et qui fait fi de toutes les remarques, souvent mesquines, de ceux qui pensent valoir mieux qu’elle. Une femme en avance sur son temps.
Cette comédie très british devenue culte Outre-Manche, est un classique à (re)découvrir. Entre Jane Austen et Alan Bennett, Margery Sharp défend l’émancipation des femmes avec beaucoup d’humour. À prendre au second degré, of course !

Mon avis

Le roman de Margery Sharp est effectivement, sous son apparence légère, un coup de griffe plein d'humour à la société anglaise et l'auteure a effectivement beaucoup de sympathie pour son héroïne Cluny Brown et son amour de la plomberie, ses gaffes qui offensent la morale collet monté de l'époque! Il s'agit d'un plaidoyer amusant pour l'émancipation de la femme surtout de la femme qui  ne correspond pas aux normes et qui n'a même pas la décence d'être belle!
Hum! C'est pour cela que son rôle est interprété au cinéma par Jennifer Jones; pour la laideur, on repassera!

Charles Boyer et Jennifer Jones dans La folle Ingénue de Lubitsch adapté du roman de Margery Sharpery
Charles Boyer et Jennifer Jones

En restant très fidèle au livre mais en y mettant sa patte, en procédant à quelques petits changements notamment dans la critique sociale, en introduisant des dialogues ciselés et pétillants d'humour, Ernst Lubitsch adapte le livre d'une manière brillante, humoristique, légère mais aussi pleine d'émotion, incontestablement supérieure au roman. Un feu d'artifice!


Le livre : Les aventures de Cluny Brown
Le film : La folle de Ingénue de Ernst Lubitsch

  Bravo à Aifelle, Valentine, Miss Léo et merci aux courageuses moins chanceuses qui se sont colletées avec la difficulté mais n'ont pas pu donner des noix aux écureuils ni des écureuils aux noix!.

 Réplique culte :
Adam Belinski: In Hyde Park, some people like to feed nuts to the squirrels. But if it makes you happy to feed squirrels to the nuts, who am I to say nuts to the squirrels?

Rendez-vous samedi 17 Octobre

15 commentaires:

  1. Voilà un livre et un film qui ont complètement échappé à mon radar personnel !! A réparer d'urgence ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je trouve le film supérieur; au livre il manque un petit je ne sais quoi.. l'intention féministe, la critique sociale y sont mais c'est tellement moins brillant!

      Supprimer
  2. Parfaitement inconnus! Et l'auteure, et le livre et le film. Merci à vous deux de m'ouvrir de nouveaux horizons. Heureusement pour ne pas paraître totalement inculte Lubitsch, je connais et j'aime.

    RépondreSupprimer
  3. Hier j'ai fouiné dans la filmographie de Lubitsch, si, si, mais les titres ne me disaient rien, hélas, pour un roman...
    Autre sujet : j'ignore où se promène Apnée, je crois que l'or rouge serait intéressée? https://lorouge.wordpress.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, La folle ingénue n'est pas le film le plus connu!
      Je vais voir pour l'or rouge. Merci!

      Supprimer
    2. C'est super sympa les filles de penser à moi, ça me touche beaucoup !! Mais depuis vos billets Apnée est dans ma PAL, vous pouvez donc le proposer à une autre lectrice... Merci, vraiment... :0)

      Supprimer
  4. Je ne connaissais absolument pas. Ton article m'a donné très envie de lire le livre en tout cas.

    RépondreSupprimer
  5. Et comme je le disais il ne faut pas rater le film!

    RépondreSupprimer
  6. Je n'aurais pas trouvé...
    Différent registre comparé au « journal d’une femme de chambre » lu il y a peu…
    Ajouté sur ma liste de livres anglais (si je ne vois pas le film avant)

    RépondreSupprimer
  7. Je vous ai envoyé un mail très tard, j'avais trouvé... bouh ! La folle ingénue reste un souvenir lointain mais je ne connaissais pas le livre ni l'auteur, merci Goo*** ! ;)

    RépondreSupprimer
  8. Je n'aurais pas trouvé moi aussi, mais je crois que le film me tenterait bien plus que le livre... Je vais voir si je peux le voir, bises

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Claudialucia, désolé, je n'avais pas vu que tu avais repris cette sympathique initiative. Je ne manquerai pas d'être au rendez-vous le 17 octobre prochain. Bon samedi.

    RépondreSupprimer
  10. Il me tente depuis un moment ... Je le note pour quand il sera en poche. En attendant, tu m'apprends qu'il existe un film !

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.