lundi 5 octobre 2015

Saint Pétersbourg : la maison de Pouchkine et Le nègre de Pierre le Grand

Saint Pétersbourg Alexandre Pouchkine : statue dans la cour  de l'Hôtel particulier du N°12 canal Moïka devenu le  musée Pouchkine
Alexandre Pouchkine : statue dans la cour  de la maison
Alexandre Pouchkine est considéré comme le père de la littérature russe. Il est le premier, en effet, à avoir abandonné le français qui était la langue de l'aristocratie où le russe littéraire, celui utilisé dans la liturgie, pour raconter des histoires dans la langue du peuple, le russe du quotidien; Il est le poète, le romancier, le dramaturge, qui a remis à l'honneur l'Histoire de son pays, les contes, les légendes, les chansons du peuple, leurs croyances, leurs manières de vivre, leur mentalité. Dans les écrits de Pouchkine, j'adore ces personnages du peuple : les "niania" (les nourrices), les fidèles serviteurs qui n'ont pas la langue dans la poche, à la fois superstitieux et pragmatiques et dans tous les cas savoureux!.

Pouchkine est si vénéré en Russie que la cour de l'hôtel particulier où il a loué son dernier appartement, est paraît-il couverte de fleurs chaque année à la date de sa naissance et à celle de sa mort.

 La dernière maison de l'écrivain à Saint Pétersbourg

Saint Pétersbourg :  le musée-appartement Alexandre Pouchkine
Saint Pétersbourg :  Hôtel particulier N°12 canal Moïka devenu le  musée Alexandre Pouchkine 
C'est là, au n° 12 (tout près de l'endroit où j'habitais!) que se dresse le bel hôtel particulier appartenant jadis  au prince Volkonsky. C'est là qu'Alexandre Pouchkine a loué un appartement au premier étage.
On pénètre d'abord dans la cour où se dresse sa statue.

Saint Pétersbourg :  cour du musée-appartement d'Alexandre Pouchkine, jadis hôtel appartenant au prince Volkonsky
Saint Pétersbourg :  cour du musée-appartement d'Alexandre Pouchkine 
La pièce la plus extraordinaire de l'appartement de Pouchkine est la bibliothèque qui contient 4000 ouvrages en 14 langues différentes. Il appelait ses livres "mes amis". De nombreux souvenirs sont restés dans cette pièce :  des écrits, des lettres, sa canne, son fauteuil, le gilet qu'il portait le jour où il a été tué; le petit buste d'un Ethiopien qui lui rappelait son  arrière grand père Hannibal qui était noir.

Saint Pétersbourg : musée-appartement d'Alexandre Pouchkine son fauteuil
Derrière le fauteuil, on aperçoit le canapé où on l'a transporté au moment de sa mort.

Saint Pétersbourg : musée-appartement d'Alexandre Pouchkine sa canne

 Natalia Goncharova Pouchkine

Saint Pétersbourg : portrait de  la belle  Natalia Goncharova l'épouse de Pouchkine
Saint Pétersbourg : musée-appartement d'Alexandre Pouchkine :  La belle Natalia Goncharova

Le piano de Natalia
Natalia Nicolaievna Goncharova  a épousé Alexandre Pouchkine en 1831. Ils ont quatre enfants  et vivent tous dans cet appartement avec les deux soeurs de Natalia entre 1836 et 183. Natalia est courtisée d'une manière qui suscite les commérages et la colère de Pouchkine par le baron George d'Anthès. Bien que français, celui-ci à pu entrer dans le régiment des Gardes de l'Impératrice en tant que sous-lieutenant. Il s'est fait adopter par Jacob Burchard van Heeckeren, ambassadeur des Pays-Bas à Saint Pétersbourg. Pour arrêter les médisances, d'Anthès demande la soeur aînée de Natalia, Ekaterina, en mariage et l'épouse. Il devient le beau-frère de Pouchkine mais il continue ses assiduités auprès de Natalia Goncharova.

Le salon où vivaient ses deux soeurs

Le duel

Je lis dans une note biographique (source) sur George d'Anthès que, s'il est pratiquement inconnu en Alsace, (il est né à Colmar en 1812) il est le français le plus connu de toute la Russie!
La lettre anonyme
Pouchkine reçoit alors une lettre anonyme - en français- le nommant "coadjuteur du grand Maître de l'Ordre des cocus". Est-ce une lettre écrite par d'Anthès pour se venger d'avoir été éconduit par Natalia Goncharova comme l'ont pensé certains? Mais à l'époque tous les nobles parlaient le français et auraient pu écrire cette lettre.  
Pouchkine furieux, écrit au père adoptif de d'Anthès et l'injurie. Sommé de retirer ses insultes, il refuse. Le duel, dès lors inévitable, a lieu le 8 Février 1837 à 4 kilomètres de Saint Pétersbourg. Pouchkine est atteint à l'aine; il tire à son tour et touche d'Anthès au bras. Le poète est ramené à son appartement. Une foule immense se rassemble chez lui en apprenant sa blessure, ses amis sont là, ses pairs, mais aussi les gens du peuple, tous ceux qui veulent lui témoigner un dernier hommage. Il mettra deux jours à mourir dans d'atroces souffrances. Il avait 34 ans!
 George d'Anthès est jugé mais gracié à cause de la gravité de l'insulte faite par Pouchkine à son père adoptif mais il est sommé de quitter la Russie et reconduit à la frontière.
 Et voilà! J'en ai en terminé avec le courrier du coeur mais je vous fais une confidence, moi aussi je hais d'Anthès!

Saint Pétersbourg : Maison-musée de Pouchkine pistolets de duel de l'époque de Pouchkine


George d'Anthès

Le nègre de Pierre le Grand

Hannibal, l'aïeul de Alexandre Pouchkine héros du roman inachevé de Pouchkine Le nègre de Pierre le Grand
Hannibal, l'aïeul de Alexandre Pouchkine

Et je le hais d'autant plus que, à cause de lui, Pouchkine n'a pu terminer le roman dont je vais vous parler : Le nègre de Pierre le Grand. Alexandre Pouchkine raconte l'histoire Ibrahim Hannibal son arrière-arrière-grand père, un esclave noir vendu à Pierre le Grand qui devient son parrain et le prend en amitié. Il l'envoie faire des études dans une académie militaire à Paris. Le jeune homme  rentre ensuite à Saint Pétersbourg où le tsar le reçoit à bras ouverts. Pierre le Grand décide alors de le marier à la fille d'une grande famille qui doit se plier aux désirs du tsar.
Le roman s'achève là pour notre plus grande déconvenue, au moment où l'on commence vraiment à entrer à la cour de Pierre Le Grand, foisonnante de murmures et d'intrigues et à découvrir le Saint Pétersbourg du XVIII siècle.. C'est l'époque où Pierre le Grand, pour punir les nobles moscovites coupables de s'être révoltés contre lui, les oblige à vivre à Saint Pétersbourg, à abandonner leurs vêtements traditionnels qu'il juge archaïques et à adopter des manières de penser et de vivre à l'européenne!

Entre temps, ils* avaient atteint le palais. Un grand nombre de traîneaux longs, calèches démodées et carrosses dorés étaient déjà stationnés sur l’herbe devant l’entrée. Sur les marches se hâtaient des cochers en livrée et à moustaches ; des laquais pressés et rutilants avec des plumes et portant des masses; des hussards, des pages, des heiduques maladroits, embarrassés par les pelisses et les manchons de leurs maîtres, toute une suite indispensable aux yeux des nobles de l’époque. À la vue d’Ibrahim, un murmure général s’éleva de leurs rangs : « Le nègre, le nègre, le nègre du tsar ! » Il conduisit rapidement Korsakof à travers cette foule bigarrée. Un laquais du palais ouvrit toutes grandes les portes pour eux et ils pénétrèrent dans le grand vestibule. Korsakof fut frappé de stupeur... Dans la grande salle éclairée par des chandelles de suif qui brûlaient d’une lueur blafarde dans la fumée du tabac, des hauts dignitaires, les épaules ornées de rubans bleus, des ambassadeurs, des marchands étrangers, des officiers de la Garde dans leurs uniformes verts, des constructeurs maritimes en jaquette et pantalons rayés, allaient et venaient au son ininterrompu de la musique d’instruments à vent. Les dames étaient assises le long des murs, les plus jeunes d’entre elles parées avec toutes les splendeurs de la mode. Leurs robes étincelaient d’or et d’argent ; leurs sveltes silhouettes s’élevaient de leurs monstrueuses crinolines, telles des fleurs au bout de leur tige ; des diamants scintillaient à leurs oreilles, dans leurs longues chevelures et autour de leur cou. Elles jetaient des coups d’œil à droite et à gauche en attendant leurs cavaliers et le début de la danse. Les dames plus âgées avaient fait des prodiges d’ingéniosité pour combiner la mode nouvelle au style du passé désormais interdit : leurs bonnets ressemblaient à la coiffure de zibeline de la tsarine Natalia Kirilovna et leurs robes et mantilles rappelaient dans une certaine mesure les sarafanes et les douchégréïky. Elles semblaient éprouver plus d’étonnement que de plaisir en présence de ces divertissements nouveaux et regardaient avec dépit les femmes et les filles des capitaines hollandais, avec leurs jupes empesées et leurs corsages rouges, qui tricotaient leurs bas, tout en riant et bavardant entre elles, comme si elles étaient chez elles.

*Ils = Ibrahim Hannibal et son ami Korsakof

 

 

10 commentaires:

  1. Quel gâchis tout de même ces histoires. Tous les grands textes qu'il aurait pu encore écrire .. J'imagine que c'est très émouvant de se retrouver dans les lieux mêmes où il a vécu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui! c'est émouvant même si la voix de l'audio-guide était trop emphatique et solennelle!

      Supprimer
  2. Une mort vraiment bête, et comme dit Aifelle un vrai gachis... La bibliothèque est fabuleuse et quelle jolie idée que d'appeler ses livres "ses amis", ça me plait ;0)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est effectivement un vrai gâchis : un si jeune écrivain! La disparition dans un duel me rappelle, hélas!, certaines de ses nouvelles. La fiction correspondait à une réalité, le duel était un vrai fléau.

      Supprimer
  3. Encore une bien belle page russe que tu nous offres là.

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Oui, en effet, et ce devait être rare chez les particuliers à l'époque de Pouchkine.

      Supprimer
  5. Coucou Claudia Lucia, tu n'as pas vu mon commentaire sur ton billet précédent concernant Apnée ? Je te disais que c'était vraiment très très gentil de penser à moi et que ça me touchait beaucoup. Mais vos billets m'avaient tellement inspirée qu'il est dans ma PAL :0) Tu peux donc le proposer à une autre lectrice, merci encore

    RépondreSupprimer
  6. Je ne me souvenais plus! excuse-moi!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.