jeudi 23 juin 2016

La poésie du jeudi : Et j'étais jeune...

Photo de Léonie: Les mains sur un film de l'artiste norvégien Rolf Aamot

J'ai écrit ce poème à la manière du poète norvégien Hauge...

Photo de Léonie: Les mains sur un film de l'artiste norvégien Rolf Aamot


Et j’étais jeune


Et j’étais jeune
et 

 je ne savais pas retenir entre mes doigts l’eau
 limpide du bonheur
 

Et il me semblait que l’espace
n’allumait pas assez de feux dans le ciel
pour guider mes pas.

Je ne m’arrêtais jamais au tic tac de l’horloge.
 
Maintenant
une petite main dans la mienne,
qui palpite comme un oiseau duveteux,

est une source pure,
plus lumineuse
 à mes yeux
que la journée des étoiles.




5 commentaires:

  1. C'est un texte beau et émouvant Claudialucia.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, un joli texte plein de retenue et d'émotion. Et nous étions tous jeunes... Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Et oui, la jeunesse a bien des attraits mais on la vit souvent à toute allure!

      Supprimer
  3. N'avons-nous pas l'impression d'être immortels dans notre tête tout du moins.
    Le mot "palpiter" prend ici toute son importance.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.