dimanche 31 juillet 2016

Festival OFF d'Avignon 2016 : Le Bal d'Irène Némirovsky à La Luna






L’évocation de l’adolescence, et le flot incessant de sentiments troubles qu’elle engendre, est magistralement dépeinte dans la nouvelle d’Irène Némirovsky « Le Bal ».
Le personnage d’Antoinette incarne avec justesse ce rituel de passage, entre tristesse, rêve, enthousiasme, violence et rébellion. La mère, arriviste et pernicieuse, refuse impitoyablement de voir grandir sa fille tandis que le père, récemment enrichi, entend faire son entrée dans le monde, quitte à en payer le prix par d’incroyables et acrobatiques compromissions. 

Irène Némirovsky, née le 24 février 1903 à Kiev, morte le 17 août 1942 à Auschwitz, est une romancière russe d'origine ukrainienne et de langue française. Elle a obtenu le prix Renaudot à titre posthume en 2004 pour Suite française.

 Dans Le Bal,  monsieur et madame Kampf sont des nouveaux riches et veulent briller en société en étalant leur fortune. Ils n’ont pourtant pas l’usage du monde mais pensent que l’étalage de leur richesse suppléera à leur manque d’éducation. C’est pourquoi ils donnent un grand bal et lancent deux cents invitations. Leur fille, Antoinette, qui a quatorze ans, n’a qu’aversion pour sa mère, sotte, mesquine et dure. Cette dernière n’a jamais un geste d’affection pour elle, la gronde, l’humilie en public et, en fait, ne pense qu’à elle-même et à sa position sociale. Et lorsque la jeune fille apprend qu’il lui est interdit de paraître au bal, elle décide de se venger. Sa vengeance sera à la hauteur de son mépris pour ses parents et donne lieu à une tragi-comédie mémorable.
 L’adaptation de la nouvelle de Irène Nemirovsky est très fidèle et habile puisque les thèmes principaux sont mis en relief tout en respectant le point de vue de la jeune fille, celui d’une adolescente révoltée, exaltée et rêveuse, manquant encore de maturité mais assez lucide pour porter un regard féroce sur ses parents! La scène se passe dans un appartement luxueux qui donne lieu à des changements de décor ingénieux, d’une pièce à l’autre, exécutés si rapidement et d’une manière si bien réglée par des domestiques stylés que l’on dirait un ballet.
La mise en scène de Virginie Lemoine et de Marie Chevalot met l’accent sur la satire de la bourgeoisie fortunée, son manque de morale puisqu’elle est prête à admettre chez elle des individus peu recommandables pourvu qu’ils soient riches et /ou titrés. Elle souligne aussi, par l’excellent jeu des comédiens, les petitesses, l’étroitesse d’esprit, la médiocrité et le ridicule de ces parvenus. Mais la professeur de musique, représentante d’une classe  sociale plus modeste, n’est pas en reste de méchanceté et de jalousie mesquine, les domestiques paraissant finalement les plus sympathiques. Traitée comme une comédie, avec des comédiens qui accentuent la charge, cette vision acerbe de la société fait beaucoup rire. Un très bon spectacle.

Marilu Production / 
Coproduction : Les sirènes en pantoufle
Interprète(s) : Lucie Barret, Brigitte Faure, Serge Noël, Françoise Miquelis, Michel Tavernier, Esteban Challis
 Adaptatrice : Virginie Lemoine
 Mise en scène : Virginie Lemoine, Marie Chevalot
 Décors : Grégoire Lemoine
 Costumes : Christine Chauvey
 Musique : Jean-Samuel Racine
 Lumières : Roberto Catenacci
 SNES : MARILU Production
 Succès : Festival d'Avignon 2014

PS : Le Bal sera à Paris au début de l'année 2017.


14 commentaires:

  1. "Le bal", c'est avec ce livre que j'ai fait connaissance d'Irène Nemirovsky. Ça me plairait de voir une adaptation théâtrale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et une adaptation est très fidèle au livre, tout en étant bien théâtralisée.

      Supprimer
  2. heureuse d'apprendre que ce spectacle sera repris!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce sont les comédiens qui l'ont annoncé.

      Supprimer
  3. Je vais surveiller les programmes pour Paris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne me souviens plus si c'est en janvier ou en février...

      Supprimer
  4. J'ai adoré le livre, et je suis ravie de lire que le spectacle sera à Paris début 2017. Je le note dans un coin de ma tête, tu me fais sacrément envie :-)

    RépondreSupprimer
  5. Comme cela m'aurait plus de voir cette adaptation au théâtre du Bal... J'aime beaucoup ce roman, que j'ai fait beaucoup lire.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, c'est un plaisir de le voir porté à la scène.

      Supprimer
  6. J'ai beaucoup aimé cette pièce aussi, la première vue à Avignon cette année ! Et la présentation d'Irène Némirovski à la fin par Virginie Lemoine était éclairante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai! La présentation de la metteuse en scène est d'autant plus intéressante qu'elle a rencontré la fille d'Irène Némirovsky.

      Supprimer
  7. J'aimerais voir cette adaptation, le récit m'a laissé un souvenir marquant de cruauté entre mère et fille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Relations cruelles, en effet et qui font, paraît-il, allusion aux rapports que l'auteure entretenait avec sa propre mère.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.