mardi 31 janvier 2017

Tom Coraghessan Boyle : Les vrais durs


Les vrais durs de TC Boyle sont tellement de vrais durs que j’ai eu beaucoup de mal  à aller jusqu’au bout de leur histoire car j’éprouvais envers eux une certaine répulsion mais… il y a d’abord le talent de conteur de Boyle qui non seulement campe des personnages puissants mais sait conduire un récit crescendo, avec une telle force que l’on se laisse entraîner. Malgré le sentiment de malaise qu’il suscite, le roman finit par nous captiver.  Et puis, il n’y aucune gratuité dans cette violence. TC Boyle peint un portrait des Etats-Unis, d’une certaine Amérique - ici la Californie- qui règle ses problèmes armes à la main et manifestent une haine viscérale de l’étranger. Ceux-là même, j’imagine, qui ont voté Trump ? Peut-être ? 

Dans la famille des vrais durs, il y a Sten Stensen, professeur puis principal de son établissement scolaire. A la retraite, lors d’un voyage en Amérique centrale, son passé d’ancien Marine, vétéran de la guerre du Vietnam, resurgit quand son groupe est attaqué par des petits malfrats. Pourtant sous la dureté, il y a l’homme et c’est tout en subtilité que Boyle explore l’humanité et les failles du personnage, son sentiment de culpabilité, son amour pour sa femme, sa peur de la vieillesse et de la décrépitude et surtout le point faible, son fils.
Et oui, son fils Adam qui ne quitte jamais son fusil. Chez lui, la violence s’allie à la maladie mentale. Il pense être la réincarnation du trappeur Colter, un « dur » du XIX siècle qui, poursuivi par les indiens, sauva sa vie en accomplissant des exploits au-delà de toute endurance humaine. On suit d’ailleurs avec beaucoup d’intérêt le récit des aventures mouvementées de ce personnage hors norme. Quant à Adam, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est complètement allumé.
Enfin Sara qui vit seule avec son chien bien-aimé et refuse tout autorité, déniant à l’état de Californie le droit de lui imposer des règles. Une illuminée? mais plus inoffensive que les précédents. En fait, son refus de l’autoritarisme se retourne contre elle.
C’est donc bien l’Amérique malade que Boyle présente sans occulter les difficultés et les désastres pour la santé, la sécurité et l’écologie que provoque l’immigration mexicaine sauvage qui s’organise en cartel de la drogue. Ils développent leur culture dans les forêts californiennes qu’ils détruisent et font circuler la drogue dans le pays par l’intérieur sans avoir à franchir de frontières. La tentation est grande de céder à la haine et aucun ne va en sortir indemne.
Un livre que je ne regrette pas d’avoir lu car il permet de comprendre l’Amérique d’aujourd’hui et peut-être aussi notre monde actuel.

15 commentaires:

  1. Ces durs ne me disent rien du tout! La réalité américaine me suffit en ce moment. Et ceci sans préjuger de la qualité du livre. Seulement ce n'est pas le moment pour se démoraliser encore plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais, je sais ! Il n'empêche que c'est un bon livre!

      Supprimer
    2. oui mais je suis très remontée contre Trump et ce qui se passe aux USA

      Supprimer
  2. Je tourne autour depuis longtemps... Il est à la bibli, y compris en vO. Mais ça peut attendre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jour viendra ! Il y a un temps pour tout y compris pour les livres que l'on a refusés longtemps... Cela m'arrive souvent.

      Supprimer
  3. J'ai été emportée par ce livre. Ce portrait de l'Amérique est tellement saisissant (pas dans le bon sens du terme, malheureusement) et le roman est si bien écrit que j'ai pu passer sur le fait que les personnages ne me plaisaient guère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, moi aussi, malgré mes réticences, je n'ai pas pu le lâcher- l'écriture est tellement vigoureuse- même si j'ai été récalcitrante.

      Supprimer
  4. un auteur que je trouve difficile de par les sujets qu'il traite mais bon il y a longtemps que je ne l'ai pas lu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce n'est pas un auteur qui fait plaisir à cause des sujets choisis mais il écrit sur son pays et il le fait bien, avec lucidité.

      Supprimer
  5. Ouh là là ... Je ne sais pas si j'ai envie de lire ça, trop actuel, trop sombre ... Mais la couverture est très jolie :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La photo de la couverture est très belle, en effet, et avec des couleurs irréelles.

      Supprimer
  6. A priori, il ne m'aurait pas attirée, mais ce que tu en dis me fait réfléchir. Ça aide sans doute à comprendre pourquoi les Etats-Unis en sont là où ils en sont et nous avec.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en particulier le rapport aux armes, cette mentalité de l'auto-défense, cette admiration pour les "durs", ce mythe plutôt primaire du héros... il y a tout cela dans ce livre.

      Supprimer
    2. Cela fait longtemps que je n'ai pas lu Boyle : après deux coups de cœur (America et Water Music), j'avais été déçue par La belle affaire. Ton billet me donne vraiment envie de lire ce titre : la thématique, l'intensité que tu dépeins, tout me tente !

      Supprimer
    3. Je ne peux pas comparer mais j'ai trouvé le sujet fort.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.