mercredi 15 février 2017

Meg Wolitzer : La doublure



Meg Woltizer la doublure : Résumé quatrième de couverture

Joan, 64 ans, est confortablement installée dans la première classe d'un avion. Elle voyage vers Helsinki où son mari, un écrivain très célèbre, unanimement considéré comme un génie, doit recevoir une prestigieuse récompense pour l'ensemble de son oeuvre. Tout va donc pour le mieux dans ce couple respecté de tous. Et pourtant... dans cet avion, à ce moment précis, Joan vient de décider de quitter son mari. Elle repense à leur rencontre dans le New York du début des années 1960, dans le quartier de Greenwich village. Puis leur marche commune vers le succès. Surtout, elle revient sur le secret qui cimente leur relation depuis de longues années. Si elle décide de partir, tous les deux y perdront beaucoup. Toute leur vie. Comme dans Les Intéressants, Meg Wolitzer déploie, dans ce roman, son art de l'analyse psychologique et du flasback . La doublure porte un regard lucide sur le couple, sur le succès et sur toute une génération issue des années 60.

C’est Kathel qui m’a donné envie de lire ce livre et pour une fois je l’ai trouvé en bibliothèque !  Les miracles existent ! Je dois que dire que j’ai été subjuguée par cette écriture, tellement que je n’ai pu lâcher le livre et que je l’ai lu en une nuit.

Le thème principal parle de l’effacement d’une femme pourtant  très douée  devant  son mari, un grand écrivain couronné par plusieurs prix littéraires dont celui très convoité de Finlande. Joan est de celle qui sacrifie ses dons, abandonne ses études et une possible carrière pour se consacrer à Son Grand Homme. Il faut dire qu’elle est toute jeune quand elle l’épouse et qu’en plus il est son premier amant et son professeur de lettres donc il bénéficie d’une autorité sexuelle, spirituelle et d’une aura incontestable tout au moins au début du mariage. Il faut ajouter encore pour mieux comprendre son sacrifice que dans les années 1950-60, il est très difficile pour une femme de réussir comme écrivain. Même talentueuses, les femmes-écrivains sont souvent étouffées par leurs homologues masculins dans ce milieu de l’édition extrêmement misogyne, à moins de posséder un tempérament de fonceuse et de ne pas s’en laisser imposer !  Or, Joan est timide et a des doutes sur ce que doit être une femme-écrivain ou tout simplement une femme.  Elle aussi participe aux poncifs véhiculés à son époque sur le statut féminin.

« Je ne voulais pas devenir « femme-écrivain », peintre du monde dans des couleurs d’aquarelle, ou à l’inverse une dingue, une casse-couille, une raseuse épuisante. »

Sur ce, vous risquez de me dire que le sujet n’est pas très original, qu’on a lu cent livres sur ce thème féministe et… Oui, mais, si ce n’est pas original, c’est d’abord parce que c’est fréquent dans ces années-là et pas seulement... parce que la femme même a notre époque n’est pas encore l’égale de l’homme et trop souvent a tendance à s’effacer ! Le sujet n'est donc pas caduc.  Et puis, il y a l’écriture de Meg Wolitzer et celle-ci est tellement pugnace, caustique, qu’elle vous tient en éveil. Un style sans concession et plutôt coup de poing qui détaille avec une ironie parfois féroce et lucide le lent délitement d’une vie de couple, ses fatigues, son usure, quand il est fondé sur l'inégalité.
Ainsi quand sa fille lui demande pourquoi elle ne divorce pas puisqu’elle se sent si malheureuse :

« Elle ne savait rien de cette sous-culture des femmes qui restaient, des femmes incapables d’expliquer leur allégeance par des voies logiques, qui tenaient bon parce que c’était ce qui leur paraissait  le plus confortable..  Elle ne comprenait pas le luxe  du familier, du connu : le même dos saillant sous les couvertures, et la même touffe de poils dans la même oreille. L’époux. Une figure qui ne vous inspirait aucun élan, qui ne vous mettait jamais dans tous vos états, mais simplement vous viviez à côté de lui… »

De plus, le récit se déroule dans un milieu d’écrivains, autre centre d'intérêt, et s’y ajoutent les interrogations sur le métier d’écrivain, sur les différences entre l’écriture féminine et masculine.. s’il y en a une.
La construction du roman est habile et pendant le voyage qui l’amène en Finlande la pensée de Joan oscille entre le présent et différentes strates de son passé, qui fait apparaître sa vie familiale avec Joé et ses trois enfants. Peu à peu la psychologie des personnages se révèle, s’affirme et là aussi Meg Wolitzer sait dévoiler les sentiments ambivalents, complexes, entretenus par ce couple dans lequel la femme a toujours tenue le rôle de doublure… jusqu’à ce que la coupe soit pleine. Du moins pour Joan.
Un petit bémol, la fin du récit  ainsi que le "secret" sont trop attendus mais ce n'est pas ce qui est le plus important. Cela ne m’a pas empêchée de beaucoup aimer ce livre si convaincant et d’avoir envie de découvrir d’autres oeuvres de Meg Wolitzer.

Lire aussi :


8 commentaires:

  1. Il m'attire plus que son précédent roman...

    RépondreSupprimer
  2. Oui, le "secret" n'en est pas vraiment un, mais quelle écriture ! (et la traduction est à saluer aussi)

    RépondreSupprimer
  3. Tous ces thèmes m'intéressent beaucoup aussi et ton enthousiasme me fait noter ce titre tout de suite.

    RépondreSupprimer
  4. un thème rabâché mais je ne crois pas qu'il soit obsolète hélas

    RépondreSupprimer
  5. Avec un billet pareil, impossible de ne pas être tentée. Et il est à la bibliothèque alors ...

    RépondreSupprimer
  6. N'ayant pas aimé son précédent, j'ai du mal à avoir envie de lire celui-ci.

    RépondreSupprimer
  7. tu me tentes, je note....pour plus tard

    RépondreSupprimer
  8. Je n'ai pas du tout aimé "Les intéressants" mais j'avoue que celui-ci me tente.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.