lundi 13 février 2017

Molière : Le Misanthrope mise en scène de Clément Hervieu-Léger à la Comédie française

Le misanthrope de Molière à la Comédie française  mise en scène de Clément  Hervieu-Léger : Oronte, Célimène, Alceste
Le Misanthrope mise en scène de Clément  Hervieu-Léger : Oronte, Célimène, Alceste
J’ai eu la chance d’assister à la représentation de la pièce de Molière Le Misanthrope à la Comédie française, mise en scène par Clément Hervieu-Léger retransmise au cinéma à Avignon et dans 300 salles de cinéma le 9 Février. Quel bonheur de pouvoir assister à distance à une mise en scène que j’étais curieuse de découvrir à force d’en entendre parler !

L’actualité du Misanthrope

Célimène et Alceste
Disons tout de suite - parce que c’est un détail de la mise en scène- que le metteur en scène Clément Hervieu-Léger a transposé l'action dans notre monde contemporain, ce qui se justifie aisément par l’universalité des propos de Molière.
Et oui, Le Misanthrope est si actuel, si vrai, que je pensais en voyant la pièce, à ces hommes politiques qui font campagne actuellement et à ces classes sociales mondaines qui détiennent l'argent et le pouvoir et qui ont peu changé depuis le XVII siècle : un milieu où celui qui est le plus méchant est considéré comme celui qui a le plus d’esprit et l’emporte sur l’autre. Autrement dit, l’art de dire des vacheries et d’être le plus rosse porté à sa quintessence. Les rumeurs, les moqueries, les médisances ne cessent de circuler et ressortent au bon moment pour blesser celui qui en est la victime. J'ai noté, à ce propos, une trouvaille de mise en scène qui en dit long sur cette société. Les petits marquis reprennent à la fin de l'acte II la chanson traditionnelle qu’Alceste a citée comme le modèle du bon goût dans la scène 2 de l'acte I : " Si Henri m’avait donné Paris sa grand ville/ je dirai au roi Henri… ». On apprend ainsi que les commérages se propagent derrière son dos et qu' Alceste est la cible des moqueries de tous.
On peut y ajouter l’hypocrisie, toutes ces protestations d’amitié et de respect pour mieux poignarder l'adversaire quand il a le dos tourné ! Car c’est bien cela que Molière dénonce, entre autres dans sa pièce, à travers Célimène, Arsinoé et les petits Marquis. Et il s'en prend aussi à la justice qui  jugera en fonction des appuis, des amitiés politiques, des avocats dont vous bénéficiez. C’est ce qui arrive à Alceste qui a le bon droit pour lui mais perd son procès parce qu’il n’a pas voulu jouer ce jeu malhonnête .

Alceste un personnage tragique

Le Misanthrope Alceste et Oronte
Le Misanthrope Alceste et Oronte
Quand j’étais lycéenne, j’adorais Alceste, sa révolte, son dégoût de cette société corrompue et mensongère. Je trouvais qu’il y avait un certain panache et une réelle grandeur dans ce personnage. Quant à son amour, je le voyais comme une passion romantique et fatale.
 Ce n’est pas ainsi que nous le montre Clément Hervieu-Léger. Il a choisi de mettre en valeur le côté noir de la pièce et d’en souligner  le pessimisme. En effet, Alceste est un personnage tragique et s’il fait rire autour de lui, sa souffrance est exacerbée. Sa haine du genre humain est telle que l’on ne peut plus (c’est du moins ce que j’ai ressenti) avoir de l’empathie pour lui du moins dans cette mise en scène. On le voit s’enfoncer dans la dépression, la déraison et même la folie. Hors de lui, c'est le terme qu'il faudrait employer lors de cette scène très bien interprétée par Loïc Corbery  où Alceste se jette sur Célimène, la brutalise et semble prêt à la prendre de force avant de revenir à la conscience. Le personnage y perd de sa grandeur, il devient objet de rejet, presque de répulsion. Il est même inquiétant et fait le vide autour de lui. La misanthropie est ici traitée comme une maladie grave. Mais l’amour aussi est une maladie quand elle est vécue comme le vit Alceste. Rien de romantique ici, c’est une souffrance entièrement négative, qu’Alceste vit à son corps défendant et qui ajoute à son angoisse. Je n’avais jamais vu interpréter cette pièce avec une telle noirceur et j’ai trouvé ce point de vue passionnant. 

Philinte, un personnage qui n’a pas sa place

Dans Alceste à bicyclette
Pourtant ce qui m’a un peu gênée, c’est qu’en accordant une telle importance à Alceste, le metteur en scène laisse moins de place à son ami Philinte qui par contraste paraît effacé. Non qu’il soit mal interprété. Au contraire, j’ai aimé la sobriété de Eric Génovese mais Alceste présente une telle démesure dans son interprétation qu’il exclut l’équilibre et la tempérance. Or, c’est ce qu’incarne Philinte qui est le type de « l’honnête homme ». On se souvient qu’il représente le juste milieu, la modération, la sagesse. Il est aussi important pour Molière qu'Alceste. Or, le juste milieu n’a pas l’air d’avoir vraiment intéressé C. Hervieu-Léger. On pourrait dire la même chose de la « sage » Eliante (Jennifer Decker). A mon avis, la mise en scène en fait un peu trop une pâle copie de Célimène en particulier dans la scène des portraits, où on la fait jouer d’une manière coquette, petite fille, primesautière. Pourtant elle est le pendant de Philinte et non de Célimène.

Célimène, encore mystérieuse

Cécile Sorel dans le rôle de Célimène
Il me reste encore bien des interrogations sur ce personnage. Célimène reste pour moi un mystère. Le plus souvent, elle est considérée comme une coquette voire une allumeuse. Je me souviens l’avoir vue à Marseille dans une mise en scène où elle était la tenancière d’une maison close ! Oui, je sais, c’était vraiment exagéré ! Intelligente, observatrice, spirituelle, elle est certainement une grande dame à l’égal de ceux qu’elle fréquente et qu’elle mystifie. Mais est-elle vraiment leur égale ? Si un Oronte ou un Alceste, la grande bourgeoisie, veulent l’épouser, en est-il de même des petits marquis,  noblesse de cour fière de ses titres, qui veulent peut-être tout simplement la mettre dans leur lit. A moins qu'elle ait une grande fortune ? Et pourquoi se conduit-elle ainsi ? Elle dit elle-même qu’elle ne le sait pas. Il est curieux de voir qu'elle n'a de parents pour veiller sur elle, personne pour lui dire qu'elle se conduit dangereusement dans une société qui n'attache d'importance qu'au paraître. J'ai lu dans une critique de presse que la robe noire portée par Célimène au début de la pièce pourrait être un signe de deuil. Le metteur en scène voudrait-il indiquer qu'elle a perdu ses parents ? C'est peut-être aller trop loin ?

Clément Hervieu-Léger en fait aussi un personnage tragique. Elle a l’air de souffrir de ses propres atermoiements, de ses errances, ce que la comédienne interprète parfaitement. On la sent douloureuse, hésitante, inquiète.  Ce qu’il y a de certain, c’est que dans le dénouement elle est mise au ban de cette société qu’elle aime tant et l’on se demande comment elle pourra vivre après le scandale qui l’éclabousse. Et là encore le jeu est d’une grande violence.

 Je n'ai pas aimé par contre son interprétation sans relief des portraits dans la scène 4 de l'acte II, trop entrecoupée de fous rires peu naturels et souvent perturbée par  les autres personnage qui se lèvent de table et se rassoient, boivent... En fait, ils étirent l'action, ajoutent des longueurs inutiles et détournent l’attention.  Le spectateur n'a pas le temps de "voir", de savourer cette galerie de personnages passés au crible de l'esprit et des talents redoutables de Célimène. Le repas dans ce hall désaffecté qui est tout sauf une salle à manger m'a de plus gênée. On se demande bien pourquoi elle les reçoit là.
D'ailleurs d'une façon générale, je n'ai pas aimé le décor. Je veux bien que ce soit le hall d’un hôtel particulier (celui de Célimène) pour respecter la règle de l’unité de lieu du théâtre classique; mais pourquoi en réfection, avec des meubles couverts de draps, un lustre par terre, des escaliers sans grâce? Du coup, le lieu paraît désaffecté, en désordre, mal éclairé, et accroît mes questions - sans toutefois y répondre-  sur le statut social et la fortune de Célimène.

La prude Arsinoé, une interprétation originale

Arsinoé : Florence Vial
La scène entre Arsinoé et Célimène où les deux comédiennes rivalisent d'agressivité sous des dehors de politesse cérémonieuse est excellente. Le duo est interprété avec brio et l'on a, ici, le temps de savourer l'esprit de répartie, l'acrimonie des deux "amies".
 Florence Vial incarne une Arsinoé surprenante pour moi qui ne l’avais jamais vue que ridicule : une coquette très âgée, usée, poudrée de blanc, prude et vertueuse parce qu’elle ne peut plus avoir de vie amoureuse. Dans cette mise en scène, elle n’est plus ridicule. Elle est interprétée par une femme encore jeune, élégante et qui a de la classe. Sa réaction quand Célimène se moque de son âge avancé (40 ans au XVII siècle!! ) ne manque pas d’une certaine dignité et l’on n’a pas envie de rire de sa colère et de sa blessure. Au contraire, l'on sent que c'est une femme qui a du répondant et qui peut être dangereuse. Elle a certainement des appuis puissants et est plus habile (et plus retorse) que Célimène pour l'emporter dans la société comme la  suite le prouvera.

Le spectacle filmé

Alceste et Arsinoé
J'ai trouvé que la pièce était bien filmée et que la caméra mettait en valeur les réactions des personnages au bon moment, avec beaucoup de pertinence. On voyait mieux les comédiens que si l'on était dans la salle grâce aux gros plans sur leur visage et l'on entendait bien.  Alors que j'ai lu des critiques qui se plaignaient du manque de clarté dans la diction des comédiens et du fait que l'on n'entendait pas toujours. 



 En résumé :
Passionnante, c’est le mot pour la mise en scène de cette grande pièce qui peut donner lieu à tant d’interprétations différentes. J'ai été ravie de pouvoir assister à une représentation de cette qualité.

3 commentaires:

  1. Quel plaisir que ces retransmissions c est la première fois que j en entends parler. Analyse très fine d une pièce que tu connais bien. J ai vu récemment Alceste à bicyclette cela donne envie de revoir le Misanthrope

    RépondreSupprimer
  2. Ces pièces filmées vont passer chez moi (hélas un seul spectateur pour celle-ci m'a-t-on dit-je n'y étais pas)et deux autres devraient suivre. D'ordinaire il m'arrive de voir l'opéra filmé. Le plus oui c'est le gros plan, le moins, c'est qu'on ne voit que ce que la caméra montre (parfois j'aimerais bien avoir une vue d'ensemble)

    RépondreSupprimer
  3. J'ignorais cette diffusion originale - à quand les hologrammes sur d'autres scènes ? Trêve de plaisanterie, ton billet m'a beaucoup intéressée, "Le misanthrope" étant ma pièce préférée de Molière. Chaque fois, les metteurs en scène arrivent à lui faire dire quelque chose de neuf, la pièce est si riche. J'espère que cette pièce filmée sera diffusée un jour à la télévision, bien que le théâtre passe mal au petit écran.
    Pour Molière, Alceste est risible et non tragique, grotesque dans ses excès et admirable de sincérité. Dommage que tous les rôles ici ne soient pas à la hauteur, c'est si important. Chaque fois que j'assiste au Misanthrope, comme toi, je suis frappée par son actualité : un chef-d'oeuvre !

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.