samedi 3 juin 2017

Iles Lofoten, Kabelvag : Le peintre Kaare Espolin

Kaare Espolin Johnson  îles Lofoten Galerie Espolin
Kaare Espolin Johnson : les îles Lofoten

Dans les îles Lofoten, au mois de mai, de nombreux musées et galeries d'art sont fermés. Ils n'ouvriront qu'à la mi-juin. Pourtant à Kabelvag, j'ai pu découvrir l'artiste Kaare Espolin Johnson.


 Il naît à Surnadal dans le Vestlandet en 1907 et meurt en 1994 à Ljarn, près d'Oslo. Son enfance dans le Finnmark et son installation dans les Lofoten dans les années 1950 expliquent son intérêt pour ces deux régions qui reviennent très souvent dans son oeuvre.
Espolin abandonne la peinture à l'huile à cause d'une grande déficience visuelle pour se consacrer à la lithographie et la sérigraphie.
Les trois salles d'exposition permanente permettent de faire connaissance avec ce peintre qui a trouvé son inspiration dans les îles auprès de ce peuple de pêcheurs à la vie dure et dangereuse comme le rappelle la lithographie ci-dessous où l'on voit les spectres des marins morts en mer suivre la trace des vivants.


Ainsi son pinceau est à la fois réaliste et empreint de spiritualité comme dans cette barque ci-dessous où les rameurs ont leur regard tourné vers le ciel, tandis qu'une croix nimbée de lumière à l'avant de l'embarcation semble les guider hors des ténèbres..

Iles Lofoten Kabelvag :  Kaare Espolin Johnson  Les rameurs
Kaare Espolin Johnson : Les rameurs

J'aime beaucoup l'audace de ces compositions, les variations du point de vue (audacieuse plongée sur les  rameurs), du cadrage, de l'échelle de grandeur comme dans la lithographie suivante où les hommes en gros plan, la proue pointée sur nous mais décalée par rapport à la ligne médiane, gesticulent d'une manière étrange. J'ai appris qu'ils pêchaient à la dandinette et j'étale devant vous mon savoir tout neuf : la dandinette est une pêche au leurre, appât vertical que l'on tire et laisse retomber à plusieurs reprises pour appâter le poisson.

Kaare Espolin Johnson : pêche à le dandinette

Kabelvag galerie espolin  tableau de Kaare Espolin Johnson   : Vers les Lofoten
Espolin  : Vers les Lofoten

Mais Espolin est aussi illustrateur de magazines.



Illustrateur de contes, de récits et de romans comme le Ringelihorn de Regine Normann ou Le dernier viking de Johan Boyer. Il réalise aussi des couvertures de livres.

galerie espolin à Kablevag iles Lofoten : Kaare Espolin : rêve d'une nuit d'été
Kaare Espolin : rêve d'une nuit d'été




Galerie Espolin à Kabelvag : Kaare Espolin Johnson : La jeune fille au gramophone
Kaare Espolin Johnson : La jeune fille au gramophone
La jeune fille au gramophone est une illustration d'un conte de Noël : La jeune fille est assise , la veille de Noël, et écoute de la musique mélancoliquement.

Kaare Espolin Johnson : titre ?
Finnmark  Liberté

 Kabelvag : L'aquarium et le musée ethnographique



La galerie Espolin, Galleri Espolin est aussi associée à la visite du Lofotmuseet, qui témoigne de la vie de pêcheurs au XIX siècle dans l'ancien port de pêche nommé Vagar et de celle du riche propriétaire des bateaux. Le contraste entre la maison bourgeoise et les rorboer, maisons de pêcheurs, rudimentaires est intéressant!

Lofoten kabelvag musée etnographique  : intérieur d'une Maison de pêcheur
Maison de pêcheur

Maison de pêcheur : intérieur

Lofotmuseet : Maison de pêcheur : intérieur Iles Lofoten
Maison de pêcheur : intérieur
Et puis il y a la visite  qui a beaucoup plu à toute la famille du Lofotakvariet, de l'aquarium, avec ses phoques et ses loutres, et toute la vie sous-marine des fjords. Succès assuré auprès des enfants et pas seulement. Il faut dire que la visite a été faite avec quelqu'un de passionné qui a permis à ma petite-fille de caresser les étoiles de mer.

Caresser les étoiles de mer à l'aquarium des Lofoten
Lofoten Kabelvag : Lofotakvariet un bel aquarium
Kabelvag : Lofotakvariet, un bel aquarium

Un phoque qui attend qu'on lui nettoie son bassin
Elevage de saumons


4 commentaires:

  1. Saisissantes les œuvres de Kaare Espolin. J'ai l'impression que les techniques utilisées y sont pour quelque chose.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, saisissantes ! Ces oeuvres ont beaucoup de force... et ce travail sur la lumière, ces clairs-obscurs.

    RépondreSupprimer
  3. Quel talent! Quelle originalité! C'est le cas de le dire on s'embarque d'emblée dans les œuvres de Kaaren Espolin.
    Maison de pêcheur très spartiate.
    Vous avez vécu une belle expérience à l'aquarium.

    RépondreSupprimer
  4. Ca ne m'étonne pas que la sortie à l'aquarium ait plu ! Ca devait être passionnant. En ce concerne l'illustrateur-peintre, j'aurais bien aimé faire une étude des illustrateurs, tu sais comme G. Doré etc...

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.