vendredi 7 juillet 2017

Festival OFF d'Avignon : Je change de file de Sarah Doraghi au Chêne Noir




"Sans indiscrétion, vous êtes d’où ?"
Comment une petite fille tout à fait iranienne peut devenir une femme totalement française… Arrivée en France à l’âge de 10 ans sans parler un mot de notre langue, Sarah Doraghi décrit, à travers son spectacle, comment elle est devenue « bien de chez nous » sans pour autant gommer ses origines. De tics de langage en spécificités nationales, elle raconte ainsi, avec beaucoup d’humour et de légèreté, ses années passées dans notre beau pays, depuis son départ d’Iran jusqu’à l’obtention de son passeport français.
La double nationalité ne divise pas toujours. Parfois même, elle double l'amour.


 "Je change de file" de Sarah Dorachi ! Quel beau texte vivant, chaleureux, qui fait rire, réfléchir et amène à la compréhension par l'intérieur des sentiments de ceux qui arrivent en sol étranger ! Sarah Dorachi est iranienne-française ou française-iranienne car la double nationalité est une richesse qu'il serait dommage d'occulter. Fière de son origine et de la grandeur de son pays, la Perse, berceau d'une grande civilisation, Sarah Dorachi est parisienne parmi les parisiennes, française jusque dans sa mentalité, sa maîtrise de la langue et de ses subtilités, son adoption du mode de vie français, jusqu'à la parfaite connaissance de ceux qui sont devenus ses compatriotes.   
Elle livre aux spectateurs ses souvenirs quand, petite fille de 10  ans, elle fuit l'Iran, son pays en guerre, avec une partie de sa famille.  La vision des français vus par une immigrée n'est pas toujours à notre gloire et la comédienne souligne nos contradictions, notre indifférence des catastrophes qui frappent les autres pays et notre responsabilité politique aussi quand nous convoitons leur pétrole au risque de provoquer des cataclysmes chez eux! Cela vous rappelle quelque chose ? 
Elle met en scène l'incompréhension des français et leur ignorance  et parfois aussi leur bonne volonté maladroite voire blessante vis à vis des immigrés mais elle le fait toujours sans acrimonie et c'est tellement vrai qu'elle provoque le rire. Toute une satire de nos petits travers, d'un certain snobisme mondain, de nos habitudes...  qu'elle n'est pas la dernière à avoir adoptés !  Pour un peu la pièce pourrait s'intituler : Comment peut-on être français? 
 Ce qui ne l'empêche pas de livrer des portraits satiriques de son pays d'origine, des iraniens qui se sentent toujours au-dessus des autres, de la chasse aux maris des femmes de là-bas.. Ce qui ne l'empêche pas de rire tendrement des membres de sa famille, sa grand-mère, sa tante, sa mère, venues en France elles aussi, de leurs efforts pour comprendre et parler la langue. Cela donne des scènes de comédie savoureuses, qui n'exclut jamais le respect. Oh! cette conversation entre sa mère, fleuriste, et son employé sri lankais ou entre sa tante et le fonctionnaire français qui lui parle de démocratie !

 Et puis sous le rire, l'émotion afflue, discrète mais sincère, le bonheur d'avoir enfin la nationalité française et la culpabilité qui affleure quand on n'est plus obligé d'être avec les autres, les étrangers, quand on "change de file" !

Enfin j'ai aimé le coup de chapeau à l'école française et la si belle citation de Saint Exupéry que je vous laisse découvrir en allant voir la pièce !

Des propos riches, profonds, pleins d'humour, proches de notre actualité, portés avec finesse par cette comédienne qui nous tient en haleine tout au long du spectacle ! A ne pas rater !


Théâtre du Chêne Noir : Je change de file !
À 11h00

Durée : 1h10
à 11h00 : du 7 au 29 juillet - Relâches : 10, 17, 24 juillet

4 commentaires:

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.