mercredi 10 janvier 2018

Ragnar Jonasson : Snjor



Snjor de Ragnar Jonasson. Encore un policier nordique  ! Cette fois, nous sommes transportés en Islande du Nord, dans une ville Siglufjordur, si éloignée, si coupée du reste du monde et si froide que Reykjavik, par contraste, semble être une villégiature tropicale !  Oui, j'exagère un peu mais n'oublions pas que j'ai vécu longtemps à Marseille.

Ceci dit, un des intérêts du roman, entre autres, c'est ce dépaysement total dans une ville plongée dans la nuit hivernale, ensevelie sous des mètres de neige (Snjor, la neige) dont la seule voie de communication par la route est le plus souvent coupée par des avalanches, un lieu sans lien avec le reste du monde quand sévissent blizzards et tempêtes! Une ville où tout le monde se connaît avec ce que cela suppose de positif (l'amitié, la solidarité) mais aussi de négatif (le manque d'intimité, l'obligation des rapports sociaux même avec des gens que l'on n'aime pas, les racontars, les rumeurs malveillantes.).  Une ville où la porte n'est jamais fermée à clef de jour comme de nuit et pourtant ! Lorsque un écrivain célèbre tombe d'un escalier d'une manière suspecte et se tue, lorsqu'une jeune femme est découverte assassinée dans la neige, l'inquiétude et la peur font son apparition à Siglufjordur.

Le personnage principal est le jeune policier Ari Thor, frais émoulu de l'école de police, qui vient d'être affecté dans la ville. Dans l'Islande en proie à la récession économique, il est bien heureux de trouver un travail mais il doit quitter pour cela sa petite amie Kristin qui vit à Reykhavik.  Au-delà de l'intrigue policière, on suit avec intérêt, le délitement de cet amour à cause de l'éloignement et plus subtilement d'une différence sociale responsable d'une fêlure entre les deux. On voit sa difficile acclimatation à ce pays si rude, ses angoisses, son impression d'étouffement. Puis l'on fait connaissance avec les autres protagonistes de l'action dont la belle Ugla qui ne laisse pas Ari Thor indifférent.

Une intrigue que l'on suit avec plaisir, des personnages intéressants, la découverte d'un pays, une atmosphère oppressante, voilà qui ce qui fait la réussite du roman où l'on se sent pris à partie, enfermé dans un huis clos à l'islandaise.  C'est d'ailleurs le sous-titre du roman. Et je compte lire la suite qui s'intitule : Mörk.


Lire aussi : 


21 commentaires:

  1. Oui, ça se lit, mais je n'ai pas eu envie de poursuivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je l'ai bien apprécié assez pour poursuivre ! Plus que l'intrigue policière, c'est la description de cette ville et l'atmosphère qui y règnent qui m'ont intéressée.

      Supprimer
  2. Toujours au nord! la boussole t'indique de bonnes lectures!

    RépondreSupprimer
  3. Il est dans ma PAL depuis le festival nordique de novembre, où j'ai rencontré l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sympa l'auteur ? Tu as pu discuter avec lui ?

      Supprimer
    2. Je n'ai pas eu le temps de discuter avec lui parce qu'il avait un débat qui commençait juste après et je n'y suis pas allée (je me suis trompée d'heure et de débat !). Il a l'air très sympa, souriant et disponible.

      Supprimer
  4. J'avoue que je me suis un peu ennuyée dans cette série (j'ai lu les deux premiers).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le premier que je lis mais j'ai éprouvé tout le contraire !

      Supprimer
  5. Moi aussi je compte lire la suite même si je l'avais trouvé un peu simple et les personnages trop superficiel... Mais ça fait un peu A. Christie dans le nord...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les personnages : j'espère que la suite précisera les personnages. Par exemple j'ai vu dans les relations entre Kristin et Ari une différence sociale qui laisse prévoir une incompatibilité. Mais ce n'est qu'allusoire pour l'instant. Est-ce que cela se précisera ?
      Je pense que c'est le huis clos qui te fait penser à Agata Christie.

      Supprimer
  6. Une façon de se sentir plus à l'aise avec nos propres températures hivernales :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, de quoi apprécier nos températures hivernales surtout pour nous qui vivons dans le sud de la France !

      Supprimer
  7. Pareil que keisha je n'ai pas été plus enthousiasmée que ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été très réceptive à l'atmosphère que dégage cette ville, coupée de tout, à cet ensevelissement sous la neige. Je vous trouve sévères toutes les deux, Keisha et toi. Il y a un certain talent dans la description de ce huis clos.

      Supprimer
    2. PS : je ne parle pas d'enthousiasme pour ce livre mais d'intérêt. Mais peut-être mon séjour récent en Laponie norvégienne me rend-il plus réceptif à ce genre de vie et de paysage du grand Nord. Je suppose que mon voyage compte aussi beaucoup dans l'intérêt que je porte aux pays nordiques.

      Supprimer
  8. je l'ai entamé mais je me suis un peu ennuyé et pour moi c'est rédhibitoire pour un polar, si je ne suis pas crocheté au début ce n'est pas la peine que je continue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me suis pas ennuyée et dès le début j'ai été prise par la vision de cette femme assassinée qui ressemble à une statue d'albâtre allongée dans la neige, la chevelure déployée autour d'elle. Le tableau était à la fois tragique et beau. Et le reste a suivi. Je ne défendrai pas l'histoire elle-même mais l'art de l'auteur de faire voir et de faire sentir ce qu'est la vie dans ces régions coupées de tout, isolées par la neige dans une nuit qui semble éternelle.

      Supprimer
  9. Islande du Nord, brrr ! Je ne connais pas encore cette série, mais pourquoi pas, ce que tu en dis me tente !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Brr ! Et comme je l'écris ci-dessus, on s'y croirait!

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.