jeudi 11 janvier 2018

Pénelope Jossen : Bucéphale



Bucéphale de Pénélope Jossen paru aux éditions L’école des Loisirs, conte la rencontre du jeune Alexandre et du cheval Bucéphale. Une histoire adaptée aux enfants entre 5 et 7 ans.
Le récit de la jeunesse d'Alexandre et de son amitié avec son cheval est raconté par Plutarque dans la Vie d’Alexandre et dans le Roman d’Alexandre de Pseudo-Callisthène.

Pénélope Jossen : Bucéphale a peur de son ombre

Bucéphale acheté par le roi Philippe de Macédoine, le père d’Alexandre, est indomptable. Il n’accepte aucun cavalier sur son dos. Le jeune Alexandre s’aperçoit que le cheval a peur de son ombre. Il obtient la permission de le monter et place Bucéphale face au soleil de manière à ce qu’il ne voit plus son ombre. L’étalon rassuré laisse monter l’enfant sur son dos. C’est le début d’une longue histoire d’amour entre l’animal et son maître.


Le texte simple, direct, raconté au présent, est facilement accessible aux jeunes enfants. Ceux qui adorent les chevaux se sentiront directement concernés, comblés par l'histoire elle-même. Les autres  comme ma petite fille 71/2 ans ont besoin de plus d’explications. Est-ce que l’histoire est vraie ? Bucéphale a-t-il réellement existé ? Qui est Alexandre Le Grand ?  J’avoue que j’avais prévu  les questions sur Alexandre le Grand mais pas celles qui m’ont été posées. J'ai eu tout faux !

Quand est mort Bucéphale ? Où ? Pourquoi ? Est-ce qu’il est mort avant Alexandre ou après ? Et s'ils est mort avant, est ce qu'Alexandre a pleuré ?  Etait-il réellement gris comme dans le livre ?

Depuis j’ai réparé mes lacunes en me documentant mais j’ai aimé cette conversation intéressante, preuve que le livre fonctionne bien. La discussion a aussi porté sur les qualités d’Alexandre, le courage, l’observation, la patience et sur les illustrations. Appoline les aime parce qu’elles sont vives et « cool».

Pénéloppe Jossen : Alexandre monte Bucéphale

Quant à moi, la grand-mère, j’aime beaucoup le format carré du livre et le contraste de ce fond jaune taché de rouge qui évoque le soleil de la Grèce, toujours présent dans l’image. Il contraste avec la couleur gris noir de Bucéphale. Les grandes étendues blanches sur lesquelles galopent Bucéphale et son cavalier semblent éclaboussées de lumière et en mouvement comme pour montrer l’avenir de celui qui conquerra une grande partie du monde. La silhouette du cheval qui se déploie sur deux pages me rappellent les dessins des grottes de Lascaux, silhouette un peu déformée par le support et qui vient d’un passé lointain.

Pénélope Jossen : Bucéphale

Bucéphale, par son format et  ses couleurs primaires, crues, étincelantes, son récit historique mis à la portée des petits,  sort vraiment de l’ordinaire et mérite d'être découvert.

Quelques petits renseignements aux parents qui liraient ce billet ( et si vous voulez en savoir plus, allez lire le mémoire de Emilie Glanowsky  : ICI 

Alexandre chevauchant Bucéphale à la bataille d'Issos, mosaïque de la Maison du Faune à Pompéi

Bucéphale : le mot vient du grec et signifie Tête de boeuf ! Pourquoi ? De nombreuses hyptohèses ont été émises. Je ne les retiens pas toutes ! 

Le cheval aurait une liste blanche sur le chanfrein qui aurait la forme d’une tête de boeuf.

Des cornes auraient poussé sur la tête du cheval marquant son origine magique et divine.

Il aurait été marqué au fer rouge, une marque en forme de tête de boeuf.

La couleur du cheval : Le cheval était noir ou alezan selon deux sources contradictoires.

La bataille d'Hydaspe : Les éléphants de Poros contre l'armée d'Alexandre par André Castaigne
La mort de Bucéphale : Il est mort en -326 a JC (date connue) pendant la bataille entre Alexandre et le rajah Poros et son armée d’éléphants, au bord de L’Hydaspe (Jhelum), sur le territoire actuel du Pakistan. Alexandre est mort en-323 a J C.

Le cheval aurait eu 30 ans à sa mort (sans certitude). Il aurait été blessé pendant la bataille mais Plutarque affirme que c’est surtout de vieillesse et d’épuisement qu’il est mort.
Le chagrin d’Alexandre a été immense, il a fait construire une ville sur l’emplacement du tombeau de son cheval : Alexandria Bucéphale. (aujourd’hui Phalia au Pakistan)

 Voir le billet de Miriam sur La vie d'Alexandre de Plutarque

Je remercie Dialogues croisés, la Librairie Dialogues et les éditions L'école des loisirs




6 commentaires:

  1. tu vas rire, j'avais donné ce nom à mon premier vélo :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espère qu'il était aussi rapide que Bucéphale et que tu n'avais pas à appuyer sur les pédales !

      Supprimer
  2. Ces histoires m'enchantent encore!

    RépondreSupprimer
  3. Les graphismes sont superbes en effet, ces grands aplats colorés sont très réussis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, c'est peu courant je crois dans les livres pour enfants !

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.