vendredi 11 mai 2018

Prague : L'île et le musée d'art moderne de Kampa

Le musée Kampa à gauche, au pied du pont Charles

Le musée d’art moderne européen Kampa, fondation de Jan et Medal Maladek, est installé dans les anciens moulins Sova sur l’île du même nom.
L’île Kampa, en effet, au pied du pont Charles, est séparée de Mala Strana par un bras de la Vltava (la Moldau), appelé Certovka ou rivière du diable, canal creusé au moyen-âge pour réguler l’eau des moulins qui s’y étaient installés.


Rivière Certovka, roue de moulin

Je voulais absolument visiter ce musée d'art moderne Kampa qui, en dehors d’expositions temporaires, offre une magnifique (paraît-il !) collection permanente des oeuvres de Frantisek  Kupka, un peintre abstrait que j’adore et que j’ai découvert lors de mon précédent voyage à Prague il y a dix-sept ans, du sculpteur cubiste Otto Gutfreund et d’artistes modernes centre-européens. Tout ceci théoriquement ! car  lors de notre visite, je n’ai pu voir que quatre expositions temporaires.
C’est en vain que nous avons cherché les oeuvres permanentes, on nous a répondu qu’elles avaient été prêtées à … Paris ! ! 

Bizarre! Depuis quand un pays prête-t-il sa collection entière à un autre, quitte à devoir clore ses propres musées ? De plus, lorsque nous avons voulu voir Kupka dans un autre musée contemporain, le département était là aussi  fermé et vidé (j’en reparlerai)! Je suis donc repartie de Prague sans avoir vu un seul tableau de ce peintre ! Je n'ai jamais vu une telle politique culturelle par le vide de la part d'une municipalité mais tant mieux pour les parisiens* !




Dans la cour du musée et sur l’extérieur, des statues dont les fameux bébés de l'artiste tchèque David Cerny, gigantesques, avec un code à barres commercial à la place du visage.




« L’artiste les rend identiques, comme clonés, sans émotions avec la rationalité d’une entrée USB d’un ordinateur ou d’un code à barres commercial au milieu du visage. »

Et toute une bande de petit pingouins jaunes qui se pressent les uns derrière les autres au bord de la Vltava.


David Cerny (source)

« David Černý les transforme en moutons de panurge. Totalement liés les uns aux autres.
La signification positive de chaleur et d’amitié (liée à la couleur jaune)sera de nouveau inversée par le positionnement en ligne, position d’autorité et de soumission à un ordre établi. » source

Parmi les expositions temporaires, j'ai bien accroché à celle de Vladimir Skoda, sculpteur tchèque qui réside à Paris, dont le titre est emprunté au premier volume de l'astronome tchèque Kepler : Mysterious cosmograficum, Les mystères de l'Univers.










Vladimir Skoda : mysterium cosmograficum

L'île des Tireurs

A gauche, l'île et le musée Kampa; à droite, l'île des Tireurs

Après l'île Kampa, nous amenons notre petite-fille sur l'île des Tireurs, juste en face, pour qu'elle puisse s'y reposer et jouer. Sous le règne de Charles IV au XIV siècle les archers s'y exerçaient déjà au tir à l'arc ou à l'arbalète. On y descend par un escalier ou un ascenseur à partir du pont des Légions.  Tous les Pragois semblent s'être donné rendez-vous ici. Il y a beaucoup de familles avec leurs enfants. Ils pique-niquent sous la fraîcheur des arbres ou se dorent au soleil qui est de sortie tous les jours en ce début du mois de Mai.



L'île des Tireurs, le pont Charles, le château

En arrière plan, le pont Charles, à droite la Vieille Ville (Stare Mesto), à gauche, Mala Strana (le Petit côté) et le château

* Parisiennes et Parisiens ne manquez pas l'exposition Kupka, elle est au Grand Palais jusqu'au 30 Juillet 2018. Voici une petite idée de ce qui vous attend, du figuratif à l'abstrait.

Frantisek Kupka




Ajouter une légende




17 commentaires:

  1. Je viens de voir les tarifs d'entrée à l'exposition au Grand Palais... Vu ces tarifs, vu les "mécènes", on peut comprendre que les commissaires parisiens aient eu les moyens de "louer" aux musées pragois toutes les oeuvres qu'ils voulaient présenter! Business...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-ce plus cher que d'habitude ? Comme j'ai l'impression que les musées pragois ont un nombre de visiteurs limités, cela a dû leur faire une entrée d'argent importante. En même temps je comprends que le public hésite à les visiter, on ne sait jamais si l'on va trouver les oeuvres que l'on veut voir !

      Supprimer
  2. Vu à Paris! Et c'était une très belle exposition, je comprends pourquoi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu l'as vue ? Et tu as aimé Kupka ? Oui, on comprend pourquoi, elle est belle !

      Supprimer
  3. J'aurai peut-être l'occasion d'aller la voir à Paris ; mais c'est rageant d'aller sur place et de ne rien trouver ! Les bébés au code barre, c'est un peu flippant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est rageant, effectivement ! Surtout que revoir Kupka était une des mes motivations pour mon retour à Prague. Mais dans aucun pays je n'ai vu vider un musée (deux, en fait !) de cette façon. En fait, en général on prête une ou deux oeuvres, jamais beaucoup plus !

      Supprimer
  4. une île que j'ai aimé parcourir mais qui lors de ma visite était nettement moins riche qu'aujourd'hui en oeuvres d'art

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y suis allée il y a dix sept ans; certains musées n'étaient pas encore ouverts et les collections allaient être déplacées. Je ne crois pas que le musée Kampa ait été en fonction. Mais le musée contemporain où j'ai vu les Kupka (et les peintres français ) à l'époque était passionnant.

      Supprimer
  5. Bonsoir Claudialucia, décidément, que de belles choses à revoir à Prague. Pour l'expo parisienne, je verrai. Je ne suis pas trop fan de ce genre de peinture. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un ville très riche. Tu n'aimes pas l'abstraction ? Pour moi, Kupka avait été, lors de mon précédent voyage à Prague, une découverte et un coup de coeur.

      Supprimer
  6. C'est en effet très décevant ! Les énormes bébés m'ont vraiment fait froid dans le dos...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très décevant ! Ces bébés témoignent de notre société de consommation dans laquelle les individus n'ont pas de valeur pour eux-mêmes mais pour ce qu'ils vont rapporter. Y compris les bébés !

      Supprimer
  7. Oh, quelle déception, je l'imagine bien ! J'aime beaucoup l'art de Kupka et je note les dates de l'expo au Grand Palais.
    Merci pour ton compte rendu, les bébés "produits" font froid dans le dos, il est vrai que certains humains portent déjà une "puce" électronique, quelle horreur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, c'est une déception. Je n'ai pas été la seule à râler !
      C'est vrai, la puce électronique ! Là aussi ça fait froid dans le dos !

      Supprimer
  8. Je me répète mais l'art contemporain me laisse de glace. toutefois, j'ai l'impression que d'être à l'intérieur de l'expo de Skoda doit rendre un autre effet que vu par photo...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que tu fais un refus systématique. Je crois qu'il faut se laisser aller, accepter. L'art contemporain est tellement divers, il y a tant de possiblités, tant de propositions, que c'est impossible qu'il n'y ait pas quelque chose qui te touche. Parfois, l'art contemporain pourrait t'intéresser par ce qu'il veut dire, par la réflexion qu'il apporte sur notre monde,sur notre vie, comme les bébés code-barre de Ceznik. Parfois il pourrait t'intéresser par le fait qu'il parle à l'imagination, souvent il est ludique et plein d'humour. Je n'aime pas tout dans le contemporain mais beaucoup de choses, oui.

      L'oeuvre de Skoda ? C'est à la fois l'imaginaire qui est sollicitée, on a l'impression que l'on est emporté dans l'espace, mais tout repose sur des recherches mathématiques, scientifiques; c'est aussi un hommage aux savants du passé comme Kepler; c'est ludique quand on a l'impression qu'on est fait prisonnier dans les sphères et que l'on se retrouve suspendu la tête en bas et en plus c'est esthétique.

      Supprimer
  9. Apolline vous a accompagnés ? Nous aurons nos petites filles le WEnd prochain à Paris et nous pensons leur montrer le musée des Arts et Métiers. Elles ont vu en novembre dernier l'exposition consacrée au MoMA de New-York à la fondation Vuitton, qu'elles ont appréciée
    Quant à l'exposition Kupka au Grd Palais, j'irai la voir puisque j'ai la carte d'abonnement "Sésame"

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.