lundi 14 mai 2018

Prague : La Galerie nationale et le palais Sternberg

La place Hradčanské et une entrée du château

La Narodni Galery ou Galerie nationale* de Prague présente plusieurs musées sur la place Hradčanské (ou place du Château) située sur la colline Pétrin, à proximité de l’église Notre-Dame de Loretta et non loin du monastère Strahov.

Sur cette immense place, se trouvent, en effet, trois musées de la Galerie Nationale dont deux que je n'ai pas eu le temps de visiter :

Le palais Salm et le palais Schwazenberg 

 

Le musée Salm, à gauche, le musée Schwazenberg à droite, et la colonne de la Peste

Le Palais Salm, en face du palais Sternberg  sur la place Hradčanské expose l’art du XIX siècle du néoclassicisme au romantisme.
Des expositions temporaires ont lieu au rez-de-chaussée.

Le palais Schwazenberg  présente l'art Baroque et le maniérisme
C'est un immense un bâtiment  de style Renaissance et dont la façade est ornée de sgraffites en pointes de diamants évoquant les palais de la Renaissance florentine. Il a été entièrement rénové, et abrite actuellement une exposition permanente de la Galerie nationale de Prague.

Le palais Sternberg

Palais archiépiscopal

Ruelle menant au palais Sternberg

Le musée du palais Sternberg est bien caché. Il faut emprunter cette ruelle qui passe sur le côté du palais archiépiscopal pour trouver l'entrée !
Le palais Sternberg bâti par le comte Wenzel Adalbert Sternberg  au début du 18e siècle, témoigne de l’architecture baroque en Bohême. Théoriquement, on nous dit que le musée accueille sur plusieurs étages, des collections d’art nationales couvrant une période allant de la Grèce et la Rome antiques jusqu'à la fin du baroque. 
Personnellement, je n'ai pu visiter que le premier étage avec, il est vrai, de belles oeuvres présentant la Renaissance italienne du XV et XVI siècle, la peinture flamande et hollandaise du XVI au XVII siècle.

Quant au palais, lui-même,  nous n'avons pas pu le voir ni le parc qui a l'air fort beau.

Palais Sternberg  (source)

 Les oeuvres du palais Sternberg 


Les italiens

Andrea Della Robbia (1435_1525) Florence
 Dès la montée des escaliers, on aperçoit cette céramique d'Andrea Della Robbia (1435_1525), neveu de Luca della Robbia, fondateur d'un atelier à Florence de terracotta invetriata, céramique vernissée ou émaillée.


Donatello (1386_1466) (Florence)
 Et puis ce bas-relief de Donatello (1386_1466) sur lequel la Vierge et Jésus apparaissent dans une relation d'amour et de tendresse, comme une mère et un enfant sans allusion à leur divinité.

Andrea di Giusto (1424_1450)
La Vierge et l'enfant d'Andrea di Giusto,  plus emblématique, fils et mère de dieu, entourés d'anges.


Andrea Giusto (détail)(Toscane)
 Il s'agit d'une vierge à la grenade :  éclatée, la grenade avec ses grains  apparents représentent la charité et les dons de l'amour généreux.

 Le Jugement de Paris (1441-1476) Florence

Anton Francesco di Giovanni dello Scheggia avec Le jugement de Paris  présente, à côté du thème religieux, le thème mythologique. Paris tient la pomme d'or qu'il va donner à Aphrodite et obtiendra l'amour de la plus belle mortelle, Hélène. 

Di Giovanni  dello Scheggia  L'enlèvement d'Hélène (Florence)

Pasqualino Veneto (Venise 1496-1504)
Marie-Madeleine (détail)
Giampetrini : Sainte Marie Madeleine



 Une des oeuvres les plus célèbres du musée : Eleonora da Toledo, noble espagnole, fille du vice-roi de Naples,  a épousé Cosme 1er de Médicis. Elle a été peinte à plusieurs reprises, elle, son mari ou ses enfants, par le peintre officiel de la cour des Médicis, Agnolo Bronzino.

Agnolo Bronzino : Eleonora da Toledo

Les flamands et hollandais

 

Mabusse (1478-1532) : Saint Luc dessinant la Vierge

Saint Luc dessinant la Vierge de Jan Gossaert appelé Mabusse, né à Maubeuge et mort à Anvers,  est un tableau illustrant la peinture flamande dans le style italianisant d'Anvers dont Mabusse est le précurseur et dans lequel il allie l'héritage technique des primitifs flamands aux nouveautés de la Renaissance italienne.

Mabusse: détail

Cornélis Engebrechtsz : 1468-1527
Cornélis Engebrechtsz est un peintre hollandais d'origine flamande. Il a été formé à Anvers mais il a exercé surtout dans la ville de Leyde.


Cornélis Engebrechtsz : la crucifixion (détail)

Hans Bol scène de village (1534_1595)
 Hans Bol est un peintre flamande de la Renaissance, dessinateur, graveur et cartonnier de tapisseries. Il est né à Malines en 1534 et mort à Amsterdam en 1593.

Jan Sanders Van Hamessen : La mariée en pleurs (1540)

Jan Sanders Van Hamessen, peintre flamand, né près d'Anvers, se révèle être satirique dans ce tableau. Le thème de la mariée malgré elle et en pleurs est courant  mais Jan Van Hamessen le traitre ici de manière caricaturale. La mariée est, en fait un homme; notez ces deux grosses mains jointes et, détail réaliste,  de la morve coule de son nez.


Pieter de Bloot : Paysage 1601-1658

Pieter de Bloot, peintre hollandais du XVII siècle, est connu pour ses tableaux de paysages. Ici il donne un effet de profondeur étonnant en suggérant le tracé sinueux d'un ruisseau qui contourne une dune.


Esaias Van de Velde 1587-1630 Amsterdam/ La Hague
Le sujet Les plaisirs de l'hiver est un thème récurrent dans la peinture hollandaise. Esaias Van de Velde décrit ces plaisirs, patinage, traîneau, golf, promenade à cheval dans un cadre qui rappelle vaguement l'extérieur de la ville de Delft.


Rembrandt 1606-1669 Leiden/ Amsterdam
Ce très beau portrait de Rembrandt représente un savant, somptueusement vêtu, imposant, devant ses livres d'étude. Le tableau de 1634 témoigne de l'ambition artistique du jeune peintre et de sa maîtrise des jeux de lumière, et du rendu des matières , velours, fourrure et cuir.


Aert de Gelder : Vertumnus et Pomona 1645/1727 Dordrecht

Aert de Gelder est le dernier élève de Rembrand et a témoigné toute sa vie, dans sa peinture, de la manière de son maître. Ici, il choisit une scène tirée des Métamorphoses d'Ovide qui raconte la séduction de Pomona, la nymphe des jardins, des fruits et des fleurs, par Vertumnus métamorphosé en vieille femme pour gagner la confiance de la jeune femme. Vertumnus est le dieu des jardins et des vergers. Il parviendra à se faire aimer par Pomona sous sa vraie apparence et leur union sera indéfectible.


Aert de Gelder détail

Gerard Ter Borch : Gertrude Marienburg
Gerard Ter Broch dit le Jeune est né à Zwolle en 1617 et est mort à Deventer en 1681. Il fut l'élève de son père Gerard Ter Bor le Vieux. Il a certainement été marqué par Rembrandt lors d'un séjour à Amsterdam. Lui--même a été le maître de Caspar Nescher et a  influencé Metsu, Veemeer. Gerard Ter Borch est un portraitiste de talent qui n'a pas son pareil pour suggérer la douceur et la lumière d'une étoffe ou d'une fourrure.

J'ai beaucoup aimé ce musée, il y quelques grandes oeuvres  et beaucoup de  moins célèbres que j'ai découvertes avec plaisir. J'ai aimé aussi  les murs et les plafonds décorés de belles fresques et la solitude et le calme de cette visite qui permettent de goûter les oeuvres paisiblement, à deux pas du bruit et de la foule.




J'ai remarqué aussi deux oeuvres russes qui m'ont beaucoup plu.



Cette icône du Nord de la Russie date de la fin du XV siècle; elle représente l'ascension du prophète Elijah dans un chariot de feu.



L'entrée du Christ à Jérusalem, Moscou, peinture de la seconde moitié du XVI siècle.




*Nota
Les musées d’art regroupés sous le nom de Narodni Galery  (Galerie Nationale) sont disséminés dans la ville. A ne pas confondre  avec le  Narodni Muzéum (Musée national) située sur la place Vencelas abritant des collections d’histoire et de sciences.

12 commentaires:

  1. Des trésors splendides de la peinture, je voudrais tout revoir une fois encore, on ne se lasse jamais de visiter de tels musées
    les bâtiments ont une grande majesté je trouve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, on ne se lasse jamais de revoir ses musées. Et dans le cas de Prague, quand j'y suis allée, il y a dix sept ans,tous les musées n'étaient pas encore ouverts. C'était la première fois que je les voyais.

      Supprimer
  2. De belles oeuvres en effet et quel plaisir de visiter un musée dans le calme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de gens ne visitent pas les musées, sauf les musées les plus connus ou prestigieux, c'est pourquoi l'on se retrouve si peu nombreux! Et souvent entre français!

      Supprimer
  3. Quels trésors ! Je n'ai jamais visité Prague et je vais remonter le cours de tes billets praguois si riches, merci Claudialucia.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, de vrais trésors et d'autant plus que ce n'est pas toujours des oeuvres très connues et on a le plaisir de les découvrir.

      Supprimer
  4. Ils ont une belle collection de la Renaissance, j'aime un peu moins les Flamands, mais c'est peut-être parce que je connais moins bien ce style... Que de belles découvertes !

    RépondreSupprimer
  5. j'ai visité Prague, ville que j'ai trouvée très belle, sans visiter de musée ! Il faut que j'y retourne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui,j'espère que les musées auront leurs oeuvres, pas comme au musée Kampa !

      Supprimer
  6. Très beau choix d'oeuvres. Merci pour la mariée en pleurs et Vertumne & Pomone

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mariée en pleurs m'a beaucoup amusée !

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.