mardi 18 février 2020

Paul Vinicius : La chevelure blanche de l'avalanche (2)


Sur les cimes de l’amour

le cri n’a trouvé personne
mais son écho a peigné
pendant une poignée
de secondes-
la chevelure blanche
de l’avalanche
Ferdinand Hodler
Ce vers qui donne son titre au recueil la chevelure blanche de l’avalanche m’a donné envie de connaître Paul Vinicius, poète roumain, traduit par Radu Bata et publié aux éditions Jacques André.
Je ne connais pas du tout le poète aussi ai-je été surprise en cherchant dans Wikipédia pour en savoir un peu plus sur lui de découvrir que la page qui lui était consacrée avait été supprimée par un administrateur roumain au motif que ce poète était peu connu. Je me suis demandée si la censure se cachait sous un justificatif aussi peu convaincant !  Ce n’est pas parce que Paul Vinicius n’est pas connu du grand public qu’il ne l’est pas dans les milieux littéraires comme en témoignent les festivals de la poésie auxquels il participe, les prix qu'il a reçus, les articles de presse, la revue de poésie qu’il dirige, et la traduction de son oeuvre en plusieurs langues. La quatrième de couverture nous apprend qu’il a été interdit de publication en 1987 par la censure communiste. Oui, d’accord, mais maintenant, qu’en est-il ? Je me trompe peut-être mais, de ce fait, je me suis intéressée de plus près en le lisant à ce qui transparaît de ses idées et de sa vision de la société roumaine. Et c’est très difficile de tout comprendre quand on ne sait pas quand les poèmes ont été écrits et s’ils renvoient à des évènements précis. Finalement, je vous livre ce que j’ai ressenti en lisant sa poésie sans plus me poser de questions si ce n’est celle-ci :

Et d’abord quelle est sa conception de la poésie ?

"Non, un poète ne se cache jamais
derrière les murs

Il sort en pleine lumière
parler avec les balles
qui viennent à lui…"

Un poète engagé ? Ce n’est pas le terme que j’emploierai car dans le concept du mot "engagement" entre en compte le désir du poète de servir une idée, de détenir la vérité et de lutter pour elle. Ce qui n’est pas le cas de Paul Vinicius.  Il décrit un pays, son pays, dans lequel  «  tu as beau prendre un sentier lumineux/tu tomberas toujours/ sur la main d’un monsieur kafka/ jouant au Backgammon/ au milieu de la route / avec le chapeau absurde / de monsieur Ionesco. ».  Un pays  absurde?
"Un pays triste
plein de barges voleurs velléitaires et branleurs de succès
de nids de poule et de chaussées
de mauvaises herbes et de verger"
Certes, Paul Vinicius exprime sa colère, une colère qui explose devant la corruption,  l’« orage électoral » qui « frappe à la porte » devant les politiciens véreux, l’hypocrisie  :

« La ville est  pleine de grosses pancartes
de photos avec des idiots
qui nous emmèneront à la tombe"
 
 Et certes, il dénonce, il explose, il s’expose. Mais il n’entre pas dans la lice et même il se met en marge :

 "Je crois que vous et la loi, n’êtes pas sur le
même longueur d’onde »
Je ne l’ai même pas contredit
car je me sentais ainsi cette année-là -1987

Un poisson en moins
dans l’espace  public

un poisson bien décidé de vivre en l’air.

 Un poisson qui ne vit plus dans un aquarium. Paul Vinicius, c’est le refus de rentrer dans le moule, la volonté de ne pas suivre la foule, de pas se soumettre au conformisme de la société. Mais c'est aussi la solitude et l’ennui, les jours qui passent et se ressemblent, l’alcool et la cigarette qui réduisent la durée de la vie mais qu’importe ! Et toujours, la tristesse, «  ma soeur cadette », « un immense écoeurement/ comme un champignon nucléaire/ sur la ville »… Il est celui qui refuse de se « convertir à la vie ».
Dans cette noirceur,  pourtant, quelques trouées de lumière : la poésie se confond avec l’homme pour ne former qu’un et les livres qu’il aime nourrissent sa vie.

« Les jours passent
à côté de moi
comme un chapelet de détenus

bonjour
bonsoir
bonne nuit

 le cendrier
 plein de mégots

le verre vide

et
sur les étagères
les livres qui m’habitent »
Et puis, quelquefois, un moment d’espoir, un souvenir de jeunesse heureux,  l’amour des femmes, d'une femme.

"tout à coup
sans crier gare
un souvenir arrive

il se met au chaud
contre ta poitrine
et commence à ronronner

et le jour ressemble
 à un aquarium 
vide"

 Un style imagé

Edward Hopper
  Ce qui n'empêche pas l'auteur de manier l'humour. J’ai apprécié, par exemple, les moments où fusent les réparties ironiques qui provoquent le rire tout en permettant au poète de régler quelques  comptes  :

A la fille du rayon légumes frais

avec ses 13 kilomètres de gambettes
et un rouge si fort
sur les lèvres courbées
que les URSS te tombent sur la tête

J’ai aimé la beauté surprenante et simple qui émanent  de certaines images

"et tu es tellement belle quand tu dors
que j’ai de plus en plus sommeil de toi »

"Il y a pourtant des champs
de coquelicots
d’où
bleue
la poésie
s’élève comme une montgolfière"

« et toujours cet oiseau de plâtre
 la fatigue
qui se niche doucement
 dans la cage de tes os »

Et si, parfois, quelques-unes de ces poésies ne m'ont pas touchée ou si je n'ai pas aimé certaines images moins réussies, j’ai goûté ce recueil, j'ai été sensible à cette tristesse qui prend dans ses filets, et qui fait lever des images récurrentes et lancinantes comme celles de l’aquarium et des poissons, liées à l’enfermement, à l'effacement des sons et des couleurs, images d’une vie qui ressemble fort à la mort comme dans un tableau d'Edward Hopper,  et « que traversent des poissons aux grands yeux et aux ailes translucides. »


en savoir plus sur Paul Vinicius : voir article ici

Paul Vinicius galerie photo lien ici

Poète, dramaturge, journaliste et essayiste, Paul Vinicius est diplômé de l’École Polytechnique de Bucarest et docteur ès lettres. Cette double performance universitaire est la partie visible de son parcours surprenant ; il a exercé de nombreux métiers, jobs, sports, avant de se dévouer à l’écriture. Champion de boxe junior et karatéka ceinture noire, il a travaillé comme manutentionnaire, maître-nageur sur la côte de la Mer Noire, détective privé, pigiste, correcteur, rédacteur pour plusieurs journaux de la presse nationale et, dernièrement, pour la maison d’édition du Musée de la Littérature roumaine.
Après avoir été interdit de publication en 1987 par la censure communiste, il renonce à sa carrière d’ingénieur et sa biographie suit les soubresauts de la démocratie survenue fin décembre 1989, à la recherche d’un nouveau départ, d’une nouvelle ivresse.
Ses poèmes ont été régulièrement publiés à partir de 1982 par les revues littéraires. Beaucoup ont été traduits et publiés dans des anthologies. Il est lauréat de plusieurs prix nationaux et internationaux de poésie. Dernier en date : le Prix du Public au Salon du Livre des Balkans en 2017.



Merci à Masse critique et à Jacques André éditeur

13 commentaires:

  1. Très beau, ce Hodler, et très bizarre, cette suppression d'une page pour "manque de notabilité".
    Merci pour cette présentation du poète roumain, je regarde la poésie qui s'envole comme une montgolfière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est surprenant ! Moi aussi j'ai un faible pour la montgolfière.

      Supprimer
  2. En tout cas ces poèmes sont très beaux, ils me parlent à moi qui ai un fond d'animisme dans mes croyances, je les trouve fulgurants.
    Quant à Hopper, ce serait mon maître en photographie par la composition et les sujets de ses tableaux que j'ai eus la chance de voir à la rétrospective à lui consacrée au Grand Palais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une rétrospective Hopper ! C'est une chance, en effet. Il y a une expo Hopper cette année à Bâle !

      Supprimer
  3. D'ailleurs je ne sais plus pourquoi j'ai pensé à Hopper récemment, peut être en passant près d'une station service ou autre lieu un peu glauque et je me suis dit qu'il y avait sans doute des personnes à l'intérieur que l'on devait seulement imaginer car on ne les voyait pas

    RépondreSupprimer
  4. une belle découverte, j'aime cette idée de la poésie qui s'élève comme une montgolfière

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, il y a des images vraiment très belles et qui me touchent. Et puis un autre style qui me plaît moins.

      Supprimer
  5. Quel beau billet Claudia, comme tu sais les faire😊 ! Effectivement il y a de belles images, même coup de coeur que Dominique pour la montgolfière... Et quel parcours incroyable, merci pour la découverte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Contente que tu aies pu venir dans mon blog malgré ta fatigue... mais pour la poésie que ne ferais-tu pas ?

      Supprimer
  6. Tu en parles très bien mais pas trop attirée par cette poésie.

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour ce superbe billet! Tu sais combien j'aime la poésie, (mais pas toute bien sûr).
    Ici des images surprenante, comme la vie qui ressemble à un aquarium vide...magnifique!

    RépondreSupprimer
  8. Une poésie qui me parle également. Une envie de plus qui me fera le lire.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.