samedi 15 mai 2021

Honoré de Balzac : la cousine Bette


La cousine Bette et Le cousin Pons, sont deux romans qui constituent un  ensemble intitulé Les cousins pauvres,  inséré dans Les scènes de la vie parisienne de La Comédie humaine.
Publié en 1846 en feuilleton, c’est un long roman, plein de rebondissements, dans lequel Balzac cherche à surpasser les feuilletonistes à la mode et surtout Eugène Sue qui connaissait alors un grand succès.

La cousine Bette, "la Nonne sanglante"

 Lisbeth Fisher, appelée Bette, est la cousine d’Adeline Fisher, toutes deux d’origine paysanne. Mais Adeline fait un beau mariage en épousant le Baron Hector Hulot. Elle accède ainsi à la noblesse et à la richesse. Bette qui a toujours été jalouse de la beauté de sa cousine, lui voue une haine implacable et décide de tout faire pour détruire son bonheur ainsi que celui de sa fille Hortense, trop jolie, elle aussi, et trop heureuse en mariage. Elle n'a de cesse de pousser la famille à la ruine. Elle y parviendra d’autant plus que le baron Hulot est un séducteur impénitent mais déjà sur le retour. Attiré par les courtisanes et les petites filles pauvres, mais vieillissant, il doit dépenser de plus en plus d’argent pour les séduire et les retenir jusqu’à se ruiner et commettre des malversations. La cousine Bette se lie d’amitié avec Valérie Marneffe, une femme mariée qui assure l’avancement professionnel de son mari par ses charmes et sa propre fortune en mettant en concurrence ses amants.
 
La cousine Bette présente la société parisienne et ses différentes classes sociales et politiques. Balzac décrit une noblesse en pleine déliquescence. En effet, même si certains membres de la noblesse d'empire obéit encore a des valeurs morales d'honnêteté et de courage comme le général Hulot, son frère le baron se déshonore en ruinant sa famille et en volant dans les caisses de l'état. La noblesse de la restauration ne vaut pas mieux, qui entretient des  courtisanes, se ruinent dans des plaisirs dispendieux, sans aucune utilité sociale. Face à eux une classe montante, la bourgeoisie d'argent, incarnée par Clevel, riche marchand, successeur de César Birotteau, un homme que sa fortune place en position de force. Il marie sa fille avec le fils Hulot pour faire d'elle une baronne. Il a le pouvoir de marier ou non Hortense, de corrompre, s'il le souhaite, une femme vertueuse. Dans cette société l'argent fait tout et l'on n'est considéré, dit Balzac, qu'à partir de cinquante mille francs de rente !

Quant aux artistes, la vision de l'écrivain est tout aussi pessimiste.  Les comédiennes de théâtre  se font entretenir par de riches amants et ne peuvent vivre de leur art. Wenceslas, sculpteur, le mari d’Hortense, est trop paresseux, trop veule,  pour pouvoir créer.
"Le travail constant est la loi de l'art comme celle de la vie ; car l'art, c'est la création idéalisée. Aussi les grands artistes, les poètes complets, n'attendent-ils ni les commandes, ni les chalands, ils enfantent aujourd'hui, demain, toujours."
A côté de cette société le peuple et sa misère, en particulier la prostitution des petites filles pour pouvoir manger.
La peinture que l’écrivain donne de cette société parisienne et donc extrêmement critique et même féroce et corrobore les propos du critique Pierre Barbéris : "Chacun sait que ce gros homme entendait faire une oeuvre de défense sociale, voire de l'ordre moral, et qu'il a dressé, en fait, le plus formidable acte d'accusation qui ait jamais été lancé contre une civilisation."

La cousine Bette est donc un roman noir  : par ses personnages d’abord, la cousine Bette, noire y compris par son physique, jalouse, haineuse, hypocrite, cette "Nonne sanglante" ne pardonne jamais et meurt dans le désespoir en croyant qu’elle a échoué dans sa vengeance.
"Paysanne des Vosges, dans toute l'extension du mot, maigre, brune, les cheveux d'un noir luisant, les sourcils épais et réunis par un bouquet, les bras longs et forts, les pieds épais, quelques verrues dans la face longue et simiesque, tel est le portrait concis ce cette vierge.
Mais l'envie resta cachée dans le fond du coeur, comme un germe de peste qui peut éclore et ravager une ville, si l"on ouvre le fatal ballot de laine où il est comprimé"


Le Baron Hulot est un gentilhomme dépravé et déshonoré dont le vice est finalement triomphant, Valérie ressemble à ces anges "au doux sourire, à l'air rêveur, à figures candides, dont le coeur est un coffre-fort", Valérie machiavélique, cupide, sans morale. Et que dire de madame d’Estève qui est l'image même du Méchant dans le roman gothique, l'empoisonneuse, cette "affreuse sorcière devinée par Shakespeare" ?
Noir aussi par l’actionle roman nous plonge dans la vie mensongère et cupide des courtisanes, des lorettes, en particulier de Valérie, et nous assistons aux intrigues de chacune, aux rivalités, aux coups bas. Les entremetteuses sont encore pires, elles livrent des fillettes aux vieillards libidineux. Les rebondissements sont nombreux comme la disparition du Baron Hulot qui se soustrait à la prison et qui nous introduit dans les bas-fonds parisiens. Là, où sa femme Adeline va le retrouver. Avec l’apparition de Madame d’Estève, le roman devient encore plus noir, introduisant la tentation du crime et la mort violente dans l’intrigue.

Adeline retrouve le baron

La cousine Bette est aussi un roman sur la condition féminine. Face au mal incarné par la cousine Bette et les femmes entretenues, Balzac peint le portrait de la femme vertueuse, qui incarne le Bien mais avec des nuances entre Adeline et sa fille Hortense.
Adeline incarne la femme vertueuse, en admiration totale devant son mari et résignée à souffrir et à être trompée, humiliée, ruinée. Pour conserver l'amour de son mari, elle est prête à tous les sacrifices.

"Elle jouissait toujours de cette affection invétérée que les maris portent à leurs femmes quand elles sont résignées au rôle de douces et vertueuses compagnes, elle savait qu'aucune rivale ne tiendrait deux heures contre un mot de reproche, mais elle fermait les yeux, elle se bouchait les oreilles, elle voulait ignorer la conduite de son mari au dehors."
Hortense est elle aussi l'image de la jeune fille vertueuse mais avec du caractère puisque c'est elle qui choisira son mari, le comte polonais Wenceslas Steinbock, l'arrachant même aux griffes de la cousine Bette, et amènera son père à l'approuver. Quand son mari est infidèle, elle retourne chez sa mère car elle sait qu'elle ne pourra supporter cette situation patiemment. Plus tard, elle pardonne mais désormais son mari est tenu en laisse, non par l’amour de son épouse mais par le manque d'argent ; il ne  peut entretenir une maîtresse. On voit combien Balzac a une vision pessimiste du mariage, lui qui a une position très en avance sur son temps puisqu'il conseille aux hommes de prendre plutôt leur femme pour maîtresse en les initiant avec douceur à l'amour et condamne le viol dans le mariage.

Un livre très riche et dont il est difficile de de rendre compte entièrement. Il faut dire que j’ai ressenti quelque impatience devant le caractère de la baronne Hulot. Je l’ai trouvée, geignarde, soumise, sans caractère et les scènes où elle intervient souvent trop larmoyantes !  Même quand le vieux pervers, son mari,  la ruine sans se soucier de son avenir ni de celui des ses enfants, quand il vole, exploite la misère des filles pauvres, elle lui pardonne tout et le traite comme si c’était lui la victime. Il me semble qu'elle aussi n'a aucune morale.  Il a fallu pour la supporter que je me rappelle le principe de base absolu quand on lit un livre, celui de ne pas le juger avec la mentalité de son siècle au risque de ne pas le comprendre. 

Heureusement, Balzac m’a réconciliée en posant cette question de moraliste :  Mais l'indulgence qu’Adeline manifeste envers « son » Hector,  n’est-elle pas coupable quand elle est poussée à ce point ? Elle ne peut qu’entretenir le vice. Et effectivement, c’est ce qui arrive.


Voir La cousine Bette chez Maggie

9 commentaires:

  1. Je vais me gêner pour juger...
    C’est un roman que je trouve réussi, notamment parce qu’il y a une vraie bonne méchante. Et la toute fin est totalement immorale, comme un point d’orgue. Pour le reste, oui, noir c’est noir.

    RépondreSupprimer
  2. Un grand excellent roman de Balzac, un indispensable!

    RépondreSupprimer
  3. J'ai gardé un fort souvenir de mes lectures de La cousine Bette. Je suis sûre que prochainement je relirai Balzac. Votre réflexion sur les idées de Balzac face aux femmes est très intéressante.

    RépondreSupprimer
  4. L'un de mes romans préféré de Balzac. J'avais pas eu l'impression d'avoir de la colère envers le personnage d'Adeline... J'avais surtout aimé l'aspect roman-feuilleton :-)

    RépondreSupprimer
  5. parfait ton billet vraiment
    je l'ai lu et écouté et chaque fois j'y découvre un élément supplémentaire, je partage pratiquement ton avis à 100%
    Quelle noirceur, quel portrait au vitriol d'une société en déliquescence
    Décidément j'aime Balzac absolument

    RépondreSupprimer
  6. Ce personnage de femme envieuse est implacable, on ne l'oublie pas.

    RépondreSupprimer
  7. cette plongée dans Balzac est passionnante!

    RépondreSupprimer
  8. Je suis une grande lectrice et pourtant je n'ai jamais réussi à lire Balzac. C'est un tort, je le sens bien...
    Daphné

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.