mardi 11 février 2014

La Littérature pour la Jeunesse : Non, M. Copé, les livres pour enfants ne sont pas des manuels de morale

Le Petit Poucet

En tant qu'enseignante, mère et grand mère, mais aussi pour moi-même, enfant et adulte, je me suis toujours intéressée à la littérature pour la jeunesse; c'est une passion qui ne me quitte pas.
Or, à propos de l'intervention de Monsieur Copé sur Tous à poil un livre pour enfants que je ne connais pas et sur lequel, par conséquent, je ne porte aucun jugement, je viens de lire un article du Monde de Sylvie Vassallo (directrice du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis) qui me paraît être une très belle  définition de cette littérature qui s'adresse aux enfants.

L'article s'intitule : Non M. Copé, les livres pour enfants ne sont pas des manuels de morale »



Je cite  :

"Le sang de Jean-François Copé n'aurait fait qu'un tour en découvrant l'album de Claire Franek  et Marc Daniau « Tous à Poil » où une série de personnages se déshabillent pour aller se baigner. Parmi eux figurent le chien, la maîtresse et le président directeur général, il y voit une incitation à braver les autorités. Rien de moins !
Que doit-il penser de "l'immoralité" du Petit Poucet qui raconte comment des parents pauvres cherchent tout bonnement à se débarrasser de leurs enfants ; de Boucle d'or et les trois ours où une petite fille s'octroie le droit de squatter une maison qui n'est pas la sienne ; de Barbe bleue, conte particulièrement cruel sur la domination masculine ?
Ou de récits plus actuels : Max et les Maximonstres, histoire d'un petit garçon qui tient tête à sa maman ; Comment on fait les bébés qui opte pour un humour débridé sur la grande question de la vie ( eh oui il se raconte dans les livres que les bébés ne naissent ni dans les roses, ni dans les choux) ?
N'en déplaise à Jean-François Copé, la littérature pour enfants n'est pas le lieu de l'apprentissage et de l'éducation, ni morale, ni sexuelle. La littérature raconte des histoires. La fiction permet aux enfants de se comprendre, d'apprendre l'autre, de se confronter aux peurs qui les taraudent, d'apporter des réponses aux multiples interrogations qui les traversent."



 Suite de l'article :

"UNE DISTANCE QUE LES ENFANTS COMPRENNENT PARFAITEMENT

Bref! la littérature les accompagne, les interpelle, les rassure, les ouvre à de grands sujets : la vie, les rapports à l'adulte, l'altérité, la mort, le monde… Il y a dans la littérature en général, donc dans la littérature de jeunesse, une distance que les enfants comprennent parfaitement. C'est pour « de faux », eux le savent bien. L'humour, la poésie, la loufoquerie sont souvent les vecteurs qui signalent cette distance.
Les propos de Jean François Copé pourraient donc prêter à sourire : ce livre ne figure pas dans liste préconisée par l'éducation nationale et l'album en question est bien inoffensif : « la maîtresse en maillot de bain » n'est-elle pas une ritournelle de cours de récréation ?"


D'AUTRES ARTICLES SUR CE SUJET


"Tous à poil a d’ailleurs gagné en 2011 le prix Libbylit du meilleur album pour enfants, décerné par la section belge de l'Union internationale pour les livres de jeunesse. Les illustrations du livre ont été l’objet d’une exposition à Aubervilliers en 2013."




"Les enfants sont environnés d'images de corps plus ou moins dévêtus, dans la publicité, sur les abribus, sur les couvertures de journaux people. Ces images sont souvent trafiquées, tronquées, modifiées par la chirurgie esthétique ou par Photoshop. Nous avons voulu leur proposer un regard plus juste sur le corps. Nous montrons des personnes issues de leur entourage ou de leur imaginaire. Et surtout nous le faisons avec humour. Nous dédramatisons!"

26 commentaires:

  1. Je te suis totalement sur la qualité de ces livres que j'ai d'ailleurs en leur temps acheté à mes filles là où je pense qu'il y a problème c'est lorsque ces livres sont étudiés en classe sans forcément que les familles en soient averties et qui peuvent alors être choquées car leur sensibilité est atteinte ça je peux le comprendre
    De là à parler ""d'affaire d'état"" il y a une marge pour ne pas dire un gouffre !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème ne se pose pas dans le cas de Tous à Poil, il ne fait pas parti des livres à étudier en classe contrairement à ce que dit monsieur Copé.
      Par contre je trouve dangereux de laisser les parents choisir selon leur sensibilité si une oeuvre (ou une matière) est à étudier en classe car c'est la porte ouverte à toutes les dérives. Il y aura ceux qui ne voudront plus que l'on étudie les religions autres que la leur, ceux qui seront choqués si l'on étudie la sexualité à l'école ou le corps humain, ceux qui refuseront la théorie de l'évolution etc...etc...

      Supprimer
  2. Les livres: source d'éducation, de discussions, d'analyses, d'observations. La mise en images par les enfants après les explications nous renseigne si bien sur leurs états d'âme.
    Merci pour ce billet qui remettrait certaines pendules à l'heure mais surement pas les nôtres qui lisons ton blog :-) Je vais approfondir grâce aux liens un peu plus tard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve le débat intéressant et les journaux ont le mérite de bien le poser contrairement au journal télévisé qui ne va pas très loin.

      Supprimer
  3. la semaine dernière, le genre, cette semaine tous à poil, que vont-ils inventer?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un puritanisme et des positions réactionnaires qui ne cessent de s'amplifier dans notre pays.

      Supprimer
  4. Gros coup de pub en tout cas! Ce livre se retrouve d'un coup parmi les meilleures ventes Amazon actuelles alors qu'il était déjà sorti depuis 2-3 ans. Les auteurs et éditeurs peuvent être contents ;-)
    Non, je ne parlerai pas de la Princesse de Clèves à poil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux pour les auteurs et l'éditeur!

      Oui la princesse et le poil, ils ont fait fort tous les deux!

      Supprimer
  5. Merci pour ce billet. Rien à ajouter sur le bel article de Sylvie Vassalo. je vais voir les liens que tu proposes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'article de Sylvie Vassalo a le mérite d'être clair et d'élever le débat au-dessus de la seule polémique politique pour lequel il a été lancé.

      Supprimer
  6. J'ai lu l'article du Monde ces jours-ci et les autres ; jusqu'où certains politiques vont-ils aller pour récupérer des voix ? Ça devient très préoccupant.

    RépondreSupprimer
  7. Claude Ponti vient aussi d'apporter sa réponse (je l'ai partagée sur Facebook). Certains politiques ne ratent pas une occasion de se ridiculiser ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claude Ponti! Je vais aller voir sa réponse, elle m'intéresse!

      Supprimer
  8. Misère politique française... Mais que fait le Surineur? ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Une autre réaction intéressante sur Facebook : http://culturesgenre.wordpress.com/2013/05/28/de-linconvenient-detre-feministe-en-librairie-jeunesse/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis allée le lire! Et hélas! ce qui est dit est bien trop vrai! Je m'en suis aperçue à plusieurs reprises pour ma petite fille! Et c'est très difficile d'y échapper même si l'on ne veut pas leur donner cette éducation genrée! Et ce n'est pas seulement vrai avec la littérature, c'est la même chose pour les vêtements où l'on rencontre la désapprobation des vendeuses si on choisit un pyjama de "garçon" pour un petite fille. ET encore plus grave si l'on choisit du rose pour une petit garçon!!

      Supprimer
  10. C'est une polémique qui revient régulièrement (de la part de gens qui ne connaissent absolument rien à la littérature de jeunesse) ... Et ça produit toujours un énorme mouvement de mise en lumière et de soutien à cette littérature ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, l'autre aspect de la polémique c'est de parler de ce qu'est la littérature pour la jeunesse et d'y réfléchir d'une manière intelligente et pas avec des a priori!.

      Supprimer
  11. L'illustration Petit Poucet est insupportable !
    Il n'a pas reçu de contrat L'Effeuilleur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Insupportable oui; ce sont les peurs des enfants qui s'expriment! pas de contrat, et non!

      Supprimer
  12. Voilà un billet qui fait du bien !
    L'article de Sylvie Vassalo est excellent, celui de Claude Ponti, dans un autre genre, aussi !
    Il n'a rien d'autre à faire M. Coppé ???? Je serais curieuse de savoir ce qu'il y a dans la bibliothèque de ses enfants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que Mr Copé a bien autre chose en tête que les livres pour enfants! il essaie d'attiser les haines de ceux qui sont dans la rue contre le mariage pour tous, le genre, la famille,L'IVG etc... pour en tirer profit! J'ai beaucoup aimé la réaction de Claude Ponti!

      Supprimer
  13. Très juste et très pertinent, bravo à toi !! Je n'avais pas vu ton billet et je rajoute le lien immédiatement dans mon billet d'hier (j'en parle justement et mets plusieurs billets en lien, plusieurs voix se sont élévés heureusement) !! Il ne faut pas laisser passer cela, c'est évident (si tu veux il y a une pétition à signer chez Clara

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.