samedi 8 février 2014

George Sand : Le château de Pictordu







Aurore Sand, petite fille de George
Avec Le château de Pictordu George Sand écrit un conte fantastique. Celui-ci paru en feuilleton dans un journal pour enfants en 1873 et prend ensuite place dans ses Contes d'une grand mère. C'est en effet pour ses petites filles, Aurore à qui le livre est dédicacé et Gabrielle que l'écrivaine a imaginé cette histoire.

Le château abandonné de de Pictordu est situé dans le pays du Gévaudan, "dans un désert de forêts et de montagnes"
Monsieur Flochardet , peintre portraitiste, traverse le pays en partant de Mende où il est allé chercher sa fille Diane, malade, pensionnaire au couvent des Visitandines, pour la ramener chez lui à Arles. Ils doivent faire étape à Saint Jean du Gard mais le muletier qui les guide sur une étroite route tortueuse fait verser la voiture accidentellement. Dans le château en ruines, Diane aperçoit une dame qui lui fait signe et l'invite à entrer. Il s'agit en fait d'une statue et le père attribue cette vision à la maladie de sa fille. Mais la nuit alors que tout le monde dort, Diane aperçoit à la lueur de la lune une belle dame voilée qui lui fait voir le château tel qu'il était du temps de sa magnificence; des visions de dieux de la mythologie apparaissent devant ses yeux éblouis. Le lendemain tout a repris une apparence normale. Les voyageurs reprennent la route et arrivent sans plus ennuis à Arles où la belle mère de Diane, madame Laure, l'accueille. Il faut dire que la mère de Diane est morte il y a quelques années et que le père s'est remarié. Diane a-t-elle été victime d'hallucinations liées à sa fièvre ou a-t-elle réellement vu cette belle dame sous les traits d'une Fée?

Un conte merveilleux


On le voit le conte de George Sand s'adresse bien aux enfants avec cette irruption du merveilleux, cette Dame qui apparait plusieurs fois aux yeux de la petite fille. Le personnage de la méchante belle mère (plus sotte et frivole que méchante d'ailleurs) et le personnage de la fée qui veille sur l'enfant font bien parti du conte traditionnel.. George Sand est passionnée par la frontière existant entre le réel et le surnaturel. Elle s'est intéressée de tout temps aux récits fantastiques que racontent les paysans berrichons, récits qu'elle collecte et regroupe dans Les légendes rustiques 
Pourtant, elle est contre les superstitions qu'elle juge obscurantistes et elle pense qu'il y a toujours une explication rationnelle à tout. C'est d'ailleurs le sens de ce conte qui, au-delà du Merveilleux, est une recherche de la mère, le désir éprouvé par l'enfant de combler un manque. 
Pourtant, les enfants ont droit à leur part de rêve et d'imagination qui les nourrit et les enrichit en développant leur sensibilité artistique. C'est ce que George, grand mère, développe avec Aurore et Gabrielle, sans oublier pourtant l'étude des sciences. Car le Merveilleux n'est-il pas l'essence même de la Nature ? Elle allie même les deux dans un conte comme La Fée Poussière!

Le fée Poussière, l'alliance du merveilleux et de la science


Mais le château de Pictordu est aussi autre chose qu'un conte.

Des éléments autobiographiques

Sophie Victoire Delaborde mère de George Sand

George Sand a été séparée de sa mère Sophie et élevée par sa grand mère. La séparation a  marqué la petite fille de la même manière que Diane qui souffre de l'absence de sa mère. Le thème de la mère est ici omniprésent puisqu'il est à la source du conte. On peut dire que Sand a mis beaucoup d'elle-même dans cette fillette qui adore la nature, passionnée par l'art et en particulier par l'Antique; une fillette qui veut apprendre, étudier, qui dessine en cachette et aime aussi s'évader, rêver, imaginer..


Des idées pédagogiques

Un curieux(!) portrait de George Sand par Charles Louis Gratia : source

George Sand donne ici ses idées sur l'éducation des enfants et elle insiste sur le fait qu'il n'y a pas de différences entre les filles et les garçons. Ainsi les filles ne doivent pas être traitées comme des poupées superficielles uniquement préoccupées de leur apparence comme le fait la belle mère de Diane. Le père de Diane, lui aussi, ne prend pas la peine de lui apprendre à dessiner. Il est riche donc il pense à faire de sa fille "une vraie demoiselle sachant s'habiller et babiller, sans se casser la tête pour être autre chose; et ce n'est pas au couvent qu'elle pourra acquérir des connaissances!
Diane n'a pas droit à l'instruction parce qu'elle est une fille jusqu'au moment ou le docteur Fréron devient son mentor et lui rend accessible le monde de l'art.

Une vision de l'art

fragment de statuette de Hercule Le louvre

George Sand  livre aussi dans ce récit ses idées sur l'Art et professe d'abord son amour pour l'antiquité grecque et romaine qu'elle oppose au moderne, le Beau opposé au Laid. Alors que monsieur Flochardet, dans un but mercantile, peint des portraits pour que les modèles se voient tels qu'ils voudraient être et non tels qu'ils sont, l'art doit tendre au vrai, à l'observation : ainsi les artistes grecs avaient le sentiment du grand " et "le mettaient dans les plus petites choses". L'art doit peindre le vivant : Cette statue qui n'est "qu'une tête sans corps et très usée par le frottement" " elle vit pourtant, parce que celui qui l'a taillée dans ce petit morceau de marbre a eu la volonté et la science de la faire vivre…"
Diane deviendra une vraie artiste et devenue riche fondera un atelier pour jeunes filles pauvres où elle éduquera ses élèves gratuitement! Conte de fées? Utopie? Oui, mais c'est ce que George Sand réalisa à Nohant!









Chez Antigone

19 commentaires:

  1. Oh, merci beaucoup de me rappeler ce livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un livre moins connu de la dame de Nohant mais très curieux!

      Supprimer
  2. j'ai encore bien à lire chez George!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui aura jamais fini de lire George? Avec une centaine de livres, c'est un travail de longue haleine!

      Supprimer
  3. Bonjour Claudia, Je ne te lis pas, je ferme les yeux... sinon je ne ferais jamais ce billet qui est dans mes brouillons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je viendrai ouvrir les yeux dans ton blog quand tu l'auras publié!

      Supprimer
  4. ah ah retour à tes veilles amours ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais dit mon dernier mot au sujet de Sand!

      Supprimer
  5. Un bien beau billet qui me donne envie de relire ce conte bien complexe en fait !
    Quant au portrait de Sand par Gratia, il me paraît bien curieux aussi ! c'est la première fois que je le vois, on n'y reconnait pas franchement Sand, je trouve !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, plus complexe! c'est pour ça que je me demande si ce conte peut plaire aux enfants. Elle ne se ressemble pas et, en plus, elle n'a pas les yeux bleus!!

      Supprimer
  6. Un titre que je ne connaissais pas... et très intéressant billet, merci pour ton lien pour le challenge (pris en compte pour février) !

    RépondreSupprimer
  7. il faut que je me remette à lire cette auteure , cela fait trop longtemps!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez un petit tour du côté de Nohant, cela fera du bien!

      Supprimer
  8. Je ne connaissais pas ce livre de Sand, je note!

    RépondreSupprimer
  9. Je suis très inculte en ce qui concerne George Sand, je crois que je n'ai lu que La mare au diable. Je n'avais donc jamais entendu parler de ce conte.
    Ta jolie chronique donne envie de s'y plonger !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Plonge-toi dans George Sand; elle est d'une richesse incroyable et a tous les talents.

      Supprimer
  10. Je l'ai lu et je viens de faire mon billet, pas encore publié. J'ai eu plaisir à lire ton article bien complet et très agréable. George Sand est vraiment à découvrir.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.