lundi 6 juin 2011

Mises en scène de Macbeth : Le film d’Orson Welles (1)


Des sorcières prédisent au noble Macbeth qu'il deviendra roi. Cette prédiction n'a aucune raison de se réaliser  : le roi Duncan règne sur l'Ecosse et a un héritier. Mais lady Macbeth, ambitieuse, incite son mari à assassiner Duncan alors qu'il séjourne dans leur château pour usurper le pouvoir. Malgré ses réticences, Macbeth  cède et s'exécute. La prédiction des sorcières se réalise et conduira à la fin tragique du couple.
 
Les sorcières de Macbeth
 
Je viens de voir le Macbeth d'Orson Welles en DVD. Celui-ci est accompagné d'un livret fort intéressant rédigé par Jean-François Buiré qui va me servir pour présenter ce film.Sachez tout d'abord que Macbeth est une pièce maudite, censée porter la poisse à tous ceux qui se risquent à la mettre en scène et à l'interpréter. C'est pourquoi les comédiens au lieu de dire le titre à voix haute préfère employer une périphrase : "la pièce écossaise". Je ne sais quelle est la part de vérité dans cette superstition mais je peux vous dire que pour Orson Welles, cela s'est amplement vérifié! Le film qui connut un échec retentissant mit fin à la carrière américaine du cinéaste pendant  au moins dix ans. Il n'eut pas un très grand succès en Europe non plus! On le comprend! ll était en concurrence avec le Hamlet de Laurence Olivier qui remporta Le Lion d'Or au festival de Venise en 1948.
Il faut dire qu'à la suite de l'échec de son film précédent, Le tour du monde en 80 jours, les producteurs accordèrent à Welles des moyens limités : Macbeth devait être tourné en un temps record, dans un décor de fausse pierre, avec des costumes de pacotille qui, précise Orson Welles, dans le rôle de Macbeth "me faisait ressembler à la statue de la Liberté". Pour accélérer la réalisation, Orson Welles monte d'abord la pièce au théâtre avec des interprètes qui seront les mêmes pour le film et il pré-enregistre une grande partie des dialogues. Enfin il parvient à terminer le film en 23 jours seulement, le 17 juillet 1947.
Ce que j'ai ressenti : Au niveau du Théâtre je n'ai pas été convaincue par le film à cause des coupes  drastiques dans le texte, de l'accélération des scènes qui ne laisse pas le temps à l'action de s'installer et aux personnages d'évoluer. Tout est trop rapide, la tension psychologique, le combat de Macbeth contre le mal et son abandon, l'évolution de lady Macbeth et la longue descente aux Enfers du couple... Je suis restée sur ma faim. Je n'ai pas aimé, non plus, le côté surjoué, le manque de sobriété de l'interprétation. Par contre, j'ai admiré Orson Welles cinéaste. Avec rien, je veux dire aucun moyen, le metteur en scène transcende certaines scènes : il joue sur le contraste du noir et du blanc en accentuant le Noir pour peindre l'âme de Macbeth; il investit l'espace en plaçant ses personnages entre haut et bas, la supériorité de lady Macbeth, son ascendant sur son mari, étant marqués par  sa position en hauteur et les contre-plongées qui la grandissent alors que la plongée montre la faiblesse de Macbeth. L'apparition des sorcières au milieu du brouillard,  dominant Macbeth et ses compagnons du haut d'un roc, et brandissant chacune une fourche satanique introduit le fantastique dans le film. L'image est impressionniste avec des contrastes accentués et des formes étranges. A la fourche s'oppose la croix celtique, symbole du combat entre le Mal et le Bien, entre le paganisme et le christianisme.
La  forêt de croix celtiques qu'arborent les soldats dans la dernière scène où l'on voit la forêt en marche pour accomplir la prédiction des sorcières est d'une beauté saisissante. Cette magnifique image qui affirme le triomphe du Christianisme  témoigne en même temps de l'immense talent d'Orson Welles.
 
J. Nolan dans Lady Macbeth


Challenge de Maggie et claudialucia

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.