samedi 11 juin 2011

George Sand : Le meunier d’Angibault






Le meunier  d'Angibault de George Sand a pour personnage principal, la baronne, Marcelle de Blanchemont. Celle-ci vient de perdre son mari qu'elle n'aimait pas. Veuve et indépendante, mère d'un petit garçon, elle est désormais libre d'épouser Henri Lémor, pauvre étudiant devenu ouvrier avec qui elle vit un amour platonique. Cependant, celui-ci, gagné aux idées socialistes, refuse le mariage avec une femme riche qui est du sang des des oppresseurs. La jeune femme bien décidée à devenir digne de son bien-aimé est prête à renoncer aux privilèges de sa classe sociale et à sa fortune déjà bien compromise par son mari. Elle se rend, accompagnée de son fils Edouard, dans sa propriété de Blanchemont, chez son fermier Bricolin. Celui-ci, rusé et ladre, est le type même de paysan enrichi d'après la Révolution. Prêt à  racheter les biens de la noblesse déchue, il va lui proposer d'acquérir son domaine pour une bouchée de pain. Là-bas, Marcelle rencontre aussi le meunier d'Angibault surnommé le Grand-Louis, jeune homme honnête et travailleur. Le meunier est amoureux de Rose Bricolin mais ne peut l'épouser car  le père de la jeune fille veut la marier à un homme riche.  Marcelle se lie d'amitié avec le meunier et avec Rose et fera tout son possible pour rendre leur union possible. De son côté, elle va lever les obstacles qui la séparent de  Henri.

L'intrigue du roman pourrait paraître assez classique; une double histoire d'amour contrarié. Mais notons que si l'une des situations est courante :  un jeune homme, Louis, ne peut épouser la fille qu'il aime, Rose,  à cause du père de celle-ci parce qu'il est trop pauvre, l'autre, par contre, est moins banale! Pour Marcelle et Henri, l'obstacle ne vient pas d'une tierce personne détenant l'autorité, mais de l'amoureux lui-même qui s'y refuse au nom d'un idéal si bien que l'on a une inversion complète et inattendue du schéma romanesque habituel : un jeune homme ne peut pas épouser celle qu'il aime parce qu'elle est trop riche! Sont ainsi placés au centre du roman le problème de l'argent et de l'égalité sociale. Car Le meunier d'Angibault porte toutes les grandes idées socialistes de George Sand. Elle y dénonce le pouvoir de l'argent que symbolise le fermier Bricolin et l'émergence d'une classe sociale en train de supplanter la noblesse en abandonnant toute valeur, tout idéal, toute humanité pour s'enrichir, thème que l'on retrouve dans de nombreux romans de cette époque et qui ne manque pas d'intérêt. Pourtant, il est finalement plus facile à la baronne d'abandonner ses préjugés de classe, de considérer le meunier et Rose comme ses amis et ses égaux que de renoncer complètement à sa fortune. Et ceci non pour des raisons égoïstes mais parce qu'elle craint pour l'avenir de son enfant :
Hélas! chère Rose, dans un temps où l'argent est tout, tout se vend et tout s'achète.(..) De même que l'on paie les sacrements à l'église, il faut, à prix d'argent, acquérir le droit d'être homme, de savoir lire, d'apprendre à penser, à connaître le bien du mal. Le pauvre est condamné, à moins d'être doué d'un génie exceptionnel, à végéter, privé de sagesse et d'instruction.
Voici une belle plaidoirie en faveur du peuple et à plusieurs reprises l'écrivain a des accents sincères et lyriques pour dénoncer l'inégalité et l'oppression exercée par une classe sociale sur les pauvres gens. Notons  aussi au passage que George Sand, pourtant très croyante,  égratigne l'Eglise et réprouve la vénalité du clergé.
Le dénouement du roman sera rousseauiste et consistera pour tous à aller vivre au moulin d'Angilbault du fruit d'un labeur honnête, au milieu de la nature. L'utopie de George Sand prête un peu à sourire surtout au jour d'aujourd'hui comme dirait le père Bricolin, où  triomphe le grand capital international. Mais il faut se replacer au XIX ème siècle, en 1845, date de parution du roman, pour voir combien ses idées sont, sinon révolutionnaires, du moins généreuses et hors du commun. On comprend pourquoi le roman n'a pas été toujours favorablement accueilli par la critique et le public de son époque.
Le thème de la nature et du pays est  aussi un des intérêts du roman car Le meunier d'Angibault est bien ancré dans la campagne berrichonne et en particulier dans un lieu à part nommé la Vallée-Noire. C'est avec plaisir que l'on découvre les paysages, les coutumes et les portraits du peuple berrichon que George Sand brosse sans paternalisme et avec un respect certain.
Chez la plupart des paysans de la Vallée-Noire, la misère la plus réelle, la plus complète, se dissimule discrètement et noblement sous ces habitudes consciencieuses d'ordre et de propreté. La pauvreté rustique y est attendrissante et affectueuse. (..) Il faudrait si peu du superflu du riche pour faire cesser l'amertume de leur vie, cachée sous ses apparences de calme poétique!
J'ai beaucoup aimé aussi le personnage de Marcelle de Blanchemont qui malgré son éducation aristocratique est une femme décidée, courageuse, qui sait prendre  son destin en main et affronter la réalité sans se lamenter. A côté d'elle, la figure de son amoureux, Henri Lémor, un peu larmoyant, est bien fade. Le meunier d'Angibault est beaucoup plus intéressant. Il représente l'homme du peuple, tel que l'idéalise George Sand, intelligent, instruit même s'il n'est pas érudit, travailleur, courageux et altruiste;  ajoutez-y sa force et sa beauté physiques! ajoutez-y aussi la fierté qui le fait agir avec respect envers la baronne mais  aussi en égal. Il représente le bon sens car, contrairement à Marcelle de Blanchemont, il ne dédaigne pas l'argent; il sait combien il est difficile de le gagner!  Mais il ne le place pas au-dessus de tout et se contente de lui accorder sa juste place. C'est la limite de l'utopie sandienne car pour amener Bricolin à marier sa fille au meunier, il n'y aura pas conversion miraculeuse du personnage trop avide et déshumanisé par son avarice; seul l'argent pourra le convaincre!
Un autre personnage qui joue un rôle dramatique dans le récit (c'est elle qui va incendier le château) introduit un souffle romantique dans cet ouvrage politique et champêtre : celui de la folle, La Bricoline, soeur de Rose, qui a perdu la raison à la suite d'un amour contrarié. Ce personnage qui hante les ruines du château, semblable a un fantôme, inspire à la fois la peur car elle peut être très violente et la compassion car la souffrance générée par ses crises de folie est décrite par l'auteur d'une façon magistrale. Enfin le  mendiant, oncle Cadoche, au terrible passé, apparaît tour à tour sous les traits d'un vieux sorcier, assis sur la Pierre des morts, posté sur les chemins pour égarer les voyageurs et d'un génie bienfaisant (bien que inquiétant)  puisque c'est lui qui va assurer le bonheur de Grand Louis et de Rose. Au croisement du réel et de la magie, il donne au roman une dimension fantastique.


Ce livre est lu dans le cadre du challenge George Sand initié par George dans son blog George Sand et moi.
     

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire

    Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.