samedi 23 juillet 2011

Voltaire : Zadig (citation)


L'énigme d'aujourd'hui, samedi


Jeu de l'été : énigme  Ce roman est paru en 2009.  Si vous avez besoin d'autres indices, je  suis prête à vous en fournir.


Et celui qui l’accueillit ou qui parut comme fortuitement sur le seuil de sa grande maison de béton, dans une intensité de lumière soudain si forte que son corps vêtu de clair paraissait la produire et la répandre lui-même, cet homme qui se tenait là, petit, alourdi, diffusant un éclat blanc comme une ampoule au néon, cet homme surgi au seuil de sa maison démesurée n’avait plus rien, se dit aussitôt Norah, de sa superbe, de sa stature, de sa jeunesse auparavant si mystérieusement constante qu’elle semblait impérissable
Il gardait les mains croisées sur son ventre et la tête inclinée sur le côté, et cette tête était grise et ce ventre saillant et mou sous la chemise blanche, au-dessus de pantalon crème.


Réponse à l'énigme du vendredi
ZADIG

 Voltaire
 Les gagnants  sont : Aifelle, Pascale, Wens, Lily, Lystig

Dans ce siècle du voyage et de la philosophie, Zadig entreprend son apprentissage dans un univers partagé entre le bien et le mal. Trahi par Sémire et Azora, déçu par l'amour, Zadig trouve refuge dans la nature, qui est à l'image de Dieu. Remarqué par le roi d'Egypte Moabdar, il retourne dans le tourbillon du monde et devient Premier ministre. Séduit par la reine Astarté et menacé par la jalousie du roi, il fuit bientôt Babylone. C'est l'occasion pour lui d'un retour sur soi et d'une réflexion sur les caprices de la fatalité. Au hasard des aventures qu'il croise sur son chemin en compagnie d'un ermite, Zadig devient l'incarnation de la Providence, dont les voies restent par ailleurs impénétrables. L'ange Jesrad lui révélera une partie des mystères de la Destinée. Si l'homme est sans cesse tiraillé entre liberté et déterminisme, il semble bien devoir les concilier. Et c'est là sans doute la seule vérité qui nous soit accessible. (éditeur)

Et oui, il s'agit de Zadig ou la destinée de Voltaire (et non de Zadig et Voltaire!), un passage qui souligne avec cette ironie proprement voltairienne l'absurdité et la relativité des coutumes et des lois. Il dénonce aussi la sottise du racisme et la haine de ce qui est étranger : ici ce sont les yeux bleus qui recevront l'anathème, là ce sera la différence de couleur de peau ou de religion.

Nabussan, aimé, l'adora; mais elle avait les yeux bleus et ce fut la source des plus grands malheurs. Il y avait une ancienne loi qui défendait aux rois d'aimer ce genre de femme que les grecs ont appelées depuis boopies. Le chef des bonzes avait établi cette loi il y avait plus de cinq mille ans; c'était pour s'approprier la maîtresse du premier roi de l'île de roi de Serendib que ce premier bonze avait fait passer l'anathème des yeux bleus en constitution fondamentale d'Etat. Tous les ordres de l'Empire vinrent faire à Nabussan des remontrances. On disait publiquement que les derniers  jours du royaume étaient arrivés, que l'abomination était à son comble, que toute la nature était menacée d'un évènement sinistre; qu'en un mot Nabussan, fils de Nussanab, aimait deux grands yeux bleus. Les bossus, les financiers, les bonzes et les brunes, remplirent le royaume de leurs plaintes.

8 commentaires:

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.