lundi 16 avril 2012

Les impressionnistes américains (2) au Metropolitan Museum de New York

Childe Hassam :  Célia Thaxter's Garden, isles of Shoal, Maine


Après avoir présenté les photographies prises au MET de New York des tableaux de Mary Cassat dans un premier billet, ICI je continue avec les oeuvres impressionnistes américaines découvertes dans ce grand musée.
L'impressionnisme  apparue en France dès les années 1860, se développe aux Etats-Unis dès 1880.
Les peintres américains subirent l'influence de l'impressionnisme français, soit comme Mary Cassat et John Singer Sergent en allant étudier en France, dans les années 1870,  et en rencontrant les grands maîtres français, Edgar Degas, Claude Monet... , soit comme William Meritt Chase en découvrant les oeuvres impressionnistes françaises lors de grandes expositions qui eurent lieu aux Etats-Unis.  En 1886, William Meritt Chase, avec une série de tableaux célébrant la lumière des parcs de New York, de paysages de Long Island, de Shinnecock, devient le plus grand peintre impressionniste de son pays sans en être sorti. Dans les années qui suivirent de nombreux artistes américains rejoignent Claude Monet à Giverny où celui-ci s'est installé en 1883.

John Singer Sargent  (1856–1925)

Sargent le goût de la nouveauté auprès de  son ami Monet comme le prouve ce tableau intitulé : "Deux jeunes filles à l'ombrelle". Cependant, grand admirateur de Frans Hals et de Vélasquez, il demeure, d'une façon générale,  plus classique. Il est reconnu comme un grand portraitiste même s'il a peint aussi des paysages et des scène militaires pendant la première guerre mondiale. Le portrait de madame X  (madame Gautreau), qu'il aimait particulièrement, fut très mal reçu à l'exposition de 1884 à Paris. Il l'avait peint sans l'accord de la dame et avait laissé volontairement une bretelle de la robe glisser sur l'épaule. Cette erreur scandaleuse fut réparée par la suite, la bretelle remise en place, mais la sensualité du tableau valut à Sargent la fin de ses commandes françaises. Il partit s'installer à Londres. Le tableau de Madame X  resta dans l'atelier de l'artiste et ne fut acheté par le Metropolitan qu'après la mort de madame Gautreau en 1916.

Two grils with parasols (1888)

Sergent : Portrait de madame X

 William James Glackens ( 1870-1938)

William Glackens fit de nombreux séjours en Europe, en particulier à Paris. Il s'intéresse aux scènes de rue (the green tram) et aux scènes de vie de la middle-class américaine comme dans Hiver à Central Park.


green train



 Central Park : winter

Robert Reid (1862-1929)

L'artiste suggère une analogie  entre la fragilité de la femme et des fleurs qui l'entourent. Ce tableau rappelle le panneau mural  intitulé Senteur, qui constitue une partie de la série intitulée Les Cinq sens peinte en 1897 pour la bibliothèque des congrès de Washington combinant à la fois son intérêt pour l'impressionnisme et pour le mouvement mural.

William Meritt Chase (1849-1916)

William Meritt Chase peint ici une scène intime et paisible de sa vie de couple : Alice, sa femme cousant pour "the little one", un de leurs cinq enfants, dans leur maison d'été à Shinnecock, dans la ville de Southampton, Long Island, New York. Même s'il peint un intérieur, Chase s'intéresse à la lumière qui pénètre dans la pièce et à la fenêtre qui s'ouvre sur le jardin, traitant ainsi le sujet comme une scène de plein air. J'aime bien le désordre qui règne autour de la jeune femme et ce bout de papier (tissu?) qui traîne par terre, suggérant que celle-ci ne pose pas mais qu'elle est surprise dans son quotidien.

Chase : For the little one


Chase

Childe Hassam (1859-1935)

Childe Hassam peint ici Union Square l'une des plus importantes places culturelles et commerciales de New York, située à la jonction de Broadway et de Bowery Road. La neige donne une impression douce et ouatée mais la tache rouge du tramway, les silhouettes noires des voitures embouteillées et des passants qui traversent n'importe comment donnent un animation intense à la scène.

Union Square, Hiver


Surf, Isles of Shoal

Les impressionnistes américains ont continué à travailler jusqu'en 1920 même si le goût pour l'impressionnisme avait alors diminué.  En 1910 émerge un  réalisme urbain avec l'école Aschan  bientôt démodé dès 1913 avec l'exposition d'Avant-garde de L'Armory Show.


10 commentaires:

  1. je flash sur Union Square en hiver, malgré tout j'ai quand même un préférence pour les impressionnistes de chez nous

    RépondreSupprimer
  2. ohhhhh ! Je ne connaissais pas du tout les impressionnistes américains ! Merci pour ces beaux tableaux...

    RépondreSupprimer
  3. J'en connaissais quelques uns mais pas tous, loin de là. J'aime assez ce qu'ils ont fait.

    RépondreSupprimer
  4. @ dominique : Les impressionnistes français sont les maîtres des américains mais ceux-ci ne me paraissent pas inférieurs bien que plus tardifs!

    RépondreSupprimer
  5. @ maggie : je les ai découverts moi-même en allant aux Etats-Unis, la première fois il y a quelques années à Washington!

    RépondreSupprimer
  6. @ Aifelle : je ne les connais pas tous non plus! Je n'ai parlé ici que de ceux que j'ai vus à New York.

    RépondreSupprimer
  7. @ lystig : mais c'est magnifique de te faire rêver! En espérant que tu iras bientôt toi aussi à NY!

    RépondreSupprimer
  8. Beaucoup de découvertes pour moi, merci ! Et Mary Cassatt, elle ne faisait pas partie de ce groupe ?

    RépondreSupprimer
  9. @ enitram : J'ai publié Mary Cassatt dans un billet précédent. Il y a plusieurs tableaux d'elle au Metropolitan de NY mais j'en ai vu aussi au musée de Washington.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.