mardi 11 juin 2013

Les lavandières de Brocéliande : Edouard Brasey



Avec Les lavandières de Brocéliande de Edouard Brasey nous explorons  les croyances de la Bretagne traditionnelle et les récits des chevaliers de la Table Ronde. Le titre doit d'ailleurs son nom à la légende des lavandières de sang, ces femmes infanticides, qui reviennent après leur mort chaque nuit pour laver éternellement les langes ensanglantés de leur bébé. Malheur aux voyageurs attardés qui les rencontrent sur leur passage car ils seront eux aussi battus à mort par ces terribles spectres!
Le roman combine habilement l'évocation de ces légendes qui hantent la forêt de Brocéliande où à lieu l'action, dominée par les personnages d'Arthur, de la fée Morgane et  de la Dame du Lac, et le récit policier, lorsque la légende et la réalité se confondent et débouchent sur un crime.


Forêt de Brocéliande (source)

Qui a tué, en effet, la jeune Annaïg, retrouvée noyée dans le lavoir des lavandières du village de Concoret? Sa mère, Dahud, surnommée ainsi par allusion à la fille du roi d'Ys responsable de la destruction de la ville par l'océan, à moitié sorcière, accuse les lavandières du sang, venues au lavoir en cette nuit du Samain (La Toussaint.  Gwenn, la jeune fille qui l'a trouvée, est suspectée. Loïc le charbonnier, bossu, dont tout le monde se moque et se méfie dans le village est lui aussi désigné par les habitants du village. Mais ne serait-ce par plutôt le jeune noble Philippe de Montfort qui aurait eu aussi des raisons pour se débarrasser de la jeune fille? De plus quel secret pèse sur la naissance de Gwenn et d'Annaïg?

L'Ankou
Le récit se déroule sur deux périodes : En 1914, juste avant la déclaration de la guerre, lors des fiançailles secrètes de Edern de Montfort et de  Solenn Josselin, en présence de leurs amis, à la fontaine de Baradon où la fée capricieuse et changeante exauce ou non vos voeux. Récit tragique qui s'interrompt pour celui d'une autre guerre celle de 1940-45 : occupation de la Bretagne par les nazis. Réfractaires au STO, résistants, nationalistes bretons, petits nobliaux terriens vivant encore dans un monde féodal, officiers nazis, SS, prêtres traditionalistes ou révoltés,  sont confrontés à l'Ankou et à la malédiction jetée jadis par la fée de Baradon sur les protagonistes de l'histoire et leurs descendants. J'ai apprécié ce mélange des genres dans ce roman qui a le mérite de nous décrire une Bretagne - pas si ancienne pourtant-  mais encore bien ancrée dans ses superstitions, mais aussi dans sa foi catholique et son obéissance à l'église. Quant à l'atmosphère de la forêt de Brocéliande, elle  est très bien rendue et l'on souhaiterait, à la suite de ce livre, partir à sa découverte!


                         
               Merci à Dialogues croisés et aux éditions Calman-Lévy




4 commentaires:

  1. Très intéressant le mélange Bretagne profonde et enquête sur un crime. J'ai entendu récemment Jean Teulé sur son dernier livre, on doit être dans le même climat (pour les vieilles croyances).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pour les vieilles croyance mais il n'y a pas le côté provocateur de Jean Teulé.

      Supprimer
  2. Te voilà repartis en Bretagne, je lis en ce moment deux romans historiques qui eux aussi m'emportent loin dans le temps c'est un grand plaisir ce mélange de contes, de superstitions mêlé à la réalité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien aimé retrouver les légendes que j'avais lues lors de mon séjour en Bretagne l'année dernière.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.