jeudi 12 décembre 2013

Jean-Paul Chabrol et Jacques Mauduy : L'Atlas des Camisards




Le hasard de mes lectures veut que j'ai beaucoup mentionné en ce moment les guerres de religion, Dumas et Chéreau avec La saint Barthélémy dans La reine Margot m'y amenant, Montaigne et Marie de Gournay dans l'Obèle m'y ramenant. Mais s'agit-il d'un hasard? Le fait est que ma famille maternelle, protestante, est ancrée près du Pont-de Monvert d'où est parti le soulèvement des camisards!  J'ai donc été nourrie depuis l'enfance de ces récits devenus légendaires.
Voici donc un livre, L'Atlas des Camisards, paru aux éditions Alcide (Nîmes), sur la révolte des camisards en Cévennes dans les années 1702-1704, révolte replacée dans le contexte des guerres de religion qui ont ravagé la France de 1521 à 1789.

La géographie au service de l'histoire

Cet atlas est le fruit du travail d'un historien Jean-Paul Chabrol et d'un géographe Jacques Mauduy et il a une particularité originale : les cartes de géographie ne sont pas une simple illustration (d'ailleurs fort esthétique) du texte mais sont partie prenante du récit historique. Autrement dit, c'est guidé par les cartes que vous allez être amenés à comprendre la révolte, ses causes, son développement, en visitant les lieux d'où elle est partie, en suivant les différentes péripéties qui l'ont animée.

Mais qu'est-ce que les camisards? 

Les camisards film de René Allio

 Sachez que vous ne pouvez pas visiter les Cévennes sans connaître les camisards sinon vous risquez de passer à côté de l'âme du pays et de ce qui a forgé le caractère et la mémoire des gens qui  y vivent, dans ce milieu de moyenne montagne austère et dur comme le granit qui la couvre. Les camisards, sorte de héros populaires, nourrissent de nos jours encore l'imaginaire des cévenols et sont à l'origine de récits légendaires, de pièces de théâtre, d'oeuvres littéraires qui ont une portée internationale liée à la diaspora suscitée par la persécution religieuse qui a obligé les protestants à l'émigration.

Le mot Camisard vient du mot "chemise" (ou camiso en occitan) que les révoltés portaient pour se reconnaître pendant les combats. La guerre des camisards s'est déroulée de 1702 à 1704. Les dernières tentatives de 1705 et de 1709-1710 signent l'échec du soulèvement. Celui-ci se caractérise par des embuscades menées par des hommes cachés dans les montagnes et par la disproportion dans les chiffres entre les 2000 rebelles qui s'opposent à 35 000 hommes représentants du pouvoir royal. Le prophétisme est une autre de ses caractéristiques : la guerre des camisards est conduite par des chefs inspirés par Dieu, hommes ou femmes, prophètes ou prophétesses.

La Nuit des camisards, pièce de théâtre de Lionnel Astier


Une histoire du protestantisme

Mais L'Atlas des Camisards ne se contente pas de parler de la révolte, il la replace aussi dans le contexte historique qui la fait naître. Il est divisé en cinq temps : Le Temps de la Réforme, le Temps de la Révocation, le Temps des Camisards, le Temps de la Restauration et enfin Le Temps de la Mémoire. L'Atlas retrace ainsi l'histoire du protestantisme du début à la fin, de la Réforme (1521) avec Luther puis Calvin à la Révolution (1789) où la liberté de religion devient un droit : article des droits de l'homme et du citoyen. Le Temps de la Mémoire étudie la persistance de cette sensibilité au passé partout où les protestants ont émigré, et quels sont les gardiens de la mémoire huguenote à travers le monde et en France au XXI ème siècle.


Le musée du désert Mas Soubeyran/Mialet Dvillafruela Source

En Cévennes les familles protestantes ont conservé de nombreux souvenirs de la guerre. Leur accumulation est à l'origine d'un "légendaire" (Philippe Joutard) qui s'est transmis oralement jusqu'à nos jours. De "cette mémoire du temps des Camisards a émergé une conscience identitaire cévenole qui enracine de nombreux lieux" (Daniel Travier) dont le plus célèbre et le plus emblématique est le Musée du Désert, inauguré dans la maison natale du chef Rolland.

L'Atlas des camisards est donc une oeuvre complète sur le protestantisme et les camisards et il aborde ces thèmes d'une manière neuve. C'est aussi un bel objet, un livre à format carré, aux couleurs vives, animé de plus de trois cents cartes et croquis. Le livre parfait à offrir non seulement aux passionnés d'Histoire en général et du Protestantisme mais aussi à tous ceux qui s'intéressent au pays cévenol.
Difficile de trouver le livre en librairie hors du pays cévenol mais on peut le découvrir aux Editions Alcide Nîmes ou sur Price Minister ou Amazon.

12 commentaires:

  1. Histoire et géographie...l'âme d'un pays

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout à fait. J'ai de belles histoires à raconter sur l'âme du pays quand il s'agit des huguenots et des "papistes"!

      Supprimer
  2. A supposer que l'on ne connaissent pas les Camisards avant d'aller dans les Cévennes (est-ce possible ?) on est vite mis au parfum si on discute avec les gens du pays. On sent qu'il en est toujours fortement imprégné, c'est assez fascinant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que tu as visité nos Cévennes il n'y a pas si longtemps! Mise au parfum en discutant avec les cévenols? J e n'en doute pas un instant!

      Supprimer
  3. je ne connais ni les Cevennes ni les camisards. Mais tu en parles si bien que je me laisserais bien tenter par ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles à une convaincue! Quand j'étais enfant, ma mère me racontait des histoires sur les camisards, sur le grand brûlement des Cévennes etc...

      Supprimer
  4. Le film de René Allio m'avait fortement intéressé mais il y a si longtemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je ne ai pas revu le film depuis. Par contre j'ai assisté à la pièce de théâtre La Nuit des camisards de Lionnel Astier. La pièce avait de l'allure, jouée en décor naturel, au milieu de la montagne! Et le conflit n'était pas traité d'une manière trop manichéenne.

      Supprimer
  5. Je crois que j'aimerai m'y plonger même si les Cévennes ne sont pas tout à fait le berceau de ma famille maternelle également protestante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es de quelle région! Voilà une histoire que tu dois bien connaître?

      Supprimer
    2. Famille d'origine ardéchoise puis allemande ( l'histoire de la révocation de l'édit de Nantes... ) puis retour en Ardèche à la génération de mes grands-parents.
      Oui, quelques histoires huguenotes.

      Supprimer
    3. Retour aux sources. Dans les Cévennes aussi il y a pas mal de personnes partis pendant les guerres de religion qui reviennent au pays soit pendant les vacances, soit au moment de la retraite etc...

      L'histoire que j'aimais le mieux c'est le grand brûlement des Cévennes (et de notre petit hameau berceau de la famille) par les dragons de Louis XIV! Ma petite fille et petit neveu aussi adorent cette histoire qui leur fait peur, surtout pour les dragons! Tu VOIS comment ils les imaginent!

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.