mardi 20 janvier 2015

Valentine Goby : Kinderzimmer


Kinderzimmer de Valentine Goby Actes sud est un récit sur le camp de concentration pour femmes de Ravensbrück



Kinderzimmer, le titre du roman de Valentine Goby, désigne en allemand la chambre des nourrissons, la nurserie. Quel mot tragiquement ironique appliqué à la pièce où naissent les enfants des mères déportées à Ravensbrück, camp de concentration pour femmes pendant la deuxième guerre mondiale. Le livre est une formidable antithèse entre la vie et la mort rassemblés dans un même lieu.

C'est la première fois que je lisais un ouvrage présentant le vécu des femmes dans un camp de concentration, expérience forcément semblable et pourtant très différente de celui des hommes que nous connaissons à travers les romans de George Semprun (un de mes auteurs préférés) ou de Primo Levi. Que représentent les règles, la grossesse, l'accouchement, l'allaitement à Ravensbrück, sinon des étapes particulières vers une mort certaine. Mila, le personnage de Kinderzimmer, est enceinte lorsqu'elle arrive au camp. Elle nous fait pénétrer dans cet univers, elle nous initie à la faim, à l'absence d'hygiène, au froid, à l'épuisement, la maladie; elle nous fait partager le désespoir qui mène à la perte d'estime de soi, au désir d'en finir; elle nous associe au combat mené par ces femmes courageuses pour sauver les nouveaux-nés. Pour arracher son enfant à la mort, Mila trouve un sens à sa vie.  C'est ce qui fait  la beauté du livre, cette lutte de la lumière contre les ténèbres dont parle aussi Jorge Semprun, cette alliance de l'amour et de l'amitié plus forte que la violence et la haine, ce petit filet d'espoir qui redonne confiance en la nature humaine.

Le style de Valentine Goby est beau, sobre et en même temps cruel et l'on ne peut être qu'emporté par ce récit poignant et glaçant :
Alors elle voit les crânes des bébés alignés sur les deux étages des lits superposés, serrés les uns contre les autres, immobiles. Et s'approchant davantage, les peaux moitié nues, les langes puants et pleins. Et les visages. Des vieillards miniatures en série, figures plissées et jaunes, ventres gonflés, jambes maigres et bleues. Quinze petits corps en haut, quinze petits corps en bas, deux fois, les plus chétifs et ridés réunis sur une même paillasse, collection de monstres minuscules. (...)
-Où est-ce qu'ils vont après trois mois?
- Ils meurent.

Pourtant, j'avoue que j'avais quelques doutes en commençant ma lecture de Kinderzimmer après avoir lu les romans de Jorge Semprun. Il me semblait que tout était dit! Comment pouvait-on écrire après lui?
 Certes, dès le début l'on sait que le livre va être sérieux et documenté puisqu'il est né de l'expérience de l'auteure, enseignante, qui reçoit dans sa classe des rescapées de ce camp; de plus, elle a rencontré de nombreux survivants, prisonnières et enfants nés à Ravensbrück. Cependant, un témoignage, même s'il est précieux pour conserver le souvenir, n'est pas une oeuvre littéraire. 
Or, dès que j'ai commencé à lire, dès le prologue, j'ai senti que j'étais bien devant devant un écrit qui dépassait le seul témoignage; l'auteure ne se contente pas de raconter (fort bien d'ailleurs) la vie à Ravensbrück, elle nous place selon un point de vue qui donne une dimension universelle et philosophique au récit et l'histoire devient l'Histoire. Ce point de vue, c'est celui de de l'ignorance et de l'innocence. Quand Mila arrive au camp, elle ne sait pas, elle ne connaît même pas le nom de Ravensbrück et le mot «camp» ne recouvre aucune réalité. Comme il y a toujours une première fois pour un tout-petit qui découvre les merveilles du monde, il y a une première fois aussi pour découvrir le camp, apprendre ce que recouvrent les mots, comprendre le sens. C'est la démarche inverse de celle de l'enfant, c'est découvrir l'horreur, le néant, en un mot, le Mal absolu, reflet de la folie des hommes. Et pourtant y survivre!
Un très beau livre, à lire donc!

Sur l'arrivée au camp de Ravensbrück
Elles sont imprononçables, les phrases habituelles. Ni nous marchons jusqu'au camp de Ravensbrück, à cause du nom ignoré. Ni nous sommes placés en quarantaine, ce block n'a de fonction qu'aux yeux des prisonnières anciennes. Ni à 3h30 j'entends la sirène, car elle n'a pas de montre. Impossible de dire Il y avait une kinderzimmer, une chambre de nourrissons : elle n'en a rien su avant d'y laisser son enfant. Un chagrin monte, qui est un deuil. L'histoire finie n'a plus de commencement possible. Et même s'il y a des images sûres, l'histoire qu'on raconte est toujours celle d'un autre.






Je peux le mettre en livre voyageur si vous voulez?

32 commentaires:

  1. Réponses
    1. C'est sûr mais c'est un beau livre et bien traité.

      Supprimer
    2. C'est vrai que si la littérature transcende le témoignage on a plaisir à lire même si le sujet est terrible. J'ai un souvenir ébloui de Primo Levi

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. J'aurais, je pense du mal, a lire ce livre mais me revient en memoire un pome que je suis allee rechercher:

    Il faudra que je me souvienne,

    Plus tard, de ces horribles temps,

    Froidement, gravement, sans haine,

    Mais avec franchise pourtant.

    De ce triste et laid paysage,

    Du vol incessant des corbeaux,

    Des longs blocks sur ce marécage

    Froids et noirs comme des tombeaux.

    De ces femmes emmitouflées

    De vieux papiers et de chiffons,

    De ces pauvres jambes gelées

    Qui dansent dans l’appel trop long.

    Des batailles à coups de louche,

    A coups de seau, à coups de poing.

    De la crispation des bouches

    Quand la soupe n’arrive point.

    De ces « coupables » que l’on plonge

    Dans l’eau vaseuse des baquets,

    De ces membres jaunis que rongent

    De larges ulcères plaqués.

    De cette toux à perdre haleine,

    De ce regard désespéré

    Tourné vers la terre lointaine.

    O mon Dieu, faites-nous rentrer !

    Il faudra que je me souvienne …

    Micheline Maurel (revenue d'un camp pres de celui de Ravensbruck)

    RépondreSupprimer
  4. Très belle ta critique, comme toujours, finement analysée. J'ai découvert ce livre avec le beau billet de manU que je t'invite à visiter si tu en as l'occasion. C'est ici :

    http://bouquins-de-poches-en-poches.blogspot.ca/2014/12/kinderzimmer-valentine-goby.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis allée voir. En effet, une belle critique pleine des émotions ressenties.

      Supprimer
  5. J'ai déjà lu beaucoup de billets sur ce livre que je contourne depuis sa sortie (lâche que je suis) mais le tien m'a presque mis les larmes aux yeux et vraiment donné envie de le lire,ouf , j'aurai raison de ma lâcheté ! Justement, j'ai Primo Levi à lire "Si c'est un homme" mais pareil, je le contourne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, ce sont des lectures difficiles à faire, nécessaires aussi mais en même temps l'on se sent concernés et le fait qu'il y ait des gens si extraordinaires au milieu de la barbarie donne du courage. Mais attends d'être en forme!

      Supprimer
  6. j'en garde un souvenir très fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je crois que l'on ne doit pas l'oublier!

      Supprimer
  7. Sur Ravensbrück, j'ai lu le livre de Germaine Tillion, il y a longtemps. Après avoir lu beaucoup de témoignages (Kertész, Primo Levi, Semprun, Elie Wisel etc ...) je suis réticente devant la forme "roman", mais je crois que je finirai par me décider.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un roman basé sur la réalité, sur du vécu. Semprun écrit aussi des romans, ce n'est pas un témoignage même s'il parle de ce qu'il a vécu.

      Supprimer
  8. comme tu le dis, on peut pense à tout que tout a déjà à été écrit main non. Lors de sa venue à Dialogues, l'auteure a expliqué son travail de recherches mais surtout le témoignages qu'elle a pu recueillir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien d'avoir pu la rencontrer. Elle explique aussi dans son livre comment elle a travaillé.

      Supprimer
  9. C'est une lecture très marquante.
    J'ai découvert à cette occasion l'existence de pouponnières dans les Camps et j'avoue avoir été horrifiée de ce qu'en écrit V.Goby. Mais je me souviens également ne pas être totalement entrée dans l'histoire (sauf à la fin, lorsque Mila change de cadre si tu vois ce que je veux dire ...). Bref ! je me rends compte qu'un an après ma lecture, je ne sais toujours pas quoi en penser ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, j'avais des restrictions à priori et ensuite j'y suis vraiment entrée.

      Supprimer
  10. Un peu comme Aifelle, en général je préfère les documents. j'ai démarré ma lecture, c'est écrit, pas de souci, mais bon je n'ai pas continué. Et puis je suis assez âgée pour avoir rencontré quand j'étais au lycée une femme qui a parlé de son expérience à ravensbruck (et je n'ai pas oublié!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as lu les romans de Semprun? ce n'est pas du document mais de la grande littérature par quelqu'un qui a vécu les camps. Quant à V Goby elle fait plus que se souvenir des témoignages, je trouve qu'elle crée des personnages et qu'elle nous pousse vers une réflexion intéressante.

      Supprimer
  11. J'hésite à le lire, il faudrait sans doute déjà que je m'y prépare un peu psychologiquement. Par contre, j'en ai entendu tellement de bien que c'est justement ce qui me pousserait à m'y mettre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez! Courage! c'est un bon livre! Et il est important de savoir ce qui s'est passé dans les camps, ne serait-ce que parce qu'il y a des gens qui les nient!

      Supprimer
  12. Je suis admirative de la façon dont Primo Levi a réussi à raconter son témoignage, je lui ai trouvé beaucoup de dignité,
    Je pense lire Kinderzimmer car il est vrai que les témoignages de femmes sont plus rares (en tout cas je n'en ai pas lu), mais il faut que j'attende le moment adéquat car je pense qu'il va falloir que je m'accroche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est certain qu'il ne faut pas le lire quand on est déprimé! j'aime beaucoup aussi le livre de Primo Levi.

      Supprimer
  13. Il est sur ma liste à lire. J'avais beaucoup aimé le style de V. Goby dans L'Echappée, je suis sûre que j'aimerai la façon qu'elle a de raconter cette époque et de ce qu'ont subi ces femmes. (d'ailleurs dans l'Echappée elle racontait déjà le sort des femmes à la libération, celles qui avaient eu le tort d'aimer un Allemand).Le genre roman ne me gène pas s'il est bien documenté et bien écrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est le cas; Moi, je l'ai lu avec beaucoup d'intérêt.

      Supprimer
  14. J'ai un Primo Levi dans ma PAL depuis plusieurs années, je ne me suis pas encore senti assez forte pour m'y plonger... Celui ci c'est pareil, à chaque billet que je lis je suis tentée, je finirais certainement par le lire un jour ou l'autre...
    Bon week end Claudialucia, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un jour tu les liras, car il faut savoir! et d'autre part c'est de la bonne littérature. Mais attends de te sentir mieux.

      Supprimer
  15. Je l'ai noté depuis l'époque de sa sortie. Il me tente beaucoup !

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.