dimanche 10 avril 2016

Erik Larson : Lusitania 2015 La dernière traversée




 Dans Lusiatinia 2015 La dernière traversée Eric Larson raconte la dernière traversée du grand paquebot britannique Le Lusitania parti de New York le 5 mai 1915 pour gagner Liverpool. En arrivant dans les eaux classées "zone de guerre" par les allemands, il fut coulé en vue des côtes irlandaises par un U-Boote commandé par le capitaine Walther Schwieger. Cet acte de guerre contre un navire de passagers fut considéré comme une barbarie. Le navire disparut en dix-huit minutes. Plus de la moitié des passagers périt, soit 1198 personnes, parmi eux des ressortissants américains. Si cela contribua à envenimer les relations entre les Etats-Unis et l’Allemagne, il en fallut beaucoup plus au peuple américain et à son  président Woodrow Wilson pour déclarer la guerre puisque les Etats-Unis ne rejoignirent le conflit que deux ans après. 

Le Lusitania coulé le 7 mais 1915
Le Lusitania

Je me suis intéressée à ce récit historique pour lequel Eric Larson a bénéficié d’une riche documentation, s’appuyant sur les nombreux témoignages des rescapés d’une rare précision, la correspondance qu’ils entretinrent avec leur famille après le naufrage, les journaux de bord des capitaines du Lusitania, William Turner, et du sous-marin, les archives de l’Amirauté britannique et les documents classés secrets de guerre aujourd’hui consultables. 

William Turner commandant du Lusitania
Walther Schwieger, commandant  de l'U-Boote

Et bien sûr, tous ces documents ont le mérite de faire revivre les passagers du Lusitania à travers des témoignages pleins de vie, des anecdotes sur le déroulement du voyage, le déroulement de la vie à bord, les menus. Le récit, en particulier du torpillage, est d’une incroyable précision et la description du géant en train de sombrer entraînant des centaines de passagers dans le gouffre est hallucinante. L’auteur peut décrire les vêtements que portaient certains enfants le dernier jour du Lusitania parce qu’ils ont été trouvés sur les corps qui n’ont pas sombré ou qui sont venus s’échouer tout au long des côtes d’Irlande. Et c’est extrêmement émouvant. On s’attache à tous ceux qui ont une voix dans le récit. Après la lecture, j’ai cherché à retrouver ces personnes dont certaines étaient célèbres à l’époque et j’ai éprouvé de la nostalgie à mettre un visage sur l'un ou l'autre. C’est ce que dit avoir éprouvé Eric Larson au cours de ses recherches, on ne peut pas vivre avec des fantômes pendant si longtemps sans finir par les aimer et c’est ce qu’il nous transmet.

Theodate Pope, architecte, passagère de première classe
Pourtant ce n’est pas sur le pathos que repose le récit. Celui-ci est nourri par le contexte historique qui nous permet de mieux connaître l’enjeu énorme entre les pays belligérants, l’Allemagne et la Grande-Bretagne, pour la suprématie maritime. Le contrôle des mers est capital dans une guerre puisqu’il permet d’empêcher le ravitaillement, le réapprovisionnement en armes en maintenant le blockhaus.. Jusqu’alors la Grande-Bretagne était souveraine sur la mer mais l’Allemagne devint une rude concurrente.. C’est pourquoi les Britanniques firent construire ce superbe et rapide navire Le Lusitania dont la vitesse était inégalée.  Quant à l’Allemagne, elle va utiliser ses U-Boote, armes que la grande-Bretagne sous-estimait à l’époque. Les exploits des équipages des sous-marins allemands vont considérablement affaiblir l’Angleterre au point de risquer lui faire perdre la guerre. Nous voyons aussi le jeu trouble que l’Amirauté, avec à sa tête Winston Churchill, a joué face à ces attaques de navires sous pavillon neutre (américain) pendant la guerre. Alors que les services secrets britanniques suivaient à la trace le sous-marin du commandant Schweiger, le Lusitania ne fut pas détourné vers une route plus sûre, on ne lui envoya aucun destroyer pour le protéger, ce qui aurait certainement évité la tragédie. Pourquoi? Winston Churchill fut le premier à accuser le commandant du Lusitania, Turner, de négligence pour mieux cacher les impérities de l’Amirauté ? ou surtout son dessein secret : plus y aurait de navires neutres coulés, plus vite l’Amérique entrerait dans la guerre.

Un roman intéressant et bien documenté qui a le mérite de faire vivre l'Histoire.
Salle à manger du Lusitania
                                                          
Merci à Dialogues croisés et aux Editions du Cherche-Midi


19 commentaires:

  1. Je note immédiatement cette référence pour la soumettre à la bibliothèque. Vous en parlez très bien et cela me donne envie de le lire. Merci et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  2. La PAL déborde, je passe....bn week end à vous tous

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup Larson et sa façon de faire parler les documents!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est à la fois rigoureux et très vivant!

      Supprimer
  4. L'histoire de ce bateau m'a toujours fascinée car finalement on en parle très peu (en regard du Titanic), et faire revivre les passagers, les enjeux, je note ! :) Ta mélancolie est palpable !^-^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, c'est une histoire fascinante.

      Supprimer
  5. Les éventuelles manipulations de Churchill font froid dans le dos. Du même auteur, j'avais beaucoup apprécié "dans le jardin de la bête", j'en lirais bien un autre, pourquoi pas celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, 'est sûr que la politique suivie par l'amirauté a bien été celle-là.

      Supprimer
  6. je vais attendre de le trouver à la médiathèque mais je le lirai, j'ai beaucoup aimé ses livres précédents

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le premier que je lis et oui, il est très intéressant.

      Supprimer
  7. Passionnant ton article sur le Lusitania. Le nom de ce paquebot ne m'est pas inconnu, mais jusqu'ici je ne m'y été pas spécialement intéressée. Grâce à toi je viens d'inscrire Eric Larson dans la liste de mes prochaines acquisitions ;-)
    Merci aussi pour la découverte de l'architecte Theodate Pope (dont j'ignorais tout) et de son étonnant destin qui lui a permis de survivre miraculeusement à la noyade.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que l'on se passionne pour certains personnages et l'on peut retrouver leurs traces et leur photos ensuite, en faisant des recherches apès la lecture du roman.

      Supprimer
  8. Je connais un peu cet épisode (peu glorieux) de l'histoire de la première guerre mondiale. Du coup, ça m'a l'air passionnant ! Je note :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je connaissais le nom au départ et puis c'est tout! Les précisions et les détails de cette tragédie sont étonnantes.

      Supprimer
  9. J'ai deux romans de cet auteur dans ma PAL mais je note aussi celui -là pour son contexte historique...

    RépondreSupprimer
  10. Quels sont les titres des romans que tu as dans ta PAL?

    RépondreSupprimer
  11. Hello ;-)
    Ube coquille dans le titre 2015-1915...

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.