lundi 29 août 2016

Wilkie Collins : L'hôtel hanté et Seule contre la loi


j’ai beaucoup de retard  dans mes billets après ce mois d’août passé en Lozère. C’est en juillet que j’ai lu  L’hôtel hanté  et Seule contre la loi de Wilkie Collins en plein festival d’Avignon, courant de droite à gauche vers des salles de spectacles, entre plusieurs pièces de théâtre. Il me fallait des romans agréables et faciles à lire. Et c’est bien le cas.

L’hôtel Hanté (1878)

Wilkie Collins, écrivain britnanique
Wilkie Collins
J’ai lu l’hôtel hanté avec plaisir même si ce n’est pas le meilleur de l’auteur, loin de là !  Je ne peux même pas dire que l’intrigue m’ait fait peur comme elle devait le faire assurément quand le roman est paru en 1878. Lectrice de thrillers ou de romans à suspense, je finis par être blasée et il m'en faut plus pour trembler même si je n'oublie pas que c'est à Wilkie Collins que revient le mérite d'avoir créé le genre. Il s’y est illustré brillamment avec La femme en blanc, Sans nom, Mari et femme, Une belle canaille qui restent mes préférés… et bien d’autres encore.

Lord Montbary rompt ses fiançailles avec Agnès Lockwood pour épouser la comtesse Narona, une aventurière, toujours accompagnée de son frère que d’aucuns soupçonnent d’être son amant. Cette rupture et cette mésalliance provoquent un scandale dans une société (victorienne) très collet monté. Le plus indigné est certainement Henri Westwick qui n’a pas de mots pour blâmer la conduite de son frère aîné envers Agnès.  On apprendra bien vite qu’il est amoureux de la jeune fille depuis de nombreuses années. Lord Monbarry et son épouse fuient Londres pour s’installer à Venise dans un palais lugubre et délabré. Mais le lord meurt de maladie peu après et la comtesse devient son héritière. Le palais est rénové et transformé en hôtel où descend la bonne société britannique. Mais que se passe-t-il dans les anciens logements que Lord Montbary a habité. Quelles sont ces apparitions funestes? Et pourquoi la comtesse Narona semble-t-elle sombrer dans la folie et le remords?
Le plus intéressant dans le roman me semble être la comtesse Narona qui est un personnage assez complexe, coupable et victime à la fois. Elle paraît être la proie d’une fatalité à laquelle elle ne peut échapper et donc ne semble pas maîtresse de son destin. Elle est aussi sous la dépendance de son frère(?) et est prête à tout pour lui. Les personnages d’Agnès et de son amoureux Henri sont sympathiques mais plus conventionnels.
Quant à Wilkie Collins on le sent hésiter entre le ressort fantastique, jouant sur le surnaturel, et une explication réaliste des évènements qui se déroulent dans l’hôtel. Il semble attribuer ces visions étranges et effrayantes à des courants magnétiques à la Mesmer ( le mesmérisme est à la mode à cette époque).  Bref! L’hôtel hanté n’est pas un grand roman mais, je le répète, il se lit bien !

Seule contre la Loi (1875)

 L’héroïne de Seule contre la loi, Valeria va partir en guerre contre la justice qui, faute de preuves suffisantes a relaxé son mari accusé de meurtre, entachant définitivement son honneur… Elle enquête, nonobstant tous les tabous de l’époque sur le rôle de la femme dans la société victorienne, allant contre les interdits, risquant sa réputation et mettant en danger sa vie pour prouver l’innocence de l’homme qu’elle aime.

 Et c’est ce qu’il y a de meilleur dans le roman. Ce personnage de femme amoureuse, volontaire (certains des siens, car elle a des amis sûrs, diront têtue), courageuse, qui ira jusqu’au bout de sa recherche et que rien ne vient rebuter. A côte d’elle, un autre personnage féminin intéressant, la mère du jeune homme. Quant à Eustache Woodville, le mari, il est bien éteint, bien falot, et  presque absent du roman! C’est bien de Wilkie Collins de s’intéresser à un personnage de femme peu conventionnelle et de faire d’elle le « détective » de son enquête policière !  Encore un roman agréable à lire.

7 commentaires:

  1. J'ai aussi un bon souvenir du deuxième!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Et en plus sur ma liseuse c'est gratuit! J'ai téléchargé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Collins sont gratuits en général sur Kindle mais va voir il y a d'autres titres qui sont plus réussis.

      Supprimer
  3. Des lectures faciles il en faut par moment ... et tu as quand même choisi un bon auteur. Le thème du deuxième me tente plus que le premier.

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai! J'aime bien un petit Collins de temps en temps mais il y en a qui sont vraiment bons.

    RépondreSupprimer
  5. J'avais bien aimé les deux romans ! Tu n'as pas dû t'ennuyer !

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.