jeudi 15 septembre 2016

Poésie : Le cirque des lettres, film d'animation dans une classe de quatrième

Le cirque des Lettres

Le cirque des lettres est un projet de film d'animation mené par une équipe pédagogique dont je faisais partie avec des élèves de quatrième il y a bien des années.
  En cours de français, nous avons travaillé à partir de poésies comme celle de Claude Roy : L'enfant qui battait la campagne  

 L'enfant qui battait la campagne
 
Vous me copierez deux cents fois le verbe:
Je n'écoute pas. Je bats la campagne.
Je bats la campagne, tu bats la campagne,
Il bat la campagne à coups de bâton.
La campagne ? Pourquoi la battre ?
Elle ne m'a jamais rien fait.
C'est ma seule amie, la campagne,
Je baye aux corneilles, je cours la campagne.
Il ne faut jamais battre la campagne :
on pourrait casser un nid et ses oeufs.
On pourrait briser un iris, une herbe,
On pourrait fêler le cristal de l'eau.
Je n'écouterai pas la leçon.
Je ne battrai pas la campagne

                                                Claude Roy

 Mes élèves ont ensuite recueilli le plus grand nombre d'expressions imagées et ont écrit des poésies et des maximes en prenant ces phrases au sens propre. Travail d'écriture, d'imagination, de poésie.
Ils ont ensuite imaginé et rédigé une histoire en réunissant toutes ces lettres animées et ces expressions prises au pied de la lettre pour raconter les aventures d'un cirque dont les artistes sont des lettres.
En cours d'art plastique, ils ont ensuite dessiné les personnages, créé les décors et avec le professeur de mathématiques ils ont appris la décomposition du mouvement en 24 images par seconde, plus ou moins selon les effets de ralenti et d'accélération.
Un intervenant extérieur est venu filmer et assurer le montage du Cirque des lettres, à une époque où il n'y avait pas le numérique. J'ai vu le film une fois et ne l'ai jamais revu.

Je viens de retrouver des poésies écrites par mes élèves sur les expressions prises au pied de la lettre. il y a de jolies réussites.

L’expression est prise au sens propre?
Alors, elle s’est bien débarbouillée !
                  
                               Claude et Eric


Partir à cloche-pied 


 L’expression est prise au pied de la lettre?
Alors, là, moi je ne suis pas d’accord
car il y a des lettres qui n’ont pas de pied !
Le O par exemple rond comme les joues
d’une petit garçon bougon
Ou le U vallée trop profonde
pour en apercevoir le fond.
Passe encore pour le A, qui, avec ses deux grandes jambes
est le chef de l’ alphabet,
Mais il y a des lettres qui n’ont pas de pied !

Je te dis que l’expression est prise au pied de la lettre !
Mais alors, dépêchons-nous !
Nous devons la rattraper
car sinon
elle risquerait
de partir à cloche-pied.
Et jamais, jamais, plus jamais,
nous ne pourrions la retrouver !

Frédéric et Christine


 Il broie du noir

Paul Gauguin : autoportrait au chevalet

Un tableau, un chevalet noir, Terre d’ombre
Un peintre triste sur un tabouret délabré
Des pinceaux gris dans un flacon d’encre moiré…
Mais soudain un orage éclate en l’artiste
Et l’âme brisée, il broie le noir, peinture du malheur
Et sur la toile déchirée, sur la toile lacérée
Il trace…
               Le visage de son amour en deuil.

                                                              Isabelle

 La nuit tombe

Van Gogh : nuit étoilée sur le Rhône 1888
                       
La nuit tombe
La nuit tombe, boum!
Est-ce qu’elle s’est fait mal?
Le jour se lève
A-t-il bien dormi?
Le soleil se couche
Bonne nuit !

Eric et Claude

Je compte les moutons

Frits Standaert : court métrage Compte les moutons

Je compte mes moutons
Dans toute ma maison
Je les vois galoper
Dans les champs et les prés.

                    Philippe et Frédéric

De quelques expression prises au pied de la lettre

Marc Chagall : le coq rouge


Celui qui voulait être le coq du village se retrouva coq au vin.

Pourquoi ne dit-on pas à celui qui veut être le coq du village d’aller se faire cuire un oeuf?

Si vous avez l’estomac dans les talons et les yeux plus gros que le ventre,
Comment voulez-vous être dans votre assiette?

Un soir ma mère dévora un livre. Quelle idée !
Il fallut la conduire à l’hôpital pour lui extraire les pages d’écriture.
Vous parlez d’une aventure !

7 commentaires:

  1. on aurait envie de retourner à l'école

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu les regretterais bien vite! Tu te rends compte, des devoirs à faire chaque soir.

      Supprimer
  2. Nostalgie? Les Chagall s'accordent bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, aucune nostalgie mais en rangeant la maison lozérienne j'ai trouvé ces poésies et ma foi ils étaient bons mes petits élèves, non?

      Supprimer
  3. Oui, ils étaient bons et drôles pour certains. C'est bien trouvé :-)

    RépondreSupprimer
  4. C'est mignon comme tout! Ils ont du talent tes élèves :-*
    "L’expression est prise au sens propre?
    Alors, elle s’est bien débarbouillée !" - J'ADORE!
    Bisous

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.