jeudi 20 octobre 2016

Henri Troyat : Biographie de Juliette Drouet (1806-1883)

Juliette Drouet lithographie de 1833

La biographie de Juliette Drouet de Henri Troyat est intéressante à bien des égards non seulement parce qu’elle nous conte les amours de Juliette et de Victor Hugo, liaison qui a duré cinquante ans, en nous faisant entrer dans l’intimité de Victor Hugo mais aussi parce que ce récit est ancré dans l’histoire du XIX et dans l'oeuvre et la vie du grand poète.
Juliette Drouet ou Julienne-Joséphine Gauvain de son vrai nom, comédienne, est, en effet, très impliquée dans l’oeuvre de Victor Hugo. Si elle joue le rôle de la princesse Négroni dans Lucrèce Borgia et échoue dans celui de Jane dans Marie Tudor, il y a d’autres pièces de Hugo comme celle de Marion Delorme dont elle apprend le rôle principal dans le vain espoir de se le voir confier. Quant aux recueils de poèmes d’Hugo, Les contemplations, les Orientales, la légende des siècles,  et ses romans, Les misérables, Les travailleurs de la mer, L’homme qui rit et tant d’autres, elle passe la plus grande partie de sa vie à les copier pour lui et elle les connaît parfois par coeur. Impliquée aussi par les travaux d’écriture qu’elle exécute à la demande de son amant pour apporter des témoignages de sa vie au couvent ou des émeutes dans les rues pendant la révolution qui nourrissent ses romans. D'autre part, il n’est pas rare que Hugo fasse allusion à elle d’une manière détournée dans ses romans ou qu’il lui dédie des poésies.

Victor Hugo, Jeanne et George

De plus, elle fait partie de sa vie à tous les instants. C’est elle qui le sauve en organisant son exil vers Jersey quand il est en passe d’être arrêté après le coup d’état de Napoléon le Petit. A travers Juliette, nous suivons Hugo dans tous les grands moments de sa vie privée ou publique, son implication dans la République en tant que député, sa lutte pour obtenir l’amnistie des communards, son exil orgueilleux, la mort de Léopoldine, la maladie mentale d’Adèle, l'amour pour ses petits-enfants. Nous le voyons aussi dans ses contradictions, ses bassesses, briguant avec acharnement, malgré l’avis de Juliette, un siège à l’Académie française, et plus tard à la pairie, avide d’honneurs et de reconnaissance, persuadé de son génie, image d’Epinal de lui-même que lui renvoie sa maîtresse avec ardeur et sincérité.

Grand écrivain, oui, mais comme grand amour de toute une vie, on rêverait mieux; car le grand homme -même s’il a l’air d’être un amant hors pair, enfin, quand il daigne s’occuper d’elle- , n’est pas un cadeau ! Elle passe son temps à l’attendre, enfermée, avec interdiction de sortir même pour prendre l’air, pendant qu’il court les honneurs ou d’autres maîtresses car il est affamé de chair fraîche ou pendant qu’il s’occupe de sa famille - ou, bien sûr, pendant qu’il écrit car c’est un travailleur acharné et l’écriture lui tient lieu de vie- . Quand il l’autorise enfin à sortir seule, elle s’interroge et s’angoisse :
Il est impossible d’être plus triste quand je marche seule dans les rues . Depuis douze ans, cela ne m’était jamais arrivé. Aussi je me demande ce que cela veut dire. Est-ce de la confiance? Est-ce de l’indifférence?(…)  dans tous les cas mon coeur n’est pas satisfait. (1845)

Pour Hugo, Juliette ayant eu des amants avant lui devait se réhabiliter en tant que femme et retrouver sa pureté. Mais elle n’avait pas le droit, non plus, en tant que maîtresse donc femme déchue de se montrer en public avec lui, de l’accompagner dans une visite officielle. Il fallait ménager la susceptibilité de l’épouse légitime Adèle.  Quelques échappées de temps en temps, des voyages et pour le reste l’attente. Elle le suit partout, déménageant dans des maisons pas trop éloignées de la sienne à Paris, en Belgique, à Jersey, à Guernesey. Elle vit dans son ombre toute sa vie, supportant très mal d’être trompée, torturée par la solitude, par l’abstinence car il ne vient plus la voir,
« Mais baise-moi donc, mais baise-moi donc ! J’ai faim et soif de tes caresses. J’ai le coeur brûlant et les lèvres ardentes. » (1836)

par la jalousie, la colère, le fustigeant dans des lettres vindicatives :
« J’ai eu la stupidité de me laisser mener comme un chien de basse-cour : de la soupe, une niche, une chaîne, voilà mon lot. Il y a cependant des chiens que l’on mène avec soi; mais moi, je n’ai pas ce bonheur; ma chaîne est trop fortement rivée pour que vous ayez l’intention de la détacher. »
mais toujours amoureuse, admirative, toujours repentante et finalement soumise.
Mon Victor, mon Victor, je t’aime, tu verras comme je serai raisonnable et comme je me prêterai à toutes les exigences de ton travail et à tous les ménagements que nécessite ta position d’homme politique. je suis toute prête, mon Victor, dispose de moi comme tu l’entendras : heureuse ou malheureuse, je te bénirai. » (1851)

Il faut dire qu’il l’entretenait et qu’elle était donc entièrement à sa merci même si elle a toujours voulu remonter sur scène pour gagner sa vie. Ce n’était pas une femme vénale. Mais en vain !  Hugo ne la jugeait pas assez bonne interprète pour jouer dans l’une de ses pièces et il ne lui a pas apporté son aide pour qu’elle continue son métier car il la voulait sous sa coupe, pendant qu’il courait après des jeunettes ! Mais cela aurait pu être pire ! Il aurait pu lorsqu’elle vieillit, qu’elle perd sa beauté, qu’il n’a plus aucune relation sexuelle avec elle, la jeter à la rue sans plus se soucier de son entretien. Ce qu’il n’a jamais fait! Car il s’agit malgré tout d’une vraie histoire d’amour et Juliette a été, malgré le monstrueux égoïsme de l’écrivain, son véritable amour, elle a exercé sur lui une grande influence et il ne l’a jamais reniée.

Juliette Drouet un peu avant sa mort en 1883


Ce livre nous renseigne donc aussi sur la condition de la femme et sur la scandaleuse différence de statut entre l’homme du XIX siècle qui a tous les droits et la femme qui, c’est tout simple, n’en a aucun! Il aura fallu pour changer les mentalités plus d’un siècle et demi et maintenant que, au XXI siècle, nous arrivons sinon à l’égalité du moins à une libération, voilà que cela recommence et que certains remettraient volontiers en cause le statut actuel de la femme ! Mais ceci est une autre histoire, me direz-vous? Peut-être ! Mais c’est pour expliquer quand nous lisons l’histoire de Juliette Drouet de son amant combien tout être est profondément imprégné par la mentalité de son temps. Et même un « grand homme » n’y échappe pas ! Victor Hugo dominant et égoïste, Juliette admirative et soumise, c’est un schéma qu’ils n’auront pas été les seuls à entretenir.



14 commentaires:

  1. j'ai lu sa correspondance avec VH mais pas de biographie et celle de Troyat sont le plus souvent réussies

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, elle est très agréable à lire et il ne ménage l'image de Victor Hugo.

      Supprimer
  2. Bonjour Claudialucia, je viens de publier mon billet pour cette lecture commune. Il est ici : http://bruitdespages.blogspot.fr/2016/10/lecture-commune-juliette-drouet-par.html
    J'ai lu ton billet avec intérêt et je vois que la soumission de "Juju" t'a amenée à réagir aussi... Une lecture passionnante, et un excellent témoignage sur la vie des femmes au XIXe en effet.
    Merci encore pour cet envoi (tu vas voir qu'en bas de mon billet, il y a un mot sur le problème du plagiat concernant ce livre).
    Bonne fin de journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plagiat m'a vraiment étonnée surtout de la part de Troyat.

      Supprimer
  3. Même en se replaçant dans l'époque, ça énerve ce genre d'histoire ! Le grand Victor, il pouvait être petit .. petit .. et tyrannique. Ecrite par Troyat, c'est une biographie qui doit être agréable à lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, agréable à lire. Quant aux mentalités des hommes et des femmes, il n'y a pas si longtemps qu'elles ont commencé à changer et encore pas tant que cela si j'en juge par certains exemples autour de moi.

      Supprimer
  4. Quel personnage fascinant et quelle belle histoire d'amour et d'influences !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, malgré tout c'est une histoire d'amour et cette femme qui a été si soumise a fini par jouer un grand rôle dans la vie de Hugo et même de son oeuvre.

      Supprimer
  5. Ton billet est une nouvelle fois excellent. Je n'ai pas eu le temps de le lire, mais je l'ai noté, car j'ai bien l'intention de le faire plus tard. En plus, je garde un excellent souvenir des mes (anciennes) lectures de Henri Troyat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Mes anciennes lectures de Troyat me laissent aussi un souvenir agréable. C'était un auteur très lu quand j'étais jeune.

      Supprimer
  6. Je n'ai pas lu ceette bio mais celle de Pouchain. J'ai été choquée par cette vie mais en même temps, elle a échappé peut-être à un destin encore plus sombre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas celle de Pouchain. Tu as raison, elle n'aurait peut-être pas pu vivre de la scène et serait tombée dans la misère.

      Supprimer
  7. J'aurais aimé pouvoir vous dire combien Henri Troyat a compté dans mon existence au point d'avoir fêté son entrée sous la Coupole en 1959. Mes messages n'ont pas abouti. Avec une aide j'essaie de voir comment procéder pour rejoindre votre blog et vous dire tout le bien que je pense de vos analyses. Merci
    Jeanne

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.