lundi 29 mars 2021

Tatiana Tibuleac : Le jardin de verre

 

Empilées dans des casiers de fil de fer jusqu’au toit, lorsque la lumière les atteignait, les bouteilles se mettaient à vivre. Leurs couleurs simples se mêlaient et il en naissait d’autres, inattendues.
Un rang couleur cerise, un rang blanc : rose.
Un rang couleur brique, un rang marron : couleur miel.
Un rang vert, un rang blanc : couleur turquoise.
Les blanches seules : couleur argent.
Mon jardin de verre.

Le jardin de verre, c’est le titre du roman de Tatiana Tibuleac, écrivaine moldave.
Ce sont les rayons du soleil jouant avec les verres des bouteilles qu’elle a ramassées et lavées qui transportent la fillette, par la magie de la lumière et du verre, dans un monde coloré, loin de son univers habituel. C’est ce qu’elle appelle son jardin de verre et celui-ci apporte dans la grisaille de sa vie un peu de couleurs. Pas étonnant que, la jeune fille, plus âgée, risque un jour sa vie pour ramasser un kaléidoscope tombé dans la rue, au milieu de la circulation.


Le roman se situe à Chisinau, capitale de la Moldavie soviétique, et court sur une dizaine d’années. On y voit le bouleversement (qui divise les habitants) apporté par Gorbachev à partir de 1985, la déclaration de l’indépendance moldave en 1991 et la narration se poursuit environ jusqu’en 1995.
Le récit est vu par une enfant mais la voix de l’adulte qu’elle est devenue intervient aussi. Se mêlent alors le présent et le passé, sans aucun ordre chronologique, qui nous font entrer peu à peu dans la vie du personnage.  
 Lastochka, surnom que lui a donné sa mère adoptive (hirondelle en russe) n’est pas née sous une bonne étoile. Elle a été adoptée ou plutôt « achetée » à l’orphelinat de Chisinau, capitale de la Moldavie, par Tamara Pavlovna, une vieille dame russe qui exerce le métier de « ramasseuse de bouteilles ». Cette adoption n’est pas une marque d’amour. Tamara veut une aide pour collecter les bouteilles afin de gagner plus d’argent. Son bonheur, c’est compter ses sous, non pour les dépenser, mais pour être riche. La fillette de sept ans travaille comme une adulte, de longues journées. Elle apprend le russe qui est la langue de Tamara et reçoit des coups si elle commet des erreurs. Plus tard quand elle est scolarisée, elle préfère suivre les cours à l'école moldave plutôt que russe. Elle apprend à se méfier des hommes, prédateurs sexuels, et peu à peu, par bribes, tout ce qu’elle a eu à subir depuis son enfance nous est révélé. Nous partageons avec elle le quotidien des classes populaires, moldaves, russes, roumains, qui vivent dans des logements organisés autour d’une cour, lieu de rencontres, de jeux, de disputes ou vivent la fillette et sa mère adoptive.

J’ai beaucoup appris dans ce roman sur la Moldavie et j’ai eu même des surprises tant mon ignorance est grande. Je ne savais pas que la langue moldave était la même que la langue roumaine. Mais dans la période russe, la Moldavie soviétique a été contrainte d’employer l’alphabet cyrillique russe, puis après l’indépendance, les moldaves ont choisi de revenir à l’alphabet latin. D’où les difficultés de Lastochka pour apprendre sa langue maternelle.
La grande Histoire n’est pourtant pas le sujet du roman. Ce qui intéresse l’écrivaine c’est la petite histoire, au niveau des gens. Et en cela, le roman est réussi. Les portraits qu’elle brosse sont complexes : Tamara, par exemple n’est pas entièrement mauvaise d’où les sentiments ambivalents de rejet, d’amour et de pitié que peut éprouver Lastochka pour elle. Mais cette dernière est aussi très dure, cruelle, pleine de haine, façonnée par une enfance sans amour. Parfois, pourtant, le regard et les relations qu’elle noue avec les habitants de la cour qui sont des personnages riches, parfois émouvants, avec leurs faiblesses mais aussi leur générosité,  lui redonnent son humanité.
Un roman bien écrit, dense et intéressant.

 Tatiana Tibuleac


Tatiana Ţîbuleac est un véritable phénomène littéraire. Née à Chisinau en République de Moldavie, elle était une journaliste reconnue dans l’audiovisuel. Elle décide de mettre fin à sa carrière pour s’installer en France. Dans cet anonymat qui est « le plus beau cadeau pour l’écriture », selon ses dires. Paru fin 2016 en roumain, L’Été où maman a eu les yeux verts a été traduit dans plusieurs langues et a reçu de nombreux prix dont le prix de la revue Observateur culturel pour la prose et Observateur des lycéens à Bucarest, ainsi que le prix des libraires en Espagne.

Son deuxième roman, Le Jardin de verre (2020) a reçu le prix de littérature de l’Union européenne en 2019 et est en cours de traduction dans plusieurs pays. (Editions des Syrtes)

 


6 commentaires:

  1. Je le note pour 2022 peut être? Peut être pourra-t-on voyager? Aller au ciné ? Au théâtre ? Tu devines peut-être que je m impatiente

    RépondreSupprimer
  2. C'est avec ce titre que j'ai entamé le Mois de l'est 2021, et comme toi, je l'ai trouvé à la fois instructif et fort. J'aime beaucoup l'écriture de l'auteure, je la trouve singulière et intense. "L'été où maman a eu les yeux verts", lu en 2020, m'avait bouleversée.

    RépondreSupprimer
  3. Déjà vu sur les blogs! Figure to i que j'ai passé une journée en Moldavie (et des voisins une semaine!) , oui c'est à connaître!

    RépondreSupprimer
  4. "Le jardin de verre" frappe l'imagination. Je vois bien à quoi se refère "verre" mais pourquoi "jardin" ?
    "Le dictionnaire historique de la langue française nous apprend que les mots Paradis et Jardin ont la même origine: le mot Persan "pardez" qui signifiait enclos et par extension jardin clos.
    Iran, Perse mythique où l’eau est si précieuse."
    Citation trouvée dans un livre sur les jardins du Val d’Oise. Mais l'origine de ce mot est bien connue. Et les jardins des cloitres sont des représentations du paradis terrestre
    Il y a de l'ambivalence en chacun, du noir et du blanc, la vie est faite de nuances de gris. Cette ambivalence on la retrouve chez Miyazaki : le bébé du Voyage de Chihiro, la sorcière Zeniba. Et le blanc peut transformer le noir : la sorcière des Landes du château ambulant...

    RépondreSupprimer
  5. J'ai vraiment beaucoup aimé "L'été où maman a eu les yeux verts" ce roman dur et si attachant à la fois, alors je vais me précipiter sur celui-ci, merci!

    RépondreSupprimer
  6. J'ai vu le billet d'Ingannmic et j'ai noté ce roman ; tout comme le précédent qui m'avait complètement échappé "l'été où maman a eu les yeux vers". Je ne pense pas avoir lu sur la Moldavie jusqu'à présent.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.