dimanche 11 décembre 2011

Emily Brontë : Les moors




 Dans les Hauts de Hurlevent d'Emily Brontë (Ici), le paysage reflet des âmes des personnages, joue un rôle à part entière. Nous somme dans le Yorkshire et Catherine et Heathcliff courent en toute liberté dans les moors, ces landes de bruyère et d'ajoncs, sauvages, déserts, où Emily  aimait tant à se promener. Charlotte nous l'apprend :
 Ma soeur Emily aimait les moors. Des fleurs plus éclatantes que la rose s’épanouissaient pour elle au plus noir de la lande ; d’un creux morne sur le versant d’une colline son esprit savait faire un Éden. Elle trouvait dans la solitude toutes sortes de délices dont le plus cher était sa liberté.

Dans son cahier de poésies, Emily Brontë chante la beauté mélancolique de ces moors.

Les moors, les moors où l’herbe rare
Étend son velours sous nos pas ;
Les moors, les moors où le ciel clair
Dessine au loin la haute passe ;
Les moors, où le tarin égrène
Son trille sur le granit nu,
Où l’alouette délirante
Exalte nos coeurs de son chant !
Quelle langue dira le trouble
Qui naquit en moi quand, au loin,
Au front d’une lande étrangère
Je vis une bruyère pâle ?
Elle était maigre, et sans couleur,
Elle murmura d’une voix faible :
« La prison et l’exil me tuent,
J’ai fleuri mon dernier été. »

                                                      Traduction Daniel Rops source : Emily Bronte, poésie et solitude 

 Dimanche poétique avec Bookworm

 Le tarin


10 commentaires:

  1. superbe...c'est donc parce-qu'elle les aimait tant qu'elle en parle si bien ! Les moors sont vraiment un personnage du livre !!! (et du film, il faut le reconnaitre, mais est-ce les VRAIS moors ?!!)biz

    RépondreSupprimer
  2. Les moors sont vraiment un personnage à la mesure des deux jeunes héros libres, rebelles, sauvages mais aussi rudes et âpres. Quant à savoir si les moors de Wyler sont ceux du Yorkshire, rien n'est moins sûr! Pour Wens, c'est tourné à Hollywood et dans des décors.

    RépondreSupprimer
  3. c'est bien Wens, ça, mais je l'ai démasqué : il fait semblant de ne PAS être romantique. (en tuant les rennes, bon ça c'est moins bien...) bon courage, Claudialucia, et attention à toi (en cas de pb la nuit, appelle Aifelle !)

    RépondreSupprimer
  4. Je vois que toi aussi tu as été profondément offensée que Wens ait tué le renne de Noël. Les autres victimes.. ça va! mais le renne, non! non! non!
    Quant à son romantisme, il dit que les Hauts de Hurlevent sont à la limite de ce qu'il peut supporter mais.. Il fait le challenge romantique (pour me faire plaisir paraît-il!) mais va voir tous les poèmes romantiques qu'il a publiés même avant le challenge!!

    Aifelle? Tu crois qu'elle est toutes les nuits de service ou seulement la nuit du vendredi au samedi pour faire enrager les copines?

    RépondreSupprimer
  5. J'aime bien cette ambiance qu'elle savait distiller même si je me souviens avoir eu peur lors de ma première lecture de ce livre ! Aussi peur que quand je vois Wens tuer un renne ! Alors là je me dis, où va-t-on ? :)

    RépondreSupprimer
  6. Ah ! Comme j'aimerais marcher dans ces moors, la tête pleine des mots d'Emily...

    RépondreSupprimer
  7. Je ne savais pas qu'elle écrivait des poèmes! Merci ! J'avais visité la maison des sœurs où il se dégage une certaine ambiance de landes isolées ... romantique à souhait!

    RépondreSupprimer
  8. @ Asphodèle : selon l'âge que tu as quand tu lis ce livre, tu peux être épouvantée!
    Wens se demande si tu ferais autant l'effarouchée, s'il t'offrait un cuissot de renne ?

    RépondreSupprimer
  9. @ K'gire : romantique enfant! Moi je veux bien marcher dans les moors mais quand il fera plus chaud!

    RépondreSupprimer
  10. @ l'ogresse : Oh! visiter la maison des Brontë! Quelle chance!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.