lundi 13 février 2012

Metin Arditi : Le Turquetto

Le Titien : L'homme au gant musée du Louvre

Il existe, nous dit Metin Arditi, avant de commencer cette brillante biographie, une oeuvre du Titien exposée au Louvre : L'homme au gant. Elle est signé Ticianus mais des analyses récentes semblent prouver que le Titien n'en est pas vraiment l'auteur. Serions-nous en face d'un tableau du Turquetto,  élève du Titien, un des peintres les plus brillants de son siècle?
Le Turquetto de Metin Arditi nous fait voyager dans l'espace, de Constantinople à Venise, et dans le temps pendant la Renaissance au début du XVI ème siècle. Nous suivons les aventures d'un jeune garçon, Elie Soriano d'origine juive qui vit à Constantinople. Son père et Arsinée qui lui tient lieu de mère sont tous deux des vendeurs d'esclaves. Passionné par le dessin, Elie sait que sa religion lui interdit la représentation figurative. Aussi à la mort de son père, il s'enfuit et gagne Venise où il se fait passer pour chrétien. Ses talents exceptionnels lui permettent d'entrer dans l'atelier du Titien et bien vite d'égaler son maître voire de le surpasser. Elie surnommé le Turquetto devient le peintre le plus couru de Venise et réalise de magnifiques tableaux pleins de sensibilité. Hélas! toutes ces oeuvres seraient promises au bûcher et lui-même condamné à mort si l'on découvrait qu'il est juif!
Le Turquetto se lit d'abord comme un livre d'aventures, un roman picaresque, enlevée, vivant, qui nous promène dans le bazar de Constantinople au milieu de personnages hauts en couleurs puis dans la richissime Venise, toute revêtue d'or où  règnent la corruption, l'envie, la cupidité, la misère et l'intolérance. Les courtisans sont vaniteux et cruels, les juifs sont enfermés dans le ghetto et ne peuvent en sortir le jour qu'affublés d'un béret jaune, les bûchers de l'inquisition sont toujours prêts à s'allumer pour traquer l'hérétique ou pour brûler les oeuvres d'art. Nous apprenons beaucoup sur cette période sans que l'érudition de l'auteur ne vienne alourdir le récit ou le freiner. Metin Arditti nous fait partager ses connaissances de l'art de la Renaissance. Il nous en fait découvrir les aspects techniques mais en parle aussi avec sensibilité. Un artiste est d'abord quelqu'un qui sait regarder, don que possède le Turquetto  qui allie , dans sa peinture, la spiritualité  à la sensualité. C'est donc avec un vif plaisir que l'on suit l'histoire de cette existence parfois triste et douloureuse, consacrée à l'art. 
 Comme presque tous les dessins d'Elie, celui-ci serait "pour la pile". Elie s'asseyait en tailleur, fermait les yeux, cachait son visage de ses mains et, tout à l'intérieur de lui-même, s'imaginait en train de dessiner. Une mine de plomb à la main, il traçait un premier trait, par exemple un ovale de visage ou une ligne d'épaule, puis un deuxième, comme s'il dessinait vraiment, et ainsi de suite jusqu'à ce que le dessin soit en place. Il le regardait alors avec intensité, ajoutait ici une ombre, là un dégradé, fronçait un regard, marquait une tension sur un muscle, exactement comme si tout ce qu'il faisait était réel. Après quoi il regardait le dessin en y mettant toutes ses forces, s'en imprégnait jusqu'au plus infime détail, et le déposait sur le haut d'une pile, imaginaire elle aussi, dans un coin précis de la pièce minuscule qu'il partageait avec son père.
Le plus étrange, lorsqu'il dessinait pour la pile, touchait à la violence des émotions qui le traversaient. Dans de tels instants, un sentiment de suprématie le portait tout entier. Rien ne lui semblait impossible. Il travaillait à la plume, au pinceau, ou à la mine d'argent, utilisait mille couleurs, donnait des effets d'ombre ou de clair-obscur, en un mot, il dessinait selon son bon vouloir. Il était, enfin, maître de sa vie.
 Elie est un personnage intéressant qui tire la leçon de ce qu'il a vécu. Il prend conscience qu'il a toujours été guidé par la vanité, qu'il a trahi tous ceux qui l'aimaient pour sa satisfaction personnelle. Ainsi, il s'est servi de sa peinture pour satisfaire ses désirs, son orgueil, au lieu de s'effacer derrière son art. Enfant, Elie méprisait son père, brisé par la misère, courbé par la maladie et les malheurs, sans énergie pour lutter. Ce n'est qu'à la fin du récit qu'il pourra l'accepter et le peindre : Il l'avait représenté en pauvre bougre, tel qu'il était. La vieillesse apporte à Elie la sagesse et la reconnaissance des véritables valeurs. 
Un roman très agréable donc, qui se lit avec beaucoup de plaisir. Pour les curieux j'ajouterai que, malgré les apparences, le personnage est fictif! Ce peintre n'a pas existé!
Le roman est souvent comparé à celui de Mathias Enard : Parle leur de batailles, de rois et d'éléphants  mais je préfère nettement celui-ci;

LIVRE VOYAGEUR :  inscrivez-vous!

Metin Arditi : écrivain suisse d'origine turque.

Voir l'article de Hélène Lecturissimo




25 commentaires:

  1. Un plaisir ton billet. Depuis le temps que ce joli livre me tente, c'est le coup de grâce ! -)
    ( et puis, cette phrase finale... " Parle leur de batailles, de rois et d'éléphants " a été un grand coup de coeur )

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait le roman que j'aime...Reste à le trouver en bibli!

    RépondreSupprimer
  3. Je le lirai à mon retour, j'espère qu'il sera à la bibliothèque et qu'il ne me décevra pas comme Parle leur de batailles....

    RépondreSupprimer
  4. C'est étrange mais plus j'y pense plus je garde un souvenir puissant de ce roman dans lequel on trouve de nombreuses ramifications artistiques et philosophiques...

    RépondreSupprimer
  5. Je l'ai déjà noté ailleurs, tu confirmes donc la bonne impression des blogueuses. Je pense le trouver à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
  6. j'ai adoré ! (j'avais adoré aussi "parle leur de batailles...") ça m'a replongée dans les années d'études d'histoire de l'art, et je trouve que tu parles très bien du livre (j'en étais incapable sur le coup, je me lancerai peut être...)
    Aucune érudition "prise de tête", ça se dévore je trouve (anne des mots et des notes) en a bien parlé aussi. biz

    RépondreSupprimer
  7. @ Aymeline : J' lai mis en livre voyaguer !si tu le veux, inscris-toi!

    RépondreSupprimer
  8. @ emmyne : Il est vraiment agréable à lire. ET comme je l'ai dit à Aymeline, il est en livre voyageur.

    RépondreSupprimer
  9. @ miriam : A ton retour donc. Mais tu peux t'inscrire maintenant pour le livre voyageur!

    RépondreSupprimer
  10. @ Hélène: Je n'ai pas encore de recul mais c'est vrai qu'il y a toute une réflexion sur l'art et sur le sens à donner à sa vie. Le personnage trouve la paix intérieure quand il est pauvre et inconnu, ce que n'avaient pu lui apporter la célébrité et l'argent.

    RépondreSupprimer
  11. @ Aifelle ; je pense qu'il pourra te plaire ; si tu ne le trouves pas, n'hésite pas à t'inscrire pour le livre voyageur..

    RépondreSupprimer
  12. @ Jeneen : c'est vrai aucune prise de tête et pourtant le roman nous apprend beaucoup.

    RépondreSupprimer
  13. C'est vraiment un livre qui devrait me plaire... l'auteur m'a déjà procuré de belles lectures.

    RépondreSupprimer
  14. Je l'ai relevé effectivement et même plusieurs fois, ton plaisir confirme, je ferai un de ces jours un thème sur la peinture et je pense que ce roman en fera partie

    RépondreSupprimer
  15. Merci de ta proposition ( mais finalement, réservé hier à la biblio -)

    RépondreSupprimer
  16. @ kathel: je pense que tu aimeras, le livre en vaut la peine.

    RépondreSupprimer
  17. @ dominique : un thème sur la peinture, je viendrai te lire avec plaisir (comme toujours!)

    RépondreSupprimer
  18. @ Kathel et à toutes et tous :
    Notez que le livre est voyageur.

    RépondreSupprimer
  19. On m'avait déjà signalé ce livre lorsque je cherchais un roman pour ma classe qui est un peu l'équivalent d'une classe de teminale. Croyez-vous que c'est un ouvrage qui pourrait plaire à des jeunes de dix-huit ans? Je le note en tout cas et vais sûrement le lire pour moi-même...

    RépondreSupprimer
  20. @ Marie-Josée : Il me semble qu'il peut plaire ; il est facile à lire et agréable au niveau de l'histoire. Il peut introduire à la connaissance de l'art de la Renaissance Italienne (et du Titien) et de la vie à Venise à cette époque et à Constantinople, il aborde le thème de l'art et de la sagesse d'une manière philosophique mais en restant à la portée de jeunes élèves. Disons si l'on veut sortir des classiques, il est intéressant.

    RépondreSupprimer
  21. J'ai moi aussi beaucoup aimé ce roman, que j'ai comparé comme beaucoup à Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants comme beaucoup, avant de réussir à m'en détacher (mes deux lectures étaient assez rapprochées, ou du moins le Mathias Enard l'avait laissé un souvenir marquant) En y repensant avec un peu de recul, je ne sais pas dire lequel j'ai préféré, tous deux sont des "presque coups de cœur", mais je les vois comme assez différents.
    Tu parles merveilleusement bien de ce livre et me replonge dans mes souvenirs de lecture.

    RépondreSupprimer
  22. @ Minou :Oui, le Turquetto est un agréable moment de lecture qui nous fait partir bien loin dans le temps. Là encore l'auteur parle bien de la peinture et fait revivre le passé.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.