vendredi 2 novembre 2012

Hommage à Goya : L'enterrement de la Sardine


Francisco Goya : L'enterrement de la Sardine

Hommage à Goya

A l'enterrement de la Sardine
je ne veux pas aller maman
on met en terre Carnaval
On y embaume la Sardine
et la foule en ribambelle
Défile en fol cheminement
Dans un attelage funeste
Une cérémonie grotesque
Sous un ciel de larme et de deuil.

A l'enterrement de la Sardine

Je ne veux pas aller maman
Roses rose et ancolies frêles

Costumes blancs, sourire aux lèvres
Petites poupées manifestent
Marionnettes aux têtes creuses
Les bras levés, la jambe leste
Derrière elles, la Mort ricane
Dans une atmosphère de fête
costumes noirs, masques funèbres
La mort ricane, elle a placé
des fleurs
Dans les trous bleutés de son nez.

A l'enterrement de la Sardine
Je ne veux pas aller maman
Les acclamations admirables
S'élèvent jusqu'au Roi Momo
Au roi Momo sur sa bannière
Sa tête d'ogre carnassière
Picador qui crois-tu piquer?
Au roi Momo sur sa bannière
Qui nous dit, je veux te manger
Petits enfants, tremblez, tremblez!



L’origine de l’Enterrement de la Sardine remonte au milieu du XIXe siècle, lorsqu’un groupe d’étudiants de Madrid décidèrent de se réunir dans l’arrière-boutique de la Pharmacie de San Antón et de former un cortège funèbre présidé par une sardine, qui symbolise le jeûne et l’abstinence, en souhaitant revivre les festivités carnavalesques qui se célébraient à Madrid, le Mercredi des Cendres. Ce à quoi ils n’avaient sans doute pas songé était l’immense proportion et popularité qu’au fil du temps cette fête allait avoir. source


Les mots imposés dans l'atelier d'écriture d'Asphodèle :  funèbre – larme – ribambelle – cheminement – fleur – manifester – foule – costumes – rose (couleur ou fleur) – atmosphère – succession – carnaval – piquer – bleuté – attelage – embaumer – ancolie – cérémonie – tête – défiler – abattre – admirable – acclamation.

26 commentaires:

  1. j'adore! le tableau et le poème

    RépondreSupprimer
  2. Pfffiou ! Quelle verve ! Je suis encore toute émue !!! Et merci pour les explications de cette fête !!!^^ Tu as vraiment du talent, je me répète, je sais !

    RépondreSupprimer
  3. Bravo pour le poème et c'est sympa d'avoir revu L'enterrement de la sardine...

    RépondreSupprimer
  4. Très chouette Claudia.Je ne connaissais pas ce tableau ni cette tradition.A propos de sardines et de pêche aux moules Soène parle de moules et moi de poulpe.

    RépondreSupprimer
  5. Parfait sujet d'actualité, le jour des morts et la situation économique en Espagne. Malheureusement pour lui, j'ai bien peur que le peuple espagnol ne soit pas prêt d'enterrer la sardine de la récession (et d'ici à ce que les français aussi !...).
    Merci pour cette découverte qui ajoute à ma culture.
    Bravo pour le poème et le tableau, et surtout, bravo pour l'idée.

    RépondreSupprimer
  6. une comptine que j'adorais , j'ai chantonné tout le long du texte ;-)
    merci pour la découverte du tableau que je ne connaissais pas : une vraie liesse ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Bonne idée de t'être inspirée d'un tableau de Goya pour écrire cette comptine à la fois funèbre et rythmée.

    RépondreSupprimer
  8. Il ne manque que la musique à cette marche funèbre percutante pour carabins... J'aime beaucoup la façon dont tu as traité le sujet.

    RépondreSupprimer
  9. Claudia, j'avais l'air de la pêche aux moules en lisant ton billet... Nous n'avons pas les mêmes valeurs !!!
    Comment arrives-tu à écrire un poème sur un tel sujet ? C'est de l'Art !
    Moi aussi, je te remercie pour tes explications. Je ne connaissais ni le tableau ni l'histoire. Je ne suis pas fan de Goya... voilà pourquoi ! lol !
    Bises de Lyon

    RépondreSupprimer
  10. @ Asphodèle : merci et ma foi dans certains cas je n'ai rien contre les répétitions!

    RépondreSupprimer
  11. @ Kathel ; un tableau que j'aime bien!

    RépondreSupprimer
  12. @ Eeguab : c'est vrai on pêche dans les mêmes eaux!

    RépondreSupprimer
  13. @ Tilia : Tu as raison de mettre le tableau en relation avec l'actualité espagnole. C'est ce que faisait déjà Goya, en peignant cette fête au moment où les armées de Napoléon furent chassées du pays. Le peuple exprime sa joie d'être libre, mais la mort est là et les atrocités commises par les armées françaises ne sont pas prêtes d'être oubliées!

    RépondreSupprimer
  14. @ Valentyne : ce doit être la sardine qui a entraîné la pêche aux moules! mais sous la liesse, la menace!

    RépondreSupprimer
  15. moncafédelecture : merci! Dès que j'ai vu cortège et les premiers mots imposés, j'ai pensé au tableau de Goya.

    RépondreSupprimer
  16. @ Célestine : Merci! Je ne sais pas si la musique manque mais le bruit certainement. Pour moi c'est un tableau bruyant qu'a peint Goya!

    RépondreSupprimer
  17. @ Soène : Et ça marche avec l'air de la pêche au moule!!

    RépondreSupprimer
  18. J' ai toujours trouvé ce tableau violent. Ton beau (tombeau ...Wouarf !!) texte l' adoucit.

    RépondreSupprimer
  19. superbe ! texte et tableau !
    avec le sourire

    RépondreSupprimer
  20. @ Pierrot : oui, c'est un tableau violent d'autant plus que le thème de la fête et celui de la mort reste étroitement lié.

    RépondreSupprimer
  21. joli poème pour un tableau si triste, belle inspiration dis donc, bravo

    RépondreSupprimer
  22. Magnifique poème en comptine, frais et dynamique. :D Tu nous ensorcelles de tes superbes jeux de mots. :D

    RépondreSupprimer
  23. @ pathcath : ce tableau représente pourtant la gaîté mais inséparable de la mort!Ce contraste est fascinant!

    RépondreSupprimer
  24. merci cériat, au prochain jeu d'écriture!

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.