jeudi 5 décembre 2013

Wallace Stevens Bonhomme de neige

Pekka Hanolen


Grâce  à Laura Kasischke j'ai découvert Wallace Stevens dont un vers Il faut posséder un esprit d'hiver,  extrait de Bonhomme de neige, donne son titre au roman : Esprit d'hiver.
Dans ce récit, le personnage principal, Holly, qui a toute sa vie souhaité écrire des poésies mais sans pouvoir y parvenir, en panne d'inspiration,  regarde la neige tomber par la fenêtre. Elle se souvient de ce que son mari lui disait sur ce poète : 

Wallace Stevens.
Wallace Stevens était le poète agent d'assurances dont Eric essayait de se rappeler le nom chaque fois qu'il reprochait à Holly son blocage en écriture, insistant sur le fait que ce n'était ni la maternité, ni son boulot dans le monde américain de l'entreprise qui la bloquaient . (" Regarde ce poète, tu sais ce type dans les assurances...")

Pekka Hanolen : Hiver

Bonhomme de neige

 
Il faut posséder un esprit d’hiver

Pour regarder le gel et les branches

Des pins sous leur croûte de neige ;



 Avoir eu froid pendant longtemps

 Pour contempler les genévriers hérissés de glace,

Les épicéas, bruts dans l’éclat lointain



Du soleil de janvier ; et ne pas imaginer

 De détresse aucune dans le bruit du vent,

 Le bruit d’une poignée de feuilles,



Qui est le bruit de l’étendue

Emplie du même vent

 Soufflant dans le même lieu nu



Pour qui écoute, écoute dans la neige,

Et, n’étant rien lui-même, ne contemple

Rien qui ne soit là et le rien qui est.

 
Gustav Fjaestad

The Snow Man


One must have a mind of winter

To regard the frost and the boughs

Of the pine-trees crusted with snow;



And have been cold a long time
 To behold the junipers shagged with ice,

The spruces rough in the distant glitter



Of the January sun; and not to think

Of any misery in the sound of the wind,
 
In the sound of a few leaves,



Which is the sound of the land

Full of the same wind

That is blowing in the same bare place



For the listener, who listens in the snow,

And, nothing himself, beholds

Nothing that is not there and the nothing that is.




Victor Charreton


Editions Corti
 Harmonium  traduction de Claire Malroux



Avec ce poème je rejoins le groupe poésie du jeudi d'Asphodèle

Voir - pour les peintres scandinaves Pekka Hanolen et Gustav Fjaestad - qui illustrent ce poème  le beau billet de Nathanaelle

24 commentaires:

  1. Merci pour cette belle découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que j'ai découvert moi-m^me grâce à Laura Kasischke!

      Supprimer
  2. Très beaux ces vers .. et les peintures qui vont avec aussi ; c'est tout juste si je ne voudrais pas voir la neige tomber, là, tout de suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends! Que la neige est belle en poésie et en image!

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Moi aussi! Il y a une nostalgie dans ces vers!

      Supprimer
  4. Banco un poème magnifique, je connais Wallace Stevens de nom mais pas sa poésie et je sens que je vais m'y intéresser
    Quant aux peintures superbes c'est l'occasion de découvrir un blog chouette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu as vu le blog de Nathanaelle? C'est beau, n'est-ce pas?

      Supprimer
  5. Superbe, Claudia. J'entends crisser sous mes pas cet hiver littéraire et bilingue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un poème tout de sensations et de bruits... silencieux!

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Remercions Laura Kasischke. j'ai envie de ma lancer dans la lecture d'un recueil de ce poète maintenant.

      Supprimer
  7. Haaaa moi qui rêve de neige car j'ai aussi un "esprit d'hiver", je suis un caméléon qui aime toutes les saisons, eh bien là tu as fait fort !!! Magnifiques illustrations et comme quoi la poésie n'est pas réservée à une élite prédisposée ! Merci pour ce choix qui me fait découvrir un poète inconnu !!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, je suis sûre que si on lit de la poésie aux enfants, ils sont tout de suite capable de sentir, de comprendre. Pourquoi n'en serait-il pas de même pour les adultes? Pas question d'élite!

      Supprimer
  8. Je découvre avec bonheur, ce poème est juste magnifique, merci.

    RépondreSupprimer
  9. Réponses
    1. Il est là, on le sent dans ce poème, un vrai hiver pas comme l'hiver provençal!

      Supprimer
  10. Bonjour Claudia Lucia
    Je ne connaissais pas non plus
    C'est magnifique ....J'ai entendu le vent souffler ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour ce partage, je ne connaissais pas ce poète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est une belle découverte et la traduction est assez réussie.

      Supprimer
  12. Merveilleux poème... Merci pour ce moment enchanteur passé chez toi, quant aux oeuvres d'Halonen et Fjaestad, elles sont parmi mes préférées de ces deux artistes dont j'ai connu les oeuvres il y a bien longtemps lors d'une expo sur l'Art Nordique au Petit Palais :un enchantement, inoubliable ! Depuis je reste une inconditionnelle de ces artistes.
    (Tu peux trouver des billets sur leur oeuvre sur mon blog)
    Bises et doux week-end ClaudiaLucia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est d'ailleurs chez toi, dans ton joli blog, que je les ai redécouverts ; moi aussi j'ai vu cette exposition que j'avais adorée mais je ne me souvenais plus où c'était et le nom des artistes.

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.