vendredi 21 novembre 2014

Atelier Les plumes d'Asphodèle : Une Nuit sur le Mont Chauve, hommage à Modeste Moussorgsky


 Francisco Goya peintre romantique espagnol : le sabbat des sorcières
Francisco Goya : peintre romantique espagnol : Le sabbat des sorcières

Une nuit sur le Mont Chauve

 Hommage à Modeste Moussorgsky

 

Mont chauve, solitudes vaines
Passeur blanc des fêtes amères,
Vol de sorcières, sarabandes
Chats ténébreux, Esprit des morts
Démon lubrique, fesse ardente,
Orgiaques, déchaînées, brûlantes,
Bacchantes !

Chevalier, oiseau étoilé
Transfiguré par la lumière
Satan jette des trilles gaies
Il rit dans l'ombre… et attend
pour la cueillir tel un fruit mûr.
Voluptueuses insomnies
Voyages fous et épuisants,
Et l'ivresse, de son sommeil
de sa chanson, trouble la fête.
Insomnies, portes infernales!

Prologue de la vie qui passe,
Matin,
Promesse du soleil, tu viens
effaçant les cris du Mont Chauve
Et les sueurs de son front blême
Tu viens et  tu reviens, Matin,
Ecoutant les rires d'enfants.

Et de sa nuit, la jeune Vierge
Au silence des matins bleus
Aux sources vives du torrent
Recommencement incessant,
Et de sa nuit, la jeune Vierge
Efface l'orgie de ses rêves.

Dagnan-Bouveret : Marguerite au sabbat musée de Cognac
Dagan-Bouveret : Marguerite au sabbat


Sur le Thème de La NUIT les mots imposés dans l'atelier d'écriture Les plumes d'Asphodèle étaient cette fois-ci : Vol, chat, transfigurer, chauve, blanc, solitude, silence, matin, se ressourcer, ivresse, ténébreux, épuisant, insomnie, étoilé, fête, rêver, sommeil, voyage, chanson, fesse, recommencement, voluptueux, sarabande, passeur, prologue, pavillon.
J'ai laissé de côté deux mots de côté : pavillon et se ressourcer.

 Modeste Moussorsky

 
Modeste Moussorgsky musicien romantique russe, appartient au groupe des Cinq
Modeste Moussorgsky (1839-1881)
Modeste Moussorsky est un musicien romantique russe (1839-1881). Il étudie la musique de Beethoven avec Balakirev en 1856 et sous son influence décide de se consacrer à la musique.. Il décide alors de quitter son régiment car il était destiné à une carrière militaire. Il rejoint de 1866 à 1869 le groupe des Cinq composé de Borodine, de Rimski-Korsakov, de Balakirev et Cui avec lesquels il s'est lié d'amitié. Ils se fixent pour but de faire de la musique russe un art national en s'appuyant sur le répertoire musical populaire de leur pays. Pouchkine, le poère romantique russe avait ouvert la voie en écrivant ses oeuvres en langue russe (le français était alors la langue de la noblesse) et en puisant dans le folklore populaire. Une démarche commune à tous les artistes romantiques, en particulier les poètes et les musiciens allemands. La nuit sur le mont Chauve (1867), inspirée d'un récit de Gogol  La nuit de la Saint Jean, est une de ses compositions symphoniques les plus connues. La musique suit un programme établi : Voix souterraines, apparition des esprits des ténèbres puis de Chernobog (divinité des ténèbres dans la Russie païenne) – Adoration de Chernobog – Sabbat des sorcières – Sonnerie de la cloche du village et évanouissement des apparitions – Aube naissante.

La suite pianistique Les Tableaux de l'exposition (1874) est une autre oeuvre majeure. Mais Moussorgsky est aussi l'auteur d'un des plus grands opéras russes qui célèbre l'âme de la Russie à travers son Histoire : Boris Godounov (1868). Celui-ci  fut mal reçu par ses amis du groupe des Cinq; en revanche il enthousiasma Liszt.  Le musicien sombre  ensuite dans l'alcoolisme mais malgré sa déchéance physique, il écrit un cycle de chants très sombres : Chants et danses de la mort et entreprend un tournée en 1879 avec la contralto Daria Léonova, tournée qui lui redonne le goût de la musique. Il meurt à Saint Pétersbourg en 1881.

 Une Nuit sur le Mont Chauve interprétée par l'orchestre d'Aix-les-Bains

Les plumes d'Asphodèle : atelier d'écriture



26 commentaires:

  1. Chapeau!
    pour un chauve, il vaut mieux par ces temps frais non?

    RépondreSupprimer
  2. Quelle excellente idée, un doublet, un poème+un morceau de musique et en prime des explication, et j'ai oublié les illustrations! bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ET en plus un billet pour le challenge romantique! Pas bête la guêpe!

      Supprimer
  3. Shame on me : j'ai aussi oublié un s

    RépondreSupprimer
  4. Cauchemardesque et hallucinante Nuit sur le Mont Chauve dont je me prends à me réjouir de la fuite en ma discothèque.:). Matin rédempteur qui remet un peu la lumière. Très réussi Claudia.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien certaine que tu la retrouveras et que tu y retourneras!

      Supprimer
  5. Encore une fois, quel talent ! Je le copie dans mon cahier de poésies perso ! C'est sombre, pis que ça même mais sublime ! Je n'aime pas trop Moussorgsky (il est mort jeune dis donc) mais là tout s'enchaîne, s'emboîte et se complète de façon admirable ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très honorée aspho de figurer dans ton cahier de poésie!

      Supprimer
  6. Bel hommage à ce compositeur. Dans une autre vie, je jouais une de ses oeuvres au piano.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais bien aimé t'écouter! C'est une chose que je n'ai jamais su faire!

      Supprimer
  7. Quelle sarabande ! On dirait un film de Kubrick, un mélange de Barry Lyndon et de Eyes Wide Shut...c'est du grand toi.
    Bravo.

    RépondreSupprimer
  8. Un prénom pareil, ça vous pose un homme ! Un créateur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Modeste! Ou alors cela vous empêche de briller voire de vous affirmer?

      Supprimer
  9. Très beau texte, j'aime particulièrement la dernière strophe... Très belle et très imagée... Bises Claudia Lucia et bon week end

    RépondreSupprimer
  10. Merci L'or! Bon week end à toi aussi.

    RépondreSupprimer
  11. Entre Eeguab et toi c'est un festival !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!J'ai beaucoup aimé le texte d'Eeguab!

      Supprimer
  12. Quelle fougue dans ce poème aux images fantastiques et un peu effrayantes
    Bravo

    RépondreSupprimer
  13. Saisissant comme les mots sont en accord avec la musique, c'est très original ! Une fougue + les illustrations + la musique, complètement séduite.
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mot chauve a entraîné le reste, j'ai tout de suite pensé à Moussorgsky. Merci.

      Supprimer
  14. Et dire que ce "Gogol" existe vraiment !
    J'aime beaucoup l'interprétation musicale.
    Quant à ton texte, fabuleux, tout simplement.
    Bonne semaine et bises de Lyon

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.