lundi 25 janvier 2016

Marceline Loridan-Ivens et Judith Perrignon : Et tu n’es pas revenu




Et tu n’es pas revenu est le livre que Marceline Loridan-Ivens écrit pour son père avec le concours de Judith Perrignon.

Marceline et son père, Salomon, ont été arrêtés par les allemands en 1944 puis transportés vers L’Est : Birkenau pour elle, Auschwitz pour lui. Les deux camps sont voisins l’un de l’autre. Un jour, elle l’aperçoit dans un groupe qui se rend au travail. Elle court vers lui, l’embrasse. Un SS la roue de coups, elle s’évanouit mais a le temps de lui donner son numéro de baraquement. Il peut ainsi lui glisser dans la main, cadeau inestimable, cadeau de vie, un oignon et une tomate et, plus tard,  lui envoyer une lettre qu’il signe de son nom juif : Shloïme, ultime résistance d’un homme qui va mourir de privations et de sévices vécus dans cet enfer.
Avec Tu n’es n’es pas revenu, plus de soixante dix ans après, Marceline répond à son père et lui adresse une lettre témoignage : le quotidien d'un  camp de concentration, le travail dans les tranchées, la faim, le froid, le manque d’hygiène, les maladies, les coups, le pouvoir absolu des médecins comme Mengele sur la vie et la mort, les humiliations et surtout la violence partout, la fumée des crématoires qui ne s’arrêtent jamais.. Mais aussi une lettre hommage à travers ce dialogue, au-delà des années et  de la mort, avec cet homme qui aimait tant sa « chère petite fille «  et qui lui demandait de vivre.
Ensuite la libération, le retour, l’incompréhension des autres, la difficulté de réadaptation, la honte d’avoir survécu et surtout une expérience terrifiante que tous les rescapés des camps ont expérimentée : l’on ne sort jamais tout à fait d'un camp de concentration. On en garde la marque dans son esprit et dans son corps. Mais pour continuer à vivre il faut croire en l’avenir, penser à un monde meilleur. Marceline devient une femme engagée, communiste; elle est scénariste, réalisatrice avec son mari Joris Ivens mais le désenchantement viendra.

A la fin du livre elle porte un regard pessimiste sur le monde actuel :
Tu avais choisi la France, écrit-elle à son père, elle n’est pas le creuset que tu espérais. Tout se tend encore une fois, on nous appelle les juifs de France, il y a aussi les musulmans de France, nous voilà mis face à face, moi qui m’étais voulue de tous bords, en tout cas du côté de la liberté.
Ce qui l’amène à se demander quand elle analyse l’état du monde à notre époque s’il valait le coup de revenir des camps.
Mais j’espère que si la question m’était posée mon tour juste avant que je m’en aille, je saurai dire oui, ça valait le coup.

Certains propos sur notre société m'ont pourtant gênée : 
C’est une mosaïque hideuse de communautés et de religions poussées à l’extrême. Et plus il s’échauffe, plus l’obscurantisme avance, plus il est question de nous, les juifs.
Je pense que, à l'heure actuelle, les replis communautaires et les extrémismes religieux sont le propre de toutes les religions qu'elles soient chrétienne, juive, musulmane... Nous en portons tous la responsabilité. Il n'y a pas d'un côté les responsables qui sont les autres, et de l'autre les victimes qui sont les juifs. Nous sommes tous victimes de la barbarie. Des personnes de toutes les religions et des athées meurent dans les attentats.

Ceci dit,  j'ai trouvé le  livre poignant.  Il laisse une tristesse au fond du coeur longtemps après l’avoir lu. L’on se dit en voyant la haine et l’intolérance qui se déchaînent autour de nous que l’homme ne sait pas tirer une leçon de l’Histoire, qu’il recommence toujours les mêmes erreurs.  

J’ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l’ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T’écrire m’a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m’enserre le cœur. Je voudrais fuir l’histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille. »



Et celui de  Clara

23 commentaires:

  1. Il m'attend dans ma PAL. J'avais déjà été surprise par l'amertume et le découragement qu'il y avait dans "La vie balagan". Je l'avais rencontrée il y a une quinzaine d'année et trouvée nettement plus dynamique et positive. J'ai entendu un témoignage d'une autre survivante de 88 ans dimanche matin, d'une résonnance très différente : http://www.franceculture.fr/emissions/les-racines-du-ciel (l'émission n'a pas l'air d'être disponible à l'écoute pour le moment).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends son pessimisme. Après avoir tant souffert, voir ce qui se passe à nouveau aujourd'hui! Mais là où je ne suis d'accord pas, c'est sur son analyse.

      Supprimer
  2. j'ai un peu honte à dire que ce livre ne m'a pas réellement touchée, je suis restée un peu extérieure, il faut dire qu'en ce moment je trouve tous les livres sans intérêt ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-ci m'a touchée, le sujet me tient à coeur! mais je comprends ce qui t'arrive; en ce moment aussi je lis beaucoup de livres qui ne me touchent pas vraiment; Je n'en parle pas toujours ici, je passe.. En fait il n'y a que les classiques, les grands, qui ne me déçoivent jamais.

      Supprimer
  3. Une lecture indispensable pour moi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les témoignages sur les camps de concentration sont toujours indispensables; ne serait-ce que pour en rappeler l'horreur à ceux qui voudraient l'oublier.

      Supprimer
  4. Une fois en main, je ne l'ai pas lâché (bon, il est court, ça explique un peu). Indispensable, pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord même si j'ai eu quelques désaccords avec ses conclusions.

      Supprimer
  5. Billet très intéressant. J'avais aimé ce livre, même si c'est un sujet que je lis à dose homéopathique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un sujet très éprouvant,c'est vrai, mais c'est important de regarder en face la réalité surtout maintenant que ces idéologies d'extrême-droite sont en train de renaître..
      Et puis d'un point de vue littéraire il faut connaître de grands auteurs comme Jorge Semprun, Primo Levi...

      Supprimer
  6. Tu as raison, il ne faut pas se voiler la face. Pour Levi et Semprun, je dois encore les découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut les découvrir: Levi et Semprun, en particulier, c'est de la grande littérature!

      Supprimer
  7. Je note ce titre (et tes réserves).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y aurait pas mal de choses à dire sur mes réserves; je n'ai pas développé!

      Supprimer
  8. Je suis d'accord avec toi ; c'est une lecture indispensable. Et l'actualité est là aussi pour nous le dire... Mais j'attendrais un peu, il faut avoir un moral d'acier pour l'entamer

    RépondreSupprimer
  9. Je l'ai dans ma PAL, j'attends d'avoir le courage de lire. Les "grands entretiens" de François Busnel qui lui étaient consacrée m'avaient totalement bouleversée. Et je comprends ô combien son amertume et son angoisse pour la communauté juive en particulier... Béa Une Comète

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite d'avoir le courage et à bientôt dans ton blog!

      Supprimer
  10. Elle me bouleverse totalement, et je comprends tellement son amertume et son inquiétude... les temps sont sinistres... Béa Comète

    RépondreSupprimer
  11. Le monde actuel est un sinistre recommencement de drames qu'on aurait voulu oublier, racisme , communautarisme, repli sur soi-même, rejet de l'autre.... il redevient indispensable de relire ces retours des camps!
    Merci pour ta proposition!
    Au fait j'ai fait circuler Noire parmi les profs de français de 3ème, Noire n'est pas long ni difficile cela pourrait peut être intéresser certain(e)s de nos élèves.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok! pour t'envoyer le livre!
      C'est une très bonne idée pour Noire, c'est un livre facile à lire et très intéressant de faire découvrir aux ados.

      Supprimer
    2. merci! je viens de le terminer, d'une traite, d'un souffle...merci

      Supprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.