jeudi 8 février 2018

Kazuo Ishiguro : Le géant enfoui




De Kazuo Ishiguro, prix Nobel de littérature, j’avais beaucoup aimé Vestiges du Jour et Quand nous étions orphelins. Avec Le géant enfoui, l’écrivain nous emmène dans un tout autre univers, surprenant, mystérieux, envoûtant mais aussi inquiétant.
Nous sommes en Angleterre dans les temps reculés. Les saxons et les bretons vivent sur cette terre dans une entente relative. Le roi Arthur est mort mais erre encore dans les montagnes, à la recherche d’une dragonne, un de ses très vieux chevaliers, sire Gauvain. Noyée dans la brume, cette terre abrite des habitants qui semblent perdre la mémoire; leurs souvenirs s’effacent peu  à peu.
C’est alors que le vieux couple Axl et Beatrice, unis par un amour fidèle, décident de partir dans une île lointaine à la recherche de leur fils qu’ils n’ont pas vu depuis longtemps. On les suit dans cette aventure.

On le voit, le livre peut être lu au premier degré comme un roman de fantasy et d’aventures. Axl et Beatrice vont affronter toutes sortes de dangers, mauvaises rencontres avec des humains, des animaux ou des êtres surnaturels. Qui est ce guerrier qui accepte de les protéger quand le couple se charge d’un enfant banni par son village après avoir été mordu par une bête monstrueuse? Et ces moines qui se laissent dévorer vivants par des oiseaux de proie? Qui est cet étrange batelier qui amène les voyageurs sur l’autre rive mais sépare les couples qui ne s’aiment pas d’un amour véritable?

IL y a bien sûr, un souffle magique dans ce récit d’aventures, mais ceux qui voudront le lire seulement comme un roman fantasy seront peut-être déçus car le rythme est lent et l'intérêt est ailleurs. Dans cette réflexion philosophique sur le rôle de la mémoire. Par l’intermédiaire de cette brume qui efface le passé, le roman parle de l’absence au monde. Les personnages vivent là dans un monde évanescent, qu'ils ne dominent pas, dont ils n'appréhendent qu'une infime partie, sans bien savoir où ils se situent ni ce qu’ils sont. N’est-ce pas ce que nous sommes tous ? La mémoire nous apporte-t-elle le bonheur ? N’est-elle pas au contraire source de chagrin, ne ravive-telle pas la haine et les désirs de vengeance entre les peuples et chez les individus? En permettant un retour dans le passé, le souvenir révèle les failles, les accidents de parcours dans la vie d’un vieux couple car l’amour n’est jamais paisible.

Avec Le Géant enfoui, nous sommes dans un monde qui finit, celui des légendes et des chevaliers de la table ronde (très beau personnage de sire Gauvain ) et celui de Axl et Beatrice. Car le livre est aussi une métaphore de la mort avec son corollaire la vie et l’amour. Le chemin parcouru péniblement par le vieux couple, en particulier par Beatrice, malade, est sans doute le dernier chemin; le batelier ne serait-il pas alors l’incarnation de Charon, le nocher des Enfers ? Mais c’est aussi une belle histoire d’amour car malgré les vicissitudes de la vie, le sentiment qui unit Axl et Beatrice est grand, touchant et indestructible.

Un très beau livre ! Si le pays est estompé par la brume, le roman baigne le lecteur dans une douceur triste, un climat mélancolique engendré par un délitement progressif, un effacement des êtres et des choses. Une lecture qui soulève beaucoup d’émotion et de questions.


Kazuo Ishiguro, né le 8 novembre 1954 à Nagasaki, est un écrivain, romancier et scénariste britannique d'origine japonaise. 
Il a obtenu le pric Noble de littérature le 5 octobre 2017.

24 commentaires:

  1. D'après ton résumé de ce livre, il me fait penser, par le coté épopée, quête, inquiétant, au Roi des Aulnes de Michel Tournier (que j'ai bcp aimé).
    De la littérature britannique, puisque l'auteur a vécu en Angleterre. Je vais tâcher de l'acheter car demain je serai près d'une librairie indépendante à Belleville (20ème)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'ai beaucoup aimé Le roi des Aulnes; je le préfère d'ailleurs au Géant enfoui que j'aime pourtant beaucoup.

      Supprimer
  2. Je te recommande ce livre d'une auteur(e) chinoise mariée à un anglais et qui vit à Londres >

    https://www.decitre.fr/livres/enfants-des-fleurs-9782702143865.html

    Que j'ai adoré car elle parle de la Chine, y ayant vécu. C'est une autobiographie sur fond de Chine et de ses événements historiques, une réflexion sur sa vie, ses rapports avec sa mère qui vient de décéder et aux cérémonies traditionnelles de funérailles auxquelles elle est venue assister. Et peu à peu sa relecture de sa vie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce doit être en effet intéressant de découvrir un roman sur la Chine contemporaine.

      Supprimer
  3. Il me semble me souvenir de ce thème de la mémoire... ;-)
    J'avais aimé cette histoire si différente des autres romans de l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que tous les romans de cet écrivain sont différents les uns des autres.

      Supprimer
  4. Je n'ai lu que "les vestiges du jour". J'ai l'impression qu'il a changé assez facilement de genre dans ses différents romans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je réponds à ta question dans le commentaire précédent. Effectivement les trois que j'ai lus abordent des sujets, des périodes et des tons différents. Les vestiges du jour reste mon préféré.

      Supprimer
  5. Quelle coïncidence, je viens juste de terminer "Les vestiges du jour ". Je trouve que la mémoire a cet avantage de nous faire souvent mieux apprécier des moments, qui, lorsque nous les vivions, pouvaient nous sembler pénibles. C'est comme si un tri se faisait pour nous protéger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour certains, c'est le contraire qui arrive. La mémoire avive les peines ou les humiliations du passé. C'est la crainte qui est exprimée dans le roman

      Supprimer
  6. je ne suis pas très sensible aux légendes mais ton billet est malgré cela très tentant
    je vais le noter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas une légende, en fait. C'est la fin de ce monde et c'est la fin d'une vie.

      Supprimer
  7. Un livre qui m'interpelle après ta chronique sensible et touchante. De lui, je dois avoir "Les vestiges du jour" dans ma PAL à moins que ce ne soit "Auprès de toi toujours, il faut que je le lise ! ;) J'aime beaucoup ton lapsus final avec le prix "Noble" de littérature, il y a de ça (du moins il devrait) ! ^-^ Gros bisous à toi et Wensounet, je pense bien à vous ...☻♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Isabelle et nous de même..
      Je n'ai pas lu auprès de toi toujours mais j'aime beaucoup les vestiges..

      Supprimer
  8. J'avais adoré les vestiges du jour et je compte bien en lire d'autres de cet auteur

    RépondreSupprimer
  9. On dirait bien qu'il continue à explorer ses thèmes de prédilection tout en ayant pris un gros virage concernant les histoires qu'il écrit. Merci pour ce beau billet (comme toujours).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu as raison. Ce sont souvent les mêmes thèmes mais dans des récits très différents.

      Supprimer
  10. Tu me fais découvrir ce dernier roman dont le contexte ne m'attire guère, mais je fais confiance à Kazuo Ishiguro pour nous emmener avec lui là où il va.

    RépondreSupprimer
  11. belle couverture! je n'ai pas encore essayé cet auteur, il est peut être temps que j'y pense

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, j'aime bien la couverture. Oui, c'est un auteur à découvrir!

      Supprimer
  12. je ne connais pas du tout, pourquoi pas!

    RépondreSupprimer
  13. Non, je n'ai guère aimé. Pourtant Quand nous étions orphelins, Les vestiges du jour, Auprès de moi toujours m'avaient plu.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite. Votre message apparaîtra après validation.